Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube

SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité



 

Leyli et Majnûn de Jâmi, avec Leili Anvar
Infos pratiques
le Dimanche 12 Décembre 2021, 18:30 - 21:00
Conscience soufie - En ligne
Description
En littérature arabe, l’histoire de Leyli et Majnûn existe par bribes éparses, anecdotes plus ou moins légendaires transmises par la tradition orale. Elle est fixée au xe siècle par un auteur arabe, Abûl-Faraj al-Isfahânî, dans son Livre des chants, et reprise ensuite par de nombreux poètes persans et indien, bien avant Jâmi (1414-1492). Majnûn devient au fil des siècles et dans l’imaginaire de nombreux auteurs l’archétype de l’amant pur, passant du désespoir à la transcendance.

Jâmi, philosophe accompli, est le dernier grand mystique de la littérature persane. Il laisse derrière lui de nombreuses œuvres en persan et en arabe, parmi lesquelles des écrits théoriques sur le soufisme, courant ésotérique qui invite l’homme à mettre l’amour divin au centre de sa vie, à se rapprocher de Dieu par le dialogue intérieur et la connaissance de soi. Il meurt en 1492, quelques années après avoir écrit Leyli et Majnûn. Sa renommée reste aujourd’hui intacte dans tout le Moyen-Orient et en Asie centrale.

Leili Anvar est normalienne, agrégée et docteur en littérature. Traductrice, spécialiste de la littérature mystique et de l’écriture féminine, elle a travaillé notamment sur la littérature amoureuse et ses développements spirituels, ainsi que sur l’importance de la voix des femmes dans l’Iran et l’Afghanistan actuels. Elle a participé et publié de nombreux articles et ouvrages, parmi lesquels : Malek Jân Ne’mati : La vie n’est pas courte mais le temps est compté (biographie d’une poétesse mystique kurde contemporaine, suivie d’une anthologie, Éditions Diane de Selliers, 2007), Orient, Mille ans de poésie et de peinture (anthologie de poèmes arabes, persans et turcs, Éditions Diane de Selliers, 2004), et La Religion de l’Amour de Rûmî (Seuil, 2011). Elle a enfin et surtout traduit en français versifié le Manṭeq al-ṭayr, chef-d’œuvre mystique du poète persan ’Attâr, sous le titre Le Cantique des Oiseaux de Farîd od-dîn ‘Attar, illustré par la peinture en Islam d’orient publié en 2012 aux Éditions Diane de Selliers.
Les annonces