Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 





Religions

RAMF 2010 : l'UOIF rassemble ses fidèles

Rédigé par Leïla Belghiti | Vendredi 2 Avril 2010 à 00:48

Le week-end de Pâques sonne pour quelque cent cinquante milliers de musulmans de France comme un mini-pèlerinage. Et c'est de tous les coins de l'Hexagone qu'ils afflueront au salon d'exposition du Bourget (Île-de-France), où la Rencontre annuelle des musulmans de France (RAMF) soufflera sa 27e bougie, dans un contexte de crise délicat.



« L’enrichissement de l’identité de notre société ne passe pas par l’effacement de la visibilité des citoyens musulmans », affirme l'UOIF, organisateur de la 27e Rencontre annuelle des musulmans de France.
« L’enrichissement de l’identité de notre société ne passe pas par l’effacement de la visibilité des citoyens musulmans », affirme l'UOIF, organisateur de la 27e Rencontre annuelle des musulmans de France.
Organisé par l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), le congrès s'étalera du 2 au 5 avril sur la thématique de l'identité musulmane : « Être musulman aujourd'hui : foi, témoignage, responsabilité ». Une thématique jugée par trop « généraliste » par certains, « classique » par d'autres. Serait-ce une réplique aux polémiques qui ont surgi ces derniers mois autour de l'islam ? Sans doute : « L’instrumentalisation politique et médiatique, les lois de circonstances et les raccourcis dangereux sont les maîtres mots d’un climat malsain, nourri par une stigmatisation croissante de la composante musulmane dans notre pays », justifie l'UOIF.

Linda, « bourgetiste » depuis plus de dix ans et observatrice du fait musulman en France, reste sceptique. Avec le choix de cette thématique, estime-t-elle, « l'UOIF se place dans une position victimaire, d'autodéfense ». La jeune femme appelle à « dépasser le débat », à « passer à la vitesse supérieure, dans un apport réellement constructif».

Où sont les femmes ?

Ce qui n'empêchera pas des milliers de musulmans de se déplacer, appâtés par les conférenciers, grosses pointures sinon du paysage musulman français, mieux encore des vedettes internationales, à l'instar des frères Ramadan, des icônes de la télé arabe tels que Omar Abdelkafi ou Abdellah Ben Biya, un septuagénaire à la barbe blanche et à l'humour détonnant.

La nomination − symbolique ? − d'une femme à la tête de l'organisation de la rencontre, Latifa Ait-Taleb, cache mal la quasi-absence d'intervenantes de la gent féminine...

Quoi de neuf ?

Meriem, de Lille, avoue sans complaisance y aller surtout pour faire sa réserve de foulards et acheter quelques bricoles, « les conférences, je peux les suivre en direct sur leur site Internet ! », explique-t-elle. Le public est désormais sélectif : il consulte le programme en ligne, choisit ses conférences, y assiste puis repart.

Mais la grande nouveauté cette année c'est l'« Espace ados », encadré par des psychologues. « Les conférences, pour la plupart, ne les intéressent pas », nous confie une des encadrantes, psychologue ayant exercé plus de vingt ans dans l'Éducation nationale, « alors, au lieu qu'ils paradent toute la journée sans rien faire, nous avons choisi de les prendre en charge, dans un espace ludique et de dialogue ».

Difficile de se faire aimer

Événement phare de l'UOIF, « le Bourget » constitue pour l'organisation l'occasion, chaque année, de réaffirmer son existence non seulement auprès du public musulman, mais aussi – et surtout − des institutions publiques. Une tâche un tantinet difficile. Sa force de pouvoir rassembler autant de musulmans dissimule mal une présence peu efficace – où en tout cas peu visible – dans le paysage politique et médiatique français. Pour cette 27e rencontre, aucune personnalité politique n'est annoncée. Comme l'an dernier, ils passeront peut-être en catimini – et loin des caméras – boire un thé à la vitesse éclair au salon VIP...






Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par mariame le 02/04/2010 14:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salam,

OUI, c'est vrai , où sont les femmes? Il est urgent de réitérer les paroles de Noussayba qui a vécu du temps du prophète (SAW):
" je ne vois que tout pour les hommes, les femmes ne sont même pas considérées".
Comment peuvent-elles faire pour se défendre si on ne leur donne pas la parole dans un endroit comme celui-là?
Le prophète (SAW) était humble, il ne cherchait pas la notoriété, il participait à l'élévation de l'humain puisqu'il avait un "noble caractère", nos hommes d'aujourdhui ont du chemin à parcourir, n'est-ce pas?

2.Posté par S.O le 02/04/2010 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cet article est réellement de mauvaise foi. la plupart des gens viennent pour les conférences et pour une ambiance de fraternité et de rassemblement, même si ce n'est que la durée d'un week end.
L'espace ado existe depuis plusieurs années. Et la pour le "nomination symbolique" de Latifa Ait Taleb, vous n'y etes pas du tout. C'est elle qui dirige l'événement de A à Z , flanquée de deux assistantes de 21 et 25 ans. Dommage que SaphirNews deviennent aussi caricatural que les médias anti-islam.

3.Posté par Faouzi le 05/04/2010 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A l'occasion du (souk) salon du Bourget, j'ai confirmé la faiblesse de ''islam de France''. En effet, cette rencontre annuelle des ''musulmans de France'' se résume à la vente de djellbattes, du souak, des livres sur la Rokia et la sorcellerie. Les responsables de ''islam de France '' ont quand même prévu des toilettes dans les quatre coins du salon afin d'alléger la souffrance des ''musulmans de France'' après un détour aux différents restaurants du salon qui proposent toutes sortes nourritures infectes.

Un autre salon se déroule à l'extérieur en même temps. Il s'agit du grand salon de l'aumône et du racolage. Des hommes et des femmes demandent de l'argent pour différentes causes. Ces ''braves'' musulmans viennent de toute la France dépouiller le musulman lambda, déjà confronté à la vie très difficile. Sans gêne et sans aucune organisation, on est carrément harcelé pour donner. Le problème réside dans le fait que cette collecte se clochardise aussi à l'intérieur du souk du Bourget. Un enfant de 7 ans vendait des gâteaux pour le compte d'une obscure association.

Ce que j'ai constaté lors de ce souk du Bourget me permet de dire aisément que cette démarche de ''clochardiser'' l'islam à travers ce genre de manifestation, censée donner une bonne image de la religion islamique, est une démarche hautement risquée. En effet, présenter l'islam de cette façon donne l'impression que les ''musulmans de France'' ne savent faire que le ''souk'' et les achats inutiles.

Il y a nécessité et ...  

4.Posté par Aness le 06/04/2010 12:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salam à tous,

Pour répondre au fanatique de souk en tout genre, il est vrai que lorsque l'on passe le plus clair de son temps dans la salle des expositions, on peut être frappé par le monde et par le besoin pécunier des associations, cependant il y a la salle de conférence pour évacuer tout le stress et aipaiser le coeur (et pour ceux qui me répondront que la salle de conférence devient un espace uniquement culturelle et artistique le soir, je les invite à rejoindre les veillés spirituelles en salle de prière),
Pour répondre à l'article de Saphirnews, je trouve dommage de votre part d'essayer de chercher la petite bête et rester uniquement sur la critique. Les questions d'identités ont connu des réponses enrayant l'idée du registre victimaire (si seulement vous aviez écouté les conférences...).
Enfin concernant la place des femmes, je pense que lorsque la communauté aura plus de docteurs en sciences islamiques feminins, l'UOIF se permettra d'en inviter plus, en tout cas c'est mon avis. La rencontre annuelle et comme son nom l'indique annuelle, je préfère y voir plus de savants que d'interventions exclusivement féminine, si vous avez compris mon raisonnement, ce n'est pas le genre qui compte, homme ou femme, la qualité doit être prépondérante. Dommage que nous ayons encore au sein même de notre communauté de l'obscurantisme faisant ressurgir ces considérations uniquement basé sur les sexes...

En tout cas merci à tous pour toute forme de travail que vous faite pour Allah !