Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Tunisie : le patron de Nessma TV risque 3 ans de prison pour une représentation de Dieu

Rédigé par La Rédaction | Mardi 24 Avril 2012



Le verdict de Nabil Karaoui sera rendu le 3 mai prochain. Le patron de la chaîne privée Nessma est poursuivi pour avoir diffusé le film d’animation Persepolis sur sa chaîne. Persepolis , film d'animation réalisé par Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud et sorti au cinéma en 2007, raconte l’histoire d’une jeune fille dans le Téhéran de la fin des années 1970. Vu par plus de 1,4 million de spectateurs, le film a reçu de nombreux prix comme l’Oscar du meilleur film d’animation en 2008.

En octobre dernier, la diffusion du film franco-iranien sur Neesma TV a pourtant suscité un tollé en Tunisie car, dans le film, Dieu est représenté alors que dans l’islam toute représentation d’Allah est jugée blasphématoire.

Quelques jours après la diffusion de Persepolis en Tunisie, des extrémistes avaient tenté d’attaquer le siège de la chaîne, puis le domicile de Nabil Karaoui. Un collectif de 144 avocats disposant d’une pétition de plus 100 000 personnes a déposé plainte contre le patron de télé. Le procès qui lui est intenté s’est tenu, jeudi 19 avril, dans une ambiance tendue.

Deux partis se sont opposés devant le tribunal : les salafistes, indignés par la représentation de Dieu, et les partisans de la liberté d’expression. Nabil Karoui est poursuivi pour « atteinte au culte, atteinte aux bonnes mœurs et troubles à l’ordre public ». Les avocats de la partie civile estiment que la liberté de la presse a des limites dès lors qu'elle «offense les sentiments religieux ». La défense du patron de Neesma TV, composé de militants des droits de l'homme, de ténors du barreau et d'anciennes figures politiques rappellent que le Code la presse en vigueur sous Ben Ali, sur lequel repose les poursuites, « a été aboli ».

Nabil Karaoui risque 3 ans de prison. Le responsable du visionnage de Nessma TV et la responsable du doublage du film sont aussi poursuivis.


Lire aussi :
Tunisie : Nessma s’excuse après la diffusion de « Persepolis »
Tunisie : Ennahdha condamne les violences contre Nessma TV
La Tunisie dit « non » à la charia
Tunisie : un gouvernement de coalition en vue
Tunisie : l'islamisme d'Ennahda, quand le politique s'impose sur le religieux
Persepolis, VRP de la France aux Oscars 2008