Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

Ramadan

Ramadan 2020 : les conseils de l’OMS face à la pandémie de Covid-19

Rédigé par | Lundi 20 Avril 2020 à 08:30

           

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a élaboré une série de conseils de santé publique afin de « concilier les pratiques du Ramadan et la sécurité des personnes lors de la pandémie de Covid-19 », quelques jours avant le début du mois du jeûne.




Avec la pandémie de Covid-19, c’est dans des circonstances exceptionnelles que les musulmans du monde entier sont appelés à jeûner le mois du Ramadan.

Cette période est marquée, en temps normal, par des rassemblements sociaux et religieux le soir venu, après la rupture du jeûne. Des habitudes qui devront nécessairement être mises entre parenthèses afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus dont il n’existe pas, à ce jour, de remède connu.

Lire aussi : Contre le coronavirus, halte aux fake news ! En finir avec les idées reçues

En ce sens, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), avec le concours de son bureau régional de la Méditerranée orientale, a publié, mercredi 15 avril, un document intitulé « Concilier les pratiques du Ramadan et la sécurité des personnes lors de la pandémie de Covid-19 » (plus bas). L’OMS y émet « des conseils de santé publique au sujet des pratiques sociales et religieuses et des rassemblements du Ramadan, qui peuvent être appliqués dans différents contextes nationaux ».

De très nombreux pays, notamment dans le monde musulman, ont pris les devants pour limiter drastiquement, voire interdire les rassemblements, en particulier dans les lieux de culte. Ce sont « des mécanismes essentiels pour maîtriser la propagation de maladies infectieuses », soutient l’OMS. « L’annulation des rassemblements sociaux et religieux doit être sérieusement envisagée. (…) Si les rassemblements sociaux et religieux sont annulés, des solutions de remplacement virtuelles (télévision, radio, plateformes numériques, médias sociaux) sont possibles. Si les rassemblements du Ramadan sont autorisés, des mesures pour atténuer le risque de transmission de la COVID-19 doivent être appliquées », indique-t-elle.

Le rôle essentiel des leaders religieux souligné

« Les autorités sanitaires nationales doivent être considérées comme la principale source d’informations et de conseils sur la distanciation physique et les autres mesures visant à enrayer le Covid-19 dans le contexte du Ramadan », signifie l’OMS, qui précise que « les responsables religieux doivent être associés aux décisions en amont, afin qu’ils relaient activement toute décision susceptible d’affecter les événements liés au Ramadan ».

L’OMS reconnaît le rôle d’appui essentiel des leaders religieux pour mieux faire accepter les mesures de restriction et d’interdiction auprès des fidèles. Pour cela, « il faut donner des instructions claires et insister sur l’importance du respect des politiques nationales. »

L’institution spécialisée, inquiète de l’augmentation des violences domestiques « là où des restrictions de déplacements sont en vigueur », en particulier à l’encontre des femmes, des enfants et des personnes marginalisées. Sur ce point, les chefs religieux ont aussi un rôle important à jouer, en prenant « résolument position contre ces violences, apporter un soutien et encourager les victimes à demander de l’aide ».

Ramadan 2020 : les conseils de l’OMS face à la pandémie de Covid-19

Les malades du Covid-19 devraient ne pas jeûner

A ce jour, « aucune étude n’a été réalisée sur le jeûne et le risque d’infection par le virus du Covid-19 », signale l’OMS. « Les personnes en bonne santé devraient pouvoir jeûner pendant ce Ramadan, comme les années précédentes », indique-t-elle.

En revanche, les personnes infectées par le Covid-19 « devraient envisager de ne pas le faire, suivant les dérogations prévues par la religion, en concertation avec leur médecin, comme pour toute autre maladie ».

Lire aussi : Le jeûne du Ramadan, une pratique compatible avec le Covid-19 ?

En matière de charité, « les croyants qui, pendant ce Ramadan, souhaitent faire des dons (sadaqat ou zakat) aux personnes touchées doivent respecter les mesures de distanciation physique en vigueur », lit-on. Si des repas de rupture du jeûne (iftar) collectifs sont organisés auprès des nécessiteux, il faut « envisager d’utiliser des portions individuelles préamballées », qui devront être élaborées dans le respect des « règles de distanciation physique tout au long du cycle (collecte, emballage, stockage et distribution) ».

Rassurer les croyants malgré le chamboulement des pratiques sociales

« Même si les pratiques sont exécutées différemment cette année, il est important de rassurer les croyants en leur expliquant qu’ils peuvent toujours réfléchir, s’améliorer, prier, faire preuve de générosité et aider les autres – tout en gardant une saine distance », fait savoir l’OMS.

« Il faut veiller à entretenir les liens avec la famille, les amis et les personnes âgées, en gardant une distance physique ; il est essentiel d’encourager l’utilisation de moyens de communication de remplacement, notamment numériques », indique-t-elle, avant d’ajouter que « les prières spéciales adressées aux malades et les messages d’espoir et de réconfort sont des moyens de respecter les principes du Ramadan tout en protégeant la santé publique ».



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Nabil le 22/04/2020 08:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour les efforts inutiles de l'oms, mais les musulmans savent déjà ce qu'ils doivent faire dans ce genre de circonstances grâce au prophète de l'humanité Mohamed sws. Si l'oms avait appliqué ses enseignements dès le début de l'apparition de l'épidémie à Wuhan, on en ne serai pas arrivé à ce stade de pandémie.