Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Points de vue

les Musulmans d'Afrique Noire sont-il déracinés?

Rédigé par Bakary Sambe | Lundi 29 Mars 2004 à 00:00

'Lorsque l'intellectuel africain parle de l'islam, sa main tremble', disait un averti des réalités du continent. Il s'est lancé un vaste débat sur la manière dont la langue arabe s'est 'imposée' en Afrique noire. Est-ce une autre domination culturelle comme c'est le cas pour le français ou une acceptation, ne serait-ce qu’inconsciente, de la part des populations locales ? Les réponses sont multiples et divergentes voire contradictoires



les Musulmans d'Afrique Noire sont-il déracinés?
'Lorsque l'intellectuel africain parle de l'islam, sa main tremble', disait un averti des réalités du continent. Il s'est lancé un vaste débat sur la manière dont la langue arabe s'est 'imposée' en Afrique noire. Est-ce une autre domination culturelle comme c'est le cas pour le français ou une acceptation, ne serait-ce qu’inconsciente, de la part des populations locales ? Les réponses sont multiples et divergentes voire contradictoires.

 

Mais nous maintenons l'hypothèse d'une adaptation sociologique au sens où la culture arabe, par le biais de l'islam a réussi là où la culture française n'a eu que de peine à percer bien que la langue de Molière soit, aujourd’hui, celle de l’administration et de l’école dans la plupart de ces Etats Ouest-africains.

Des intellectuels africains, influencés par les thèses de la négritude, contestent, de manière, quelques fois hystérique, une quelconque possibilité pour les Africains de s'identifier à l'islam et à son dogme unitaire. Pour ces intellectuels, l'islamisation n'est qu'une autre forme de domination culturelle qui ne dit pas son nom. Cette vision néglige un fait culturel ; celui de l'appropriation faite par les Africains musulmans, eux-mêmes, de la nouvelle religion en l’adaptant à leur milieu et en y trouvant des « réponses » à leur demande de sacré et de sens.

La démarche du courant de la Négritude est comparable à celle de tous les nationalismes confrontés à ce que Adamah Ekué Adamah appelle 'la vieille problématique romantique de la collecte et de l'archivage en vue d'inventaires surévalués des embryons d'authenticité sauvés'[1]. C'est, en quelque sorte, une manière, parmi tant d'autres, de vouloir, comme il le dit, 'refaire le monde au moyen du concept d'identité'[2]. Si on prend en compte l'apport des marxistes africains de l'époque, dans ce mouvement, l'on ne peut être que très prudent sur son contenu et ses concepts parfois plus proches d'un sociocentrisme utilitaire que d'une démarche scientifique. Ekué Adamah souligne, d'ailleurs, que 'la notion d'identité culturelle dont il est tant parlé par les idéologues politiques et culturels relève, trop souvent, encore du cri de ralliement plus que du concept véritablement opératoire'[3].

Rappelons que la Négritude, comme mouvement à vocation culturelle a, très souvent, occulté un combat politique. Ce combat est aussi bien présent à l'intérieur qu'à l'extérieur du même courant. Certains Africains lui reprochaient, à cet effet, son allure pacifiste assimilable, selon Wolé Soyinka, à une acceptation du néo-colonialisme. On se souvient de la célèbre boutade du prix Nobel de littérature, en direction de Léopold Sédar Senghor et des ses partisans : 'le tigre ne crie pas sa tigritude ; il saute sur sa proie et la dévore'.

Le mouvement de la négritude, malgré la densité de son apport littéraire et artistique, a eu quelquefois, la même attitude qu'il critiquait chez l''oppresseur', le colonisateur, en fonçant les traits et en encourageant une vision culturaliste. Les travaux de Senghor sur la négritude sont loin de faire l’unanimité chez les nationalistes africains. A force de verser dans la spécificité, Senghor fut vivement critiqué pour sa conception d’un nègre confiné plus dans des considérations émotionnelles qu’à une rationalité qu’il lui niait presque. Le béninois, Stanislas Adotevi réagissait à sa thèse selon laquelle l’émotion serait nègre comme « la raison est Hélène » en déplorant : « A travers les descriptions senghoriennes du nègre, on dirait que notre race n’a pas évolué depuis la Création ». C'est pourquoi, de la même manière que nous nous démarquons de la vision unitariste d'un islam monolithique ou de l'assimilation culturelle, chère à l'empire colonial français, nous opposons au culte de l'authenticité prôné par les tenants de la négritude, la position intermédiaire d'une adaptation sociologique ou plutôt d'une assimilation critique. Nous pensons que, dans ce processus d’islamisation, il n’y a eu ni domination coercitive ni fusion des valeurs traditionnelles dans la nouvelle religion. Cependant, c’est cette aptitude des sociétés à s’approprier la foi nouvelle tout en lui imprimant les marques locales est une des données sociologiques qui nous intéressent le plus dans ce processus.

....................................................................................................................................................................................................................
[1] - Ekuwe Adamu : La question d’identité, in l’Afrique et la culture arabo-islamique, Publications de l’ISESCO, 1989, p.150
[2] - ibid,  p150
[3] - ibid p150.




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par tyara le 24/07/2006 20:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
islamisation = domination culturelle en Afrique : vous vous foutez de la gueule de qui? la vraie domination culturelle c'est celle imposée par les colons sur les esclaves noirs musulmans déracinés de leurs terres et conduits vers un autre continents: l'Amérique

2.Posté par sarr le 13/12/2006 19:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci

3.Posté par Oceane le 19/07/2007 18:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourriez essayer de pas nous prendre pour des idiots ? C'est vrai très drôle
Selon vous, avec islamisation il y a "hypothèse d'une adaptation sociologique au sens où la culture arabe, par le biais de l'islam ..."
Hypothèse que vous refutez lorsqu'il s'agit de la christianisation ou de l'occidentalisation !

Tous les impérialismes se valent et l'impérialisme musulman n'est pas différent de son homologue chrétien.
Nous en avons marre de vos impérialismes et que notre continent soit votre de "jeux". Gardez donc vos religions chez vous.


4.Posté par Iss le 20/08/2007 03:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Selon Oceane, " chaque religion chez soi"... Je pense que le debat va etre long, l'Afrique subsaharienne connait l'islam depuis le IXeme siecle... VOus comptez donc remonter jusqu'où pour dire que vous avez la " religion de chez vous " ? de votre ville et des mur de votre ville ? La spiritualité n'a pas de frontiere.
En faisant l'amalgame " islam= culture arabe" vous ne faites qu'entrer dans l'occidentalisation que vous semblez denoncé. L'islam n'est pas aux arabes et l'Afrique de l'Est à l'Ouest le sait depuis 13 siecle. Jusqu'ou comptez vous remonté pour trouver une religions qui n'est pas une religion d'envahisseur ? jusqu'au guerre intra tribal pré kemitiste du 22eme siecle avant JC ? Moi je vous propose de remonter encore avant, et encore avant, jusqu'a ce que vous refouliez la religion que vous a imposé homo sapiens il y a 300 000 ans, je suppose que vous allez me dire qu'il s'agissait d'une religion d'homo sapiens comme vous dites de l'islam que c'est une religion d'arabe ? et qu'homo sapiens aurai du la garder chez lui il y a 300 000 ans. Ne rentrez pas dans le debat des occidentaliste et des arabo-orientaliste, chacun sa spiritualité, elle n'a ni origine ni frontiere. Maintenant, si au niveau culturel, vous trouvez qu'il y a imperialisme arabe, c'est un autre debat, et là je vous suis, mais de grace cessez de parler d'imperialisme musulman, surtout en Afrique de l'ouest, que je sache Soundiata Keita etait musulman et n'a jamais ete le larbin des arabes....  

5.Posté par Attisso Kokouvi le 10/09/2007 20:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Toutes les religions importées en Afrique subsaharienne aliènent.

La religion met en exergue une identité culturelle. Être converti à l'islam ou au christianisme, c'est abandonner son identité culturelle pour se soumettre aux ordalies et aux diktats des rituels religieux de ces religions du Livre où foisonnent des prophètes. Dans nos croyances subsahariennes il n'y a pas de prophètes. Demander à deux Subsahariens d'une même famille, l'un musulman l'autre chrétien de vous dire quelles sont les fêtes religieuses auxquelles ils participent et vous verrez ce qu'ils vous diront avec fierté.

La religion est pouvoir. La présence d'un imam saoudien influence énormément le musulman subsaharien. Psychologiquement, il est soumis, assujetti dès qu'il lui présente son Coran. Il en est de même du Subsaharien chrétien face à un pasteur blanc ou à un pape lorsque leur Bible lui est présentée. La Bible et le Coran ne sont pas écrits par des Noirs pour être considérés qu'ils renferment des paroles du Créateur Suprême. QUI DIT QUE DIEU NE SE RÉVÈLE QU' AUX HOMMES DU PROCHE ET MOYEN-ORIENT? Cessons de nous bassiner dans la pauvreté intellectuelle!

La religion est économie. En Afrique subsaharienne la malaria et le paludisme tuent plus que le sida et le choléra. Pour diminuer la mortalité due à la malaria et au paludisme, il suffit de nous procurer de moustiquaires imprégnées qui coûtent moins de 2 dollars chacune. En Afrique subsaharienne combien de millions de dollars nous dépensons chaque ann...  

6.Posté par Kamit-nubian le 24/09/2009 13:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce choix d’attachement à l’agresseur est symptomatique d’une forme du syndrome de Stockholm, dont souffrent la plupart des peuples colonisés. Outre la perte de notre identité propre, du fait de l’intégration du processus de leucodermisation, cette attitude d’adoption du camp de l’oppresseur, s’accompagne d’un mépris profond de la part de ce dernier. Ce qui ouvre la voie à toute sorte de comportements négrophobes au sein de ces blocs. En effet, les populations noires, dans l’un ou l’autre des blocs, sont généralement cantonnées dans des rôles de subalternes. Cet assujettissement trouve sont origine dans deux phénomènes distincts. En premier lieu, la population noire ne représente jamais le plus grande portion dans ces blocs. En tant que minorité, elle est en proie aux décisions de la majorité dominante et n’a qu’une influence mineure sur les choix d’orientations politiques, religieuses, économiques ou sociétales, qu’au contraire elle subit de plein fouet. Sous l’influence judéo-chrétienne, il sera, entre autre, question pour les assimilés chrétiens d’origines africaines de baptiser leurs progénitures suivant la tradition liturgique des saints désignés par l’église catholique romaine et d’adopter le calendrier chrétien. Et par dessus le marché, de confesser que « le salut vient des juifs » ! Le régime ségrégationniste de l’apartheid Sud-africain peut largement en témoigner. En effet, l’un des derniers gouvernements avec lesquels il a collaboré n’est autre que celui de l’Etat...  

7.Posté par farafi le 08/04/2010 20:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mr Iss je partage ta compression .....Pour ma modeste contribution je dirai aux uns et aux autres de savoirs faire la différence entre arabe et ISLAM .Car pour celui qui s'est informer sur l'islam il saura que les disciples de MOHAMED (psl) étaient de différentes races et de nationalités tout simplement pour souligner la dimension universelle de son message. Ce qui m'intrigue c 'est que ceux qui traitent ces religions d 'importées tout en affirmant leur africanité écrivent avec des écritures importées....Ces personnes veulent qu'on soient animistes alors que être animiste c'est créer son dieu soit même dans ce cas de figure je ne comprend pas comment la créature imparfaite pourra créer un être parfait (son dieu) si ce n'est que de la perdition...En somme j'invite les uns et les autres a s'informer sur l 'ISLAM avant de se prononcer car ce qui est interressant dans l'ISLAM c'est qu'on n 'oblige personne a ce convertir mais chercher a la comprendre et seleument lorsqu'on est convaincu de se convertir et non de se convertir sans la comprendre.....Donc identifier une religion par la race de son prophete ne tient pas car quant au debut de l 'année scolaire on va a l'ecole pour un cour de droit c 'est pas la race ni que ca soit un homme ou une femme qui nous dispense le cour mais le contenu....A bon entendeur....

8.Posté par asta le 23/05/2010 00:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est du grand n'importe quoi.C'est quoi cet obssession des races à la fin!
Je suis musulmane,j'ai lue le coran et j'adhère!!!,je me fiche que le prophète est était noir,blanc,jaune ou vert.je respecterai autant un imam noir qu'arabe faut arrêter le délire!
Faut arréter de confondre arabe et l'islam ce sont deux choses différentes,l'islam n'appartient pas aux arabes et je rajoute qu'il y a eu auparavant des prophètes noirs et que le premier musulman de toute l'histoire était un noir,rien dans le coran ne dit que la langue du paradis est arabe.
Mais je ne suis pas pour autant aliénée mais vous êtes grave!!je n'oublie pas ce qu' a fait les occidentaux et les arabe à mon continent surtout que j'ai remarqué que ces derniers sont souvent très raciste,je sais que les blancs et arbes se font encore aujour d'hui du fric derrière le dos des noirs.Je m'en balance des arabes et de leur culture..moi ce qui m'interesse c'est l'islam.je connais ma culture africaine pour être plus précise sonninké,je n'oublie pas qui je suis et jamais je me sentirai inférieu à un arabe,blanc..que le prophéte est était blanc ou pas.
mais vous êtes dans la tête des afromusulmans pour dire des connereis pareils?

9.Posté par Orlando le 09/08/2012 16:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sur l'arrivée de l'islam en Afrique noire, on peut lire "L'esclavage en terre d'islam" de Malek Chebel, ou "Le génocide voile" de Tidiane N'diaye. Il semble que comme en Amérique du Nord ou du Sud, les esclaves en puissance finirent par intérioriser la religion de leurs agresseurs, arabes puis européens. On domine beaucoup mieux ceux dont on transforme l'esprit.