Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Sur le vif

Nouvelle-Zélande : un suprématiste blanc condamné pour la diffusion d'images des attentats de Christchurch

Rédigé par Lina Farelli | Mercredi 19 Juin 2019



Nouvelle-Zélande : un suprématiste blanc condamné pour la diffusion d'images des attentats de Christchurch
Un suprématiste blanc, qui se trouve être un homme d’affaires de Christchurch, a été condamné, mardi 18 juin, à 21 mois de prison pour la diffusion, sur les réseaux sociaux, des images des massacres perpétrés dans les mosquées de Christchurch. L’homme avait plaidé coupable des faits qui lui sont reprochés en avril.

Lors de l’audience, le juge Stephen O’Driscoll a condamné « un crime de haine contre la communauté musulmane » face à un Philip Neville Arps qui n’a montré ni remords ni empathie envers les familles des victimes de l’attentat. Auprès de la police, il a d’ailleurs qualifié le massacre comme un acte « génial » et s’est comparé à Rudolf Hess, un très proche d’Hitler qui a aidé à rédigé le Mein Kampf, rapporte la presse néo-zélandaise.

Le suprématiste blanc était également en possession d’une vidéo du massacre modifiée afin d’y intégrer une ligne de mire et un décompte des morts, de sorte à ce que les scènes paraissent être tirées d'un jeu vidéo. Pour le juge, en faisant cela, Philip Neville Arps a « glorifié » les fusillades et a fait preuve d’« une cruauté particulière ».

Compte tenu des risques de récidive de l’individu, le juge a opté pour sa détention. En 2016, Philip Neville Arps avait été condamné pour avoir déposé une tête de porc devant la mosquée Al Noor.

Lire aussi :
Un circuit interreligieux à vélo organisé en mémoire aux victimes de Christchuch
Lutte contre les discours de haine sur Internet : ce que contient l’Appel de Christchurch




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne sont pas tolérés et seront donc supprimés. Idem pour les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.