Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Une charte de la laïcité qui ne doit pas tourner à « l'obsession de l'islam »

Rédigé par La Rédaction | Lundi 26 Août 2013 à 13:53

           


Alors que la rentrée scolaire approche à grands pas, le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon a annoncé, lundi 26 août, la mise en place d'une « charte de la laïcité » qui « sera affichée dans tous les établissements » scolaires publics d'ici la « fin septembre ». Elle « rappellera les principes » de la laïcité.

« Chacun est libre de ses opinions. Mais pas de contester un enseignement ou de manquer un cours » au nom notamment de préceptes religieux, explique le ministre dans une interview accordée à des journaux du groupe du presse régional Ebra (Est Bourgogne Rhône Alpes).

Vincent Peillon demande toutefois que « la question de la laïcité ne (tourne pas) à l'obsession de l'islam ». « La très grande majorité de nos compatriotes musulmans est convaincue des bienfaits de la laïcité », plaide-t-il. Le contenu de cette charte devrait être connu vers la mi-septembre, ce qui laissera entière la surprise pour les musulmans qui craignent l'émergence d'un énième débat sur l'islam. En décembre 2012, le ministre de l'Education nationale avait fait savoir que cette charte était en cours d’élaboration.

Il compte ainsi davantage ancrer la laïcité comme un principe phare dans les 55 000 établissements publics que compte la France et où sont scolarisés 10 millions d’élèves. Il a déjà annoncé l'instauration de cours de « morale laïque », qui entreront en vigueur à partir de la rentrée 2015.

Lire aussi :
La morale laïque enseignée à l'école dès 2015
Peillon-Valls: la laïcité, la préoccupation du moment des socialistes
Morale laïque : 91 % des Français d’accord avec Vincent Peillon
Vincent Peillon veut des cours de morale laïque à l’école




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par ll.OoO le 27/08/2013 12:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
M. Valls vient encore d’administrer la preuve de sa différence lors de l’amusant petit
séminaire (ministériel de rentrée), organisé par le principal du collège (Hollande). N’a-t-
il pas osé dire qu’au nombre des défis et des enjeux que posent à notre pays les dix années
à venir figurent le problème de la compatibilité entre l’islam et la démocratie (rappelons que la CEDH-cour européenne des droits de l'homme- dans un arrêt célèbre du 23/02.2003 a déclaré la charia, loi de l'islam incompatible avec la démocratie, faisant ainsi jurisprudence définitive.) et le
déséquilibre démographique entre l’Afrique et l’Europe ? N’a-t-il pas osé dire que la
situation appelait une révision drastique de notre politique migratoire ? Voilà qui augure
de sérieux débats à gauche et, qui sait, d’une inflexion de la dérive angéliste qui
voudrait que l’immigration continue d’être une chance non seulement pour les immigrés mais
pour le pays qui les accueille bien malgré lui. Tels quels, les propos de M. Valls ont
scandalisé certains de ses voisins de table. Ils ont, selon celui-ci, « jeté un froid
polaire », et pour celui-là, l’ancien député-maire d’Ivry a « franchi un cap hallucinant ».
Celui du bon sens, en effet, et, qui sait, de la bonne espérance.
PS: l'islam peut-il exister sans la charia, ne sont-ils pas indissociables ?

2.Posté par ll.OoO le 27/08/2013 14:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce que Valls a déclaré : Le jeudi 7 février 2013, M. Manuel Valls, ministre de l’Intérieur chargé des cultes, invité
par Europe 1, a déclaré : « (…) Le voile qui interdit aux femmes d’être ce qu’elles sont
doit rester pour la République un combat essentiel. »

3.Posté par paulau le 27/08/2013 20:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Attention à la confusion, souvent faite à gauche, entre la laïcité et laïcisme.