Connectez-vous S'inscrire






Votre revue de presse

À Gaza, l’art est une bouffée d’oxygène

Rédigé par pouf.badaboum@gmail.com | Mardi 26 Janvier 2010

En raison du blocus israélien, les artistes sont coupés du reste du monde. Leurs œuvres sont autant de portes ouvertes sur un monde meilleur.



« Pour nous, l'art est une façon de respirer, d'échapper à l'enfermement », explique Iyyad Farraj, peintre sculpteur de 39 ans. Comme le reste de la population, les artistes de Gaza sont coupés du reste du monde en raison du blocus israélien.

« Ici, il n'y a rien d'autre à faire que travailler. Nous n'avons que nos œuvres, nos tableaux et l'art pour exister », ajoute Iyyad Farraj, qui présente sa dernière exposition à Gaza avant qu'elle n'aille au Caire et dans quelques capitales arabes. « On a un problème pour envoyer nos œuvres à l'étranger. On va essayer avec une compagnie de transport, mais si ça ne marche pas, on sera obligé de les faire passer par les tunnels » de contrebande, explique l'artiste.

Aux termes de l'embargo israélien, appliqué avec le concours de l'Égypte, seuls les biens de première nécessité sont autorisés à entrer dans Gaza. Le reste transite par des tunnels de contrebande creusés sous la frontière égyptienne.

« Il est plus facile de sortir des peintures de Gaza que les artistes qui les ont faites. Les tableaux n'ont pas besoin de passeport », ironise Iyyad Farraj qui, comme beaucoup d'autres artistes, ne s'est pas rendu à l'étranger, ni même en Cisjordanie, depuis la prise du pouvoir du Hamas dans le territoire en 2007.

Lire suite de l'article


Auteur : Djallal Malti (AFP) - 26/01/2010
Source : L'Orient Le Jour




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Mai 2011 - 20:37 Yusuf Islam (Cat Stevens) à Paris Bercy


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu