Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Amnesty réclame la fermeture de Guantanamo

| Jeudi 11 Janvier 2007



La communauté internationale doit "activement presser" les Etats-Unis de fermer le camp de Guantanamo (Cuba), a plaidé jeudi Amnesty International.

"Ce n'est pas suffisant que les dirigeants mondiaux expriment leur inquiétude au sujet de Guantanamo et continuent à travailler avec les Etats-Unis comme si de rien n'était", a affirmé dans un communiqué l'organisation de Défense des droits humains basée à Londres.

Selon Amnesty, "la communauté internationale doit activement presser les Etats-Unis de fermer Guantanamo et de respecter à nouveau le droit international".

L'association rappelle que plus de 750 personnes - dont des enfants âgés de 13 ans - de 45 nationalités ont été emprisonnées dans ce camp américain depuis le 11 janvier 2002, dont près de 400 y sont toujours.

Elle dénonce la pratique de "la torture, l'humiliation, la discrimination, le contournement des tribunaux et le mépris des obligations imposées par traités, dans une presque totale impunité".

"Aucun individu ne peut être placé en dehors de la protection de la loi, et aucun gouvernement ne peut se placer au-dessus de la loi. Le gouvernement américain doit arrêter cette parodie de justice", a affirmé Amnesty.

Des "millions" de personnes s'apprêtent, selon elle, à participer à des manifestations et des événements organisés entre mercredi et samedi dans plus de vingt pays pour réclamer la fermeture "une fois pour toute" du camp de détention.

"Tous les détenus doivent avoir un procès juste sans délai ou être relâchés", a également réclamé l'association, soulignant que parmi eux se trouvent des personnes emmenées de Gambie, de Bosnie, de Mauritanie, d'Egypte, d'Indonésie, de Thaïlande, du Pakistan, et d'Afghanistan après les attentats de septembre 2001.

"Certains prisonniers ont été détenus dans des prisons secrètes de la CIA dans d'autres endroits du monde avant d'être transférés à Guantanamo", a-t-elle affirmé.

Selon l'association, le camp de Cuba est la "plaque tournante du réseau de prisons secrètes et de transfèrements (de prisonniers) qui a été tissé dans le monde par les Etats-Unis avec la complicité d'autres gouvernements, y compris en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique du nord".






Loading












Recevez le meilleur de l'actu