Connectez-vous S'inscrire






Points de vue

Stop à la stigmatisation des étudiants musulmans au sein des universités françaises !

Rédigé par FEMYSO, EMF, JMF, Coexister, Salaam SciencesPo | Mercredi 7 Août 2013



Une fois n’est pas coutume, le Haut Conseil à l’Intégration stigmatise à nouveau les Français Musulmans. Après la polémique sur les signes religieux dans les entreprises, le HCI a décidé de s’attaquer à l’enseignement supérieur.

Le rapport qu’Alain Seksig vient de remettre au Premier Ministre est stupéfiant tant les recommandations émises sont déconnectés de la réalité. En effet, sous prétexte de défendre la laïcité, la commission dirigée par Alain Seksig demande à l’Etat de légiférer dans le sens d’une interdiction des signes religieux au sein des établissements publics d’enseignement supérieur. Après la loi de 2004, il est regrettable de constater une nouvelle volonté d’accroitre l’exclusion des étudiantes musulmanes du système éducatif.

Le rapport Seksig est contestable à différents niveaux. Les données qui sont avancées sont hasardeuses et n’ont malheureusement pas fait l’objet d’une enquête sérieuse. En tant qu’associations d’étudiants, nous avons été surpris des conclusions de ce rapport pour lequel nous n’avons pas été consultés. Nous avons constaté avec étonnement l’écart entre les situations décrites et la réalité des pratiques au sein des universités et des grandes écoles françaises. Ainsi, il est faux de dire que des dérogations sont formulées par les étudiants musulmans à l’occasion des fêtes religieuses.

Si des auditions sérieuses avaient été menées, il serait apparu que la majorité des étudiants musulmans ne peuvent pas profiter de leurs fêtes religieuses notamment lors des périodes d’examen et qu’aucune exception dans ce sens n’a eu lieu.

Si, comme souligné dans le rapport, il y a une multiplication des contentieux, c’est parce que de plus en plus d’étudiantes musulmanes osent faire part des discriminations dont elles sont victimes, notamment lors d’exclusions injustifiées qui sont le fait d’enseignants qui outrepassent leurs prérogatives en voulant faire appliquer le principe de neutralité religieuse de façon anarchique.

Le dernier rapport du Réseau Européen contre le Racisme avance que les femmes musulmanes sont les plus affectées par les pratiques discriminatoires et la haine religieuse. L’actualité de ses dernières semaines confirme malheureusement cet état de fait (passage à tabac, agressions physiques et verbales violentes). Il est donc essentiel que l’Université reste un lieu d’échange ouvert à tous et que le droit à l’éducation soit scrupuleusement respecté.

A cette occasion, nous appelons le ministère de l’Enseignement supérieur à lutter contre toutes les formes d’exclusion et de discrimination au sein des universités et des grandes écoles. Il est primordial que les pouvoirs publics veillent au respect des libertés individuelles dans l’enseignement supérieur. Il faut, plus que jamais, privilégier le dialogue comme remède aux situations conflictuelles et ne pas céder à la stigmatisation d’une communauté religieuse en particulier.

Dans la perspective d’une rentrée sous tension, nous appelons le gouvernement à ne pas perdre de vue les véritables défis qui s’imposent à l’Université. Les priorités sont aujourd’hui la privatisation de l’enseignement supérieur, la faiblesse des investissements publics et le chômage des jeunes diplômés. Les étudiants, qui font face à des conditions de vie et d’études de plus en plus précaires, réclament un signal fort de la part des autorités publiques.

Signataires : Citoyenneté Active / CoExister / Etudiants Musulmans de France (EMF) / Forum Européen des Organisations de Jeunes et d’Etudiants Musulmans (FEMYSO) / Jeunes Musulmans de France (JMF) / Salaam à SciencesPo