Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Politique

Une Mosaïc d’idées dans un colloque

Rédigé par Sonia Carrère | Mercredi 4 Novembre 2009

« Ensemble, changeons la donne ! » Ce slogan n’est pas celui d’un homme politique en campagne, mais il a été le sujet de nombreux débats. Il s’agit du premier colloque national de la fédération Mosaïc, où, entre autres, sénateurs, recteurs de mosquée, philosophes se sont réunis le samedi 31 octobre, à Nice, pour parler de la citoyenneté et des Français de « sensibilité musulmane ». Retour sur ce grand jour pour Mosaïc.



Plus de 400 personnes ont assisté aux tables rondes organisées par Mosaïc, le 31 octobre, à Nice. Ici, la table ronde « Français et musulman ». De g. à dr.:Robert Djellal, conseiller auprès du ministre de l’Immigration, de l’Intégration et de l’Identité nationale ; Bariza Khiari, sénatrice ; Christian Estrosi, ministre chargé de l’Industrie, maire de Nice, président de Nice-Côte d’Azur ; Marouane Bouloudhnine, président de Mosaïc ; Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris ; Mohamed Abdi, conseiller spécial de Fadela Amara ; Fayçal Douhane, président de l’association La France est en nous, directeur général adjoint de l’AMIF (Association des maires d'Île-de-France).
Plus de 400 personnes ont assisté aux tables rondes organisées par Mosaïc, le 31 octobre, à Nice. Ici, la table ronde « Français et musulman ». De g. à dr.:Robert Djellal, conseiller auprès du ministre de l’Immigration, de l’Intégration et de l’Identité nationale ; Bariza Khiari, sénatrice ; Christian Estrosi, ministre chargé de l’Industrie, maire de Nice, président de Nice-Côte d’Azur ; Marouane Bouloudhnine, président de Mosaïc ; Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris ; Mohamed Abdi, conseiller spécial de Fadela Amara ; Fayçal Douhane, président de l’association La France est en nous, directeur général adjoint de l’AMIF (Association des maires d'Île-de-France).
Christian Estrosi, maire de Nice et ministre chargé de l’Industrie, foule le tapis rouge du Centre universitaire méditerranéen et se dirige vers le grand amphithéâtre. C’est son discours qui ouvre le premier colloque national de Mosaïc, la Fédération laïque des citoyens de sensibilité musulmane.

Après l’avoir décrite comme ayant « un enjeu historique », Christian Estrosi parle du « refus de certains musulmans à n’être que musulmans, alors qu’il leur faut être aussi Français ». Et durant toute la journée, il sera beaucoup question de cela.

Le public est au rendez-vous, et est même plus nombreux que prévu. Quand on jette un œil dans l’assemblée, on trouve un véritable melting-pot. Ici, on laisse ses préjugés à la porte, et on cherche à faire avancer les choses, « faire évoluer les idées », comme le dit Marouane Bouloudhnine, le président de Mosaïc. « Il suffit que tous, nous nous mettions au travail. »

Pour ce faire, des intervenants spécialisés dans l’islam et la citoyenneté débattent, autour de quatre tables rondes. Et on peut dire que les sujets sont sensibles, importants, mais difficiles à traiter. On parle de « Français et musulmans », de « Cohésion sociale », de « culture et laïcité » ou encore d’être « Tous responsables ». Lors de chaque table ronde, trois ou quatre personnalités exposent leur discours, une par une, puis répondent aux questions d’un public réactif, qui n’hésite pas à montrer son approbation en applaudissant les spécialistes.

« Nous voulons construire la France, dans le respect des lois de la République »

Parmi ceux qui reçoivent une véritable standing ovation, on retient Ghaleb Bencheikh, président de la Conférence mondiale des religions pour la paix. Peut-être est-ce dû au fait que M. Bencheikh est habitué à capter l’attention, puisqu’il est aussi le présentateur de l’émission « Islam » sur France 2, mais son charisme sait tenir le public en haleine, du début à la fin, lorsqu’il parle de l’islam dans la République.

Aziz Senni, président-fondateur du fond d’investissement Business Angels des Cités, connaît lui aussi un franc succès auprès de l’auditoire. Alors qu’il traite le sujet des banlieues, « une chance pour l’économie française », son naturel et sa simplicité touchent le public, friand de ses jeux de mots et de ses jolies comparaisons : « Une identité, c’est comme un oignon. Ça peut avoir plusieurs couches, et ça peut faire pleurer. »

Côté féminin, Bariza Khiari, sénatrice, fait fureur avec son slogan « La loi doit protéger la foi, la foi ne doit pas dicter la loi ». Fadila Mehal, présidente des Mariannes de la diversité, est aussi présente pour parler notamment de « la question de la femme en islam, très importante car elle est symbole d’intégration. En banlieue, il n’y a pas que des femmes voilées ou excisées. Elles évoluent avec leur spiritualité. Pour nous, la religion est une fenêtre sur l’univers [...]. La laïcité est une chance pour l’égalité des chances ».

Faire avancer le débat de la laïcité est aussi le but d’Abdel Aïssou, président du Conseil national des entreprises pour la banlieue et directeur général délégué de Randstad Verdiorbis. Pour « coexister ensemble », il s’agit, selon M. Aïssou, de « renvoyer à l’espace privé tout ce qui va dans la différenciation, c’est cela la laïcité ». Lors de la même table ronde, Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, met en avant un « islam de modération, pas un islam radical », et explique : « Nous ne voulons pas nous réfugier dans le communautarisme, le citoyen musulman est un citoyen comme un autre. »

Pour finir, c’est Éric de Montgolfier, procureur de la République, qui prend la parole avec son discours : « Celui qui sait est responsable de celui qui ne sait pas. » Marouane Bouloudhnine établit sa conclusion de la journée, en considérant ce premier colloque national de Mosaïc comme étant « un point de départ, même s’il est décentralisé à Nice ». « Demain, ajoute-t-il, nous voulons construire la France, dans le respect des lois de la République. »

Lire aussi :
Premier colloque de Mosaïc : 3 questions à Marouane Bouloudhnine
La Fédération laïque des citoyens de sensibilité musulmane est officiellement lancée




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Musulman,Citoyen,Electeur,Conscient le 05/11/2009 14:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur le ministre et mesdames et messieurs les arabes de service,imagineriez vous un tel debat s'il s'agissait des juifs,des protestants,des amish,des boudhistes,des scientologues ,ou autres?

Non ,jamais bien sur ,on n'oserait stygmatiser et gonfler des millions de citoyens francais en raison de leur religion parceque dans un etat de droit laic cela releve exclusivement de la sphere privee,ni meme en raison de leur origine ethnique car cela s'apparenterait a de la segregation!

Monsieur le ministre,mesdames et messieurs les arabes de service,nous sommes francais,nos parents sont francais,nos enfants son francais ,nous parlons francais,revons francais,lisons francais,ecrivons francais,contestons francais ,mangeons,buvons,pissons, chions, baisons,comme tous les francais !!!!

Donc arreter de nous gonfler et de pretendre nous dire comment nous devrions vivre et penser!!!!

Cela ne vous regarde pas que nous soyons musulmans,juifs,chretiens,ou athees,nous sommes des citoyens de ce pays et nous n'avons rien a faire avec les complexes de colonises que vivent vos arabes de service,ni avec votre paternaliste nostalgie coloniale!

D'ailleurs,lors des prochaines elections, nos bulletins de vote francais se feront un plaisir de sanctionner les partis politiques ,ou leurs representants,qui se laissent ainsi aller a la derive et qui ne respectent pas la laicite en pretendant intervenir dans la sphere privee des citoyens et leur dicter leur religion,et qui encourage ainsi dangereusement le rac...  

2.Posté par Branss le 05/11/2009 23:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette association Mosaic c'est du beau pipeau pour beur et beurettes en mal de reconnaissances.
Allez donc manger vos petits fours au ministère de l'intégration et laissez l'islam et les musulmans tranquilles.

3.Posté par kamel le 06/11/2009 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mosaîc, sache que nous ne voulons pas d'un CRIF musulman, l'ISLAM est universelle et ne s'arrette pas à de simples intervenants malsains par la même occasion. Votre "sensibilité" vous pouvez vous la garder, nous, nous sommes forts de principes.

4.Posté par chayR le 07/11/2009 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
as Salam 'alaykoum

Si vous ne saviez pas ENCORE où vont vos impôts et vos taxes locales, maintenant vous le savez. : à organiser des colloques où l'on vient chanter sa vérité ... à vos frais.

Devant tant de discours ineptes, je n'en retiendrai qu'un, presque au hazard :

« refus de certains musulmans à n’être que musulmans, alors qu’il leur faut être aussi Français ».

Mais qu'a t'il bien voulu dire, se demandait un psychiatre à propos de celui qui venait à l'instant de le gratifier d'un : "Bonjour !".

Décortiquons :

1° Statut : un musulman est français, s'il a une carte d'identité française, sinon il est un étranger en situation plus ou moins régulière (touriste, titulaire d'une carte de séjour ou sans papier).

2° Catégorie : au dernières nouvelles, est musulman, celui qui se déclare adepte de l'islam qui est ENCORE une religion. Selon des informations plus anciennes, est français, celui qui revendique, preuve à l'appui, cette nationalité. Opposer ces deux catégories différentes, religion et nationalité, c'est additionner des moutons et des tiges en fer : à l'exception de la brochette d'agneau, cette association de catégories n'a aucun sens.

3° Laïcité : La religion relevant de la sphère du privé, un homme politique qui invite les musulmans à être plus français que musulman, est un démagogue qui se mèle de ce qui ne le regarde pas. Peut-être regrette-t-il une vocation de leader religieux exhortant ses fidèles à plus de foi ?


4° La Loi : la France est une République démocratique, rég...  

5.Posté par méfiant le 17/01/2010 23:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A " Musulman,Citoyen,Electeur,Conscient"
BRAVO, BRAVO,BRAVO, rien à rajouter ! NO COMMENT! tout est dit !!!!!!