Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Points de vue

Nadia Yassine préfère la République à la Monarchie

Rédigé par Youssef Chems | Vendredi 18 Novembre 2005

Son nom siffle comme une balle aux oreilles des gardes du Palais. De chaque côté du Bou-Regreg, sous l’œil compassé des flamands roses, la vieille rivalité entre les pirates de Salé et les aristocrates de Rabat se réveille. Depuis quelques semaines tout se précipite. Testant la toute nouvelle liberté d’expression qui souffle sur le Maroc, Nadia Yassine dévoile ses convictions républicaines et se place, hidjab au vent, en première ligne du mouvement Al Adl Wa AI Ihsane (Justice et Bienfaisance) du vieux et respecté Cheikh Abdessalam Yassine, son père. La guerre de succession peut commencer.



Nadia Yassine préfère la République à la Monarchie

« Justice et Spiritualité » Islam extrême

Pour bien comprendre et apprécier le mouvement du sheikh Yassine il faut se pencher sur le texte de la déclaration que sa fille, interdite de sortie du territoire, a fait lire à la tribune du Forum Social Méditerranéen. En quelques phrases elle nous dit que l’islamisme au Maroc n’est pas un bloc monolithique et qu’aujourd’hui,

• . Etre islamiste c’est tout simplement se ressourcer aux références spirituelles de tous les peuples musulmans, gérer la modernité et dépasser les archaïsmes politiques.

• . Etre islamiste, c’est aussi remettre en question l’histoire officielle du pouvoir en mettant le doigt sur tous les détournements à des fins politiciennes subis par le Message coranique.

• . Etre islamiste, c’est encore condamner avec sincérité tous les excès en matière de despotisme, champ propice à la misère psychologique et économique.

• . Etre islamiste, c’est s’interdire la violence contre un régime en place et permettre à l’homme de changer la société par l’éducation.

• . Etre islamiste, c’est refuser la clandestinité, en se battant au titre d’une association légale et reconnue.

• . Etre islamiste c’est enfin refuser les financements extérieurs et garantir sa liberté de pensée et d’action.


L’écart entre riches et pauvres se creuse chaque jour davantage. Nadia Yassine l’a parfaitement compris, même si elle n’est pas la seule, et a choisi de se battre pour ses sœurs les plus démunies,

« La minorité est de plus en plus riche et effrontée. Je suis très inquiète. Le Maroc est une poudrière. Le Maroc est en danger »

Les racines soufies du mouvement du sheikh Yassine excluent tout amalgame extrémiste. La spiritualité et la réflexion, concepts issus directement de cette doctrine, constituent à elles seules un puissant antidote contre la barbarie. Il s’agit de convaincre, pas d’imposer. Dire « il y a tout dans le Coran » pour tourner le dos à la réflexion n’est que le subterfuge d’une application du Droit complice du pouvoir, quel que soit le pays. Pour ce Mouvement, le Coran est le repère par excellence de l’identité et loin de condamner l’effort de réflexion, il l’encourage et en fait même une obligation.

« Nous voulons libérer les peuples musulmans en dégageant le Coran de ces lectures du compromis » (Nadia Yassine)

Les extrémismes marocains
Le pouvoir joue avec le feu. Jusqu’au 11.09 il les a entretenus sciemment, s’en servant comme d’une soupape de sécurité dans un contexte social explosif, imaginant avec un certain machiavélisme les utiliser comme un palliatif à un retour naturel des peuples aux fondements islamiques. Et ils ont imaginé trop vite que ces minorités seraient facilement contrôlables. Mais, les « makhzen » n’ayant jamais permis leur installation sur le territoire, la salafya jihadya soutenue discrètement par les États-Unis n’a pas fonctionné et ces derniers n’ont pu s’en servir pour justifier leurs actions de déstabilisation et d’installation de leur nouvel ordre mondial.

Tout est encore à venir et on peut s’attendre à de belles surprises. La situation ne restera pas ce qu’elle est, l’autruche doit s’extirper de son trou et faire face à toutes les montées, à tous les mécontentements, à toutes les aspirations.

Féminisme « beldi »

Pas facile d’approcher ce problème du statut de la femme au Maroc. Les islamistes profitant toujours des quelques nouvelles libertés d’expression ont fait campagne contre la réforme, parfois avec violence. Mais la bataille n’est pas là, avec ou sans eux. Elle est plus profonde et en promulguant cette « mudawana », le Roi, tout en jouant sur sa nouvelle image libertaire, peut avec intelligence accrocher à son urne des bulletins reconnaissants. On connaît bien toutes les facettes de cette réforme qui, finalement, a été acceptée par tous. C’est un changement de société et comme toute radicalisation sur un terreau de traditions, les remous et fracas ne se sont pas faits attendre.

Associations féministes, avec en tête Fatima El-Maghraoui et son Union de l’Action Féminine (UAF) ou une autre Fatima, Mrini cette fois ci, avec son Association des Femmes Marocaines (ADFM), sont montées au créneau et se sont battues avec courage. Mais pourquoi ne se sont-elles pas appuyées sur une image davantage coranique, qui aurait assoupli les plus farouches opposants, ceux avec lesquels elles devront fatalement composer un jour ou l’autre si elles veulent que les décrets d’application soient vraiment respectés. Ou alors ce ne sera qu’une victoire à la Pyrrhus ! Et c’est un peu le cas aujourd’hui.

Divorce, âge du mariage, partage des biens, recours à la khola (remboursement de la dot), tout cela Nadia Yassine en témoigne tous les jours. Elle en est imprégnée et elle sait bien que tout passe par cette fourche caudine. Elle sait parfaitement que des associations comme Attawhid wa Islah (Unification et Réforme) ou le PJD (parti de la Justice et du Développement) ont choisi de s’intégrer au jeu politique tout en dénonçant le machiavélisme makhsénien du palais. Ils pratiquent un discours populiste qui caresse les traditionalistes. De son côté, le bureau politique de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) a trouvé plus politique de partir en touche en imaginant que la réforme, pour eux essentiellement religieuse ne peut être mise en place que par le plus haut des pouvoirs religieux celui du Roi, qui doit s’appuyer sur un conseil spécial des ulémas et d’universitaires à constituer.

Pas mal la défausse. Tout est à refaire. Cette avancée morte avant que de naître n’aura été que la première escarmouche du vrai combat qui couve et dont les braises n’attendent qu’un début de sirocco pour s’enflammer une bonne fois.

Amir Al Mouaminine

C’est le plus beau titre de Mohamed VI, énorme et si lourd de significations. « Commandeur des Croyants », hérité et héritier de la grande dynastie des Alaouites il a tout à prouver, tout à réussir.
Le pari est considérable et la tâche infinie. Il y a six années déjà qu’il en a revêtu la tiare et il a su avec finesse nettoyer le paysage et ouvrir quelques lucarnes. Mais le pur soleil de Tan-Tan, avec sa litanie d’insatisfactions et son chapelet d’espoirs n’est pas encore entré dans tous les cœurs. Il en a tant à réchauffer après la glace du précédent régime.

Des conseillers parfois plus soucieux d’influence personnelle que de bien public se sont glissés sur les tapis de Rabat et des consultants étrangers affairés s’agitent sur les tarmacs de Salé. Le jeune roi a tenté quelques timides réformes rassurantes pour l’Occident mais brinquebalantes sur place. Et les islamistes attentifs se sont vite engouffrés dans les brèches à peine entrouvertes. Le niveau de vie n’a pas évolué et les désillusions s’entassent, germes de prochains face à face aiguisés par des provocateurs bien connus auxquels tout facilite l’action. Et de leur côté, les formations politiques classiques et sclérosées, asservies par un makhzen hassanien ne proposent rien. La position religieuse du Commandeur est à son tour remise en question et son ton accommodant n’est pas fait pour endiguer les poussées les plus radicales.

Les émirs les plus écoutés ont le champ libre, ils ne se privent pas de critiquer et, profitant des toutes nouvelles libertés lancent chaque vendredi des prêches durs et agressifs. Le palais ne parvient pas vraiment à maîtriser cette vague intransigeante qui a fourbi ses armes. Eux ils sont prêts et attendent les signes de faiblesse. Et ils ne manquent pas, gestion légère de l’incident de l’îlot Leïla ou mirage pétrolier de l’Est… ! Et pourtant il tente tout pour rapprocher les uns des autres et ajuster son image de roi moderne à l’indispensable souffle islamique. La soif de justice et de changement est immense. Saura-t-il l’entendre et surtout la satisfaire sans y laisser trop de son autorité ? Une rumeur court dans tous le bidonvilles de Casablanca, de Salé, de Fez mais aussi sur les marchés des plus petits villages de l’Atlas :Il va rendre l’argent ! Utopie provocatrice mais parfait marketing médiatique du vieux sheikh Yassine.

« Rachetez votre pauvre père Hassan en restituant les biens qui reviennent de droit à notre peuple. Rachetez-vous ! Repentez-vous ! Rapatriez la fortune de votre père et effacez la lourde dette extérieure marocaine… » ( b[ A qui de Droit ]b )

C’était en 1974 ( L’Islam ou le Déluge ) et on connaît les suites psychiatriques que le monarque de l’époque lui a infligées. Et aujourd’hui ce même sheikh, élargi depuis, récidive avec l’écho de sa fille qui en remet une couche.

Comment le Roi pourrait-il lui « obéir » ? Comment peut-il seulement entendre ce genre de slogan facile sans se déconsidérer et en a-t-il vraiment l’intention ? Rendre quoique ce soit, c’est avouer ! Restituer un seul dirham et il se grille définitivement dans une spirale sans fin. Mais alors, quelle sortie honorable ? Il a ce problème à résoudre. , Comment ? Lui seul le sait. Là, au plus secret des murailles d’or et de zelliges, protections illusoires et fragiles qui sauteront à la première poussée sérieuse. Le texte du sheikh Yassine, sans vrais chiffres ni preuves, par sa simplicité marque les esprits et plonge dans tous les porte-monnaies, ces petits beztam de cuir efflanqué des dadas de la rue des Consuls. Nadia Yassine le sait et relance :

« La corruption est toujours présente, le vrai changement n’existe pas et Al Adl wa al Ihsane tout en lorgnant le pouvoir ne mise que sur le plus long terme et se refuse à toute violence. »

Sur un tout autre terrain la diplomatie se fissure. L’Algérie ne lâche rien sur le Front Polisario, l’Espagne montre les dents. Les échecs s’accumulent et sont répercutés comme autant d’anémies d’un pouvoir qui n’a pas encore eu le temps de faire ses preuves. L’Occident joue, sans se dissimuler, des cartes sulfureuses. La suite s’écrit en ce moment et le peuple encore une fois paiera le prix fort.

Marocaines, Marocains réveillez-vous !

Injonction très significative, l’électrochoc est en marche sur les deux rives du Bou Regreg. Les dernières attaques de la famille Yassine ont réveillé les consciences. Les deux clans s’affrontent et développent ses arguments. Il faut être prudent et tenir compte des deux sociétés, l’une nantie et l’autre au bord du drame économique le plus cinglant. Aucune n’a la vérité absolue, mais les deux reflètent le paysage marocain du troisième millénaire. Celui de tous les changements, de tous les espoirs. Que les uns lâchent un peu, que les autres reçoivent plus.

Et pourquoi pas avec un « Commandeur des vrais Croyants » plus à l’écoute, à même d’imaginer et d’appliquer des solutions acceptables par tous dans le cadre d’un Islam tolérant, celui du « plus juste des milieux», celui qui par un partage bien compris des richesses et des avantages mal répartis permettrait au monde de voir un pays aussi prometteur offrir l’image d’une monarchie respectée parce qu’elle a compris qu’une nation n’est digne que par le respect et la protection sans ostentation par ceux d’en haut, de ceux d’en bas.

Et si tout simplement ils relisaient tous les deux notre beau Coran afin d’y trouver avec une nouvelle force la volonté du bien de tous… !

Tazmamart, pas pour cette fois ci

Mais elle en frôle une fois encore les sinistres oubliettes. Juin 2005, dans un amphi de de l’université de Berkeley aux Etats-Unis, Nadia Yassine lance un appel vibrant et prend date. Elle est désormais candidate à la succession de son père. Elle est bel et bien en campagne. Rappelons ses mots,

« La monarchie n’est pas faite pour le Maroc. Le régime s’écroulera bientôt. La constitution est bonne pour la poubelle de l’histoire. Le fruit pourri va finir par tomber de lui-même… »

C’est envoyé et comme son père elle a le sens de la formule. Interrogée elle ne nie rien, persiste et signe (Le Monde-28.06.2005). Sa déclaration, pas tout à fait dans le style d’une sciences-po bien huilée, est le fruit d’une longue réflexion et ne tombe pas par hasard sur les téléscripteurs des agences de presse. Elle est aux Etats-Unis, dans un des plus grandes universités, la presse est convoquée, toute acquise et pour cause. L’Occident veut la lancer et soutient ses actions dans le but pas si discret d’un remodelage des états- monarchies héréditaires arabes. Sous le règne d’Hassan II, elle n’aurait jamais osé et on lui aurait offert avant la fin de sa phrase un aller sans retour immédiat pour les oasis. Mais le Maroc de Mohamed VI n’a plus rien à voir, le ver est dans le tagine, la structure féodale du makhzen s’est largement émoussée et les Basri and co ne sont plus là, le parapluie protecteur ne joue plus.

Elle prend d’un coup le pas sur les candidats à la succession en occupant le devant de la scène. Arsalane, qui est pourtant largement plus légitime qu’elle, sent le boulet et réagit aussitôt. Il ne peut que la soutenir mais tente son propre rapprochement avec l’Occident en déclarant que « Les autorités locales ou internationales suivent de près les évolutions marocaines et entretiennent même des liens étroits avec certains groupes d’opposition… ».

Ceci n’engage que lui, mais c’est dit ouvertement. Il insiste même en glissant que le mouvement du sheikh Yassine, dont il est un des communicants, est derrière Nadia et qu’elle ne fait que répéter ce que son père a toujours exprimé. Tentative de récupération, mais avec un temps de retard, Nadia Yassine a désormais l’avantage, il le flaire et pour tempérer et remettre Nadia dans le rang il en rajoute et lance : « La déclaration de Nadia Yassine n’est pas plus lourde que tout ce que le sheikh a dit depuis des années, et les autorités marocaines la traiteront comme tous les autres membres de la Jamâa ». Tu parles !

La campagne ne va pas être triste. Les acteurs sont en place, les trois coups frappés et nous allons suivre en live tous les coups les plus fourrés et les plus déstabilisants pour ce peuple marocain qui, de son côté, n’en peut plus et se serait bien passé de tout ce vacarme autour d’une redistribution qui s’annonce passionnante.

Le courage de la conviction

Je sais que je serai poursuivie en justice, ajoute Nadia Yassine. Elle n’esquive pas et enfonce le clou de cette attaque en règle. Elle se sait « protégée ». Pour le président américain George Bush, tous les régimes arabes sont plombés et douteux. Il a commencé son grand nettoyage, Afghanistan, Irak…les autres sont en route. Ces autocraties, par leur impossibilité à garantir une stabilité, une sécurité et surtout une vraie légitimité, sont autant d’abcès qu’il vaut crever au plus vite afin d’installer la démocratie occidentale et la way of life américaine. Cette digne femme voilée peut devenir un cheval de Troie performant, une grenade dégoupillée dont il peut à chaque instant allumer la mèche.

Nadia, si vous trouvez là une once de légitimité pour votre action saisissez-là, mais de grâce sachez vous en servir. Ne laissez pas passer cette chance. Nous avons enfin en terre islamique un hijab écouté, respecté et compétent. Mais attention à ne pas vous brûler les ailes par ce survoltage médiatique et cette toute nouvelle reconnaissance. Vous n’êtes au service de personne, si ce n’est de votre peuple. Votre fond de commerce prend aujourd’hui quelque valeur. Vous avez besoin maintenant d’une assise juridique et populaire, c'est-à-dire politique. Sans elle vous ne resterez que la fille d’un vieux sheikh respecté et aimé qui essaie de prendre un pouvoir qu’il espère bientôt vacant. Les législatives de 2007 sont déjà là et la sanction sera alors dans les urnes, pas à la tribune de Berkeley. Vous l’avez d’ailleurs bien compris :

« Nous pourrions vivre le jour où il y aura des élections libres à travers lesquelles, le peuple pourra décider de ne pas adopter le référentiel islamique… »

Et voilà une première petite faveur à l’Occident. Vous savez faire, en voilà la preuve. Vous allez devenir populaire si vous ne l’êtes déjà, mais il ne suffit pas de citer Ibn Rochd pour vous approprier les valeurs d’un Islam tolérant et éclairé ou préconiser des solutions éducatives plutôt que législatives. Non, il faut aller au charbon et endosser la responsabilité totale de vos déclarations au nom du mouvement paternel. Votre appui est là, vous le savez. Ils sont tous prêts à vous suivre et même à descendre dans la rue pour vous escorter sur les marches du Palais de Justice avec des bâillons sur les lèvres. Vous ne pouvez pas dire que vous ne parlez qu’à titre personnel ou académique, que vous n’êtes pas le porte voix d’Al Adl Wa Al Ihssane. Ce serait insulter des militants qui alors comprendraient mal votre intelligence. Vous êtes sur les rangs de la succession, alors allez- y, une bonne fois ! La partie ne va pas être de tout repos, mais vous êtes formée et tout à fait capable d’en assumer les risques et les honneurs. On sait que le mouvement paternel peut mobiliser les masses et le 28 juin dernier la chambre criminelle de première instance de Rabat a reporté votre procès sine die. Ils ont compris le piège. Certains pensent et disent un peu partout que vouloir vous poursuivre au grand jour a été une erreur stratégique et politique aux conséquences aujourd’hui encore mal estimées. Mais il faut tempérer cette affirmation, les responsables ne sont pas ignorants de la Loi et des conséquences éventuelles et leurs réponses sont plus fines que ne le laissent supposer les médias locaux et internationaux. Ce sont bien vos propres avocats qui ont demandé le report de votre procès pour mieux préparer les plaidoiries (en accord avec la Loi 262 du Code de procédure pénale) et vous vous défendez des graves inculpations d’atteinte aux principes fondamentaux de la Constitution en vous réfugiant derrière le droit à la liberté d’expression. Bien joué.

« J’ai simplement déclaré en tant qu’intellectuelle, que ma préférence allait à un régime républicain plutôt qu’à un régime monarchique… »

Vous savez fort bien que le mouvement paternel va vous suivre, s’engager dans un bras de fer avec le pouvoir et entamer ainsi une négociation pour sa propre reconnaissance en tant que parti politique. Vous voulez faire réagir le pouvoir, mais et-ce là, la bonne approche ! L’avenir nous le dira vite.

Comment réagit l’Etat

La justice marocaine va-t-elle appliquer durement la Loi devant votre provocation ou utiliser une approche plus politique que juridique en inscrivant avec finesse vos paroles dans la volonté affichée des libertés d’expression et des efforts démocratiques du Roi ! Ou mieux encore va-t-elle assouplir la gestion de l’affaire tout en gardant sa fermeté sur le principe de sanction ! C’est là qu’il lui faut chercher et trouver une réponse, dans sa volonté de sortir de votre piège avec bénéfice. L’Etat a toujours été assez souple avec votre Jamâa à l’image de l’Affaire Abbadi. Il faut s’en souvenir aussi. Vous n’êtes pas la première à vous lancer dans un combat frontal et finalement vous vous attaquez davantage au régime qu’au Roi lui-même, à la politique qu’à la royauté. Vos militants soutiennent-ils davantage votre liberté d’expression ou votre position contre le gouvernement ! Attention la partie est loin d’être jouée pour vous et les épines sont acérées. N’oubliez jamais que les Marocains sont très attachés au symbole monarchique et d’unité et ce depuis des siècles.

Les flamands roses du Bou Regreg

Le temps joue pour vous, Nadia. La crise économique générale est là pour vous apporter sans avoir à les chercher de solides soutiens. Dans sa volonté d’ouverture l’autorité royale peine à rapprocher les uns des autre. Les monarchies tolèrent mal la critique, elles en ont horreur. Laissons leur le temps, ils ont tous bien reçu votre message, il a été assez violent.
Vous êtes, comme on dit dans votre mouvement, au début d’une période de changement, de soulèvement des consciences et des volontés, d’une tawra. Mais que la protection d’Allah sur tout le peuple marocain évite les provocations et les inopportunes interventions des uns et des autres. Que les anciens d’Al Adl Wa Al Ihsane calment le jeu et permettent par leur sagesse de retrouver une paix honorable entre Rabat et Salé et que les petits bateaux des passeurs continuent encore longtemps leur incessante et si gracieuse noria. Et prions tous encore une fois pour qu’avec la bienveillance d’Allah tout se passe de la meilleure des façons

« Billati Hiya Ahsane »





Réagissez ! A vous la parole.
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

72.Posté par aouabi le 27/04/2008 19:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
salam si azizi ,
cher azizi vaut mieux garder tes insultes ... et si c nadia yassine l'intellect. qui t'intéresse tu n'a qu'à tenter ta chance parmis les oppos. les plus intellig ou ds les classes des 40 nouvelles" stars" du makhzen comme prefer les nommer le journal hebdo :chakib benmoussa,ali lhimma, chraibi,mo3tassim,... les 40 etc etc.
(En fait c nadia yassine qui devrait te répondre à tes...,ou peut etre qu'elle ne trouve pas toujours de temp pr. repondre à des "pour"que de le gaspiller avec les moins intellig...).
Et en qq.lignes et réponse à tes jugements les plus..."exploités" fton comm.qui st. en bref comme tu les preten: notre culpabilité fles attentas du 16 mai 2003 , fl'assassinat de la tolérence cultur du Maroc et fle lit de l'extrémism ,etc etc ..,je dis azizi que tu était trés loin de la réalité, de l'attenta par exemple,de l'analyse scientifikici et ailleurs;cett etude qui exige la preuve chez les magistra fles jugements contre la JS et y'en a pas...tu y étais loin aussi de l'etude scientifique qui oblige une chronologie de la vie politik des 14 illuminés d'al adl que tu pretends qu'ils ns ont fausses compagnie en se présentant au parlement,qui fait preuve à tes ..." exploit." et qui montre kil y a parmis les députés islamistes du PJD 14 adlistes.
Cher laurent tu dis qu'il fait bon vivre au maroc que n'importe..comment et où ça ? qu'il fait bon vivre au maroc qu'ailleurs ,fles differences sociales entre une minorité darchimilliard. et et et qui domine tt, et en...  

71.Posté par azizi laurent le 13/04/2008 23:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lorsque les romains décidérent de crucifier le Christ,Iil déclara "Dieu pardonnez leur ils ne savent pas ce qu'ils font.
En tant que franco-marocain,vivant dans les deux pays je medis que certains marocains,mes compatriotes au même titre que les français,ne savent pas que le Maroc comparé aux pays arabo-musulmans et africains est le meilleur,qu'il fait bon vivre au Maroc,que n'importe qu'il ssoit musulman,chretien,juif ou athé,berbére,arabe,noir ou blanc,hétéro sexuel ou homosexuel,peut circuler librement,vivre pleinement sa vie sans aucun probléme alors je dis solennellement à Mme toutes voiles dehors,ma copine de classe au Lycée Victor Hugo(Bac A) Nadia Yassine épouse Chbani d'arréter ses hypocrisies et si c'est le pouvoir qui l'intéresse elle n'a qu'a se présenter aux élections comme tout le monde,en lui rappelant que quatorze de ses illuminés d'al Adl lui ont faussé compagnie en se présentant aux parlement sous l'étiquette de ses amis du PJD.
C'est bien la fille de son pére qui a poussé l'illumination jusqu'à ,annoncer dans un journal francophone que son aieul a été persécuté par le Roi Mohammed Trois pour l'empécher d'accéder à un Trône imaginaire d'EL Haouz et que c'est lui qui devrait être le Commandeur des Croyants et qu'il était prêt à partager le pouvoir avec un roi laic,à Yassine le clergé et le pouvoir religieux et au Roi le pouvoir politique.
Très chére Nadia je te reproche les attentats du 16 mai 2003,je te reproche l'assassinat de la grande tolérance culturelle...  

70.Posté par sami le 08/02/2008 23:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
E CROIS QUE NADIA N A DIT QUE LA STRICTE VERITE CONCERNANT L ETAT PITEUX DU MAROC ON VA VRAIMENT DE BAS EN BAS DANS ABSOLUMENT TOUS LES DOMAINES LE PAYS EST SUR LE POINT D EXPLOSER C EST LE VERITABLE CHAOS ICI LES RICHES SE FONT PLUS RICHES ET PLUS FORT LES PAUVRES S APPAUVRISSENT .
ALLER PAR EXEMPLE JETER UN COUP D OEIL AU TRIBUNAL IL N YA QUE LES RICHES QUI GAGNENT TOUJOURS LES PROCES ,QUELLE COICIDENCE !!!! meme quand il sagit de meurtre ,moi j applaudis fortement ceux qui disent la vrai verite .
vivent la republique et a bat la monarchie

69.Posté par AOUABI le 07/11/2007 21:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Assalam ,
91. Posté par Aouabi le 17/10/2007 14:50

LE MAKHZEN : LA CRISE DES ABSTENTIONS ( 70 % ) ET LA RECHERCHE DU GOUVERNEMENT LEGAL / POPULAIRE CHEZ LES PARTIS HISTORIQUES DE TRES FAIBLES VOIX (USFP , ISTIQLAL , etc. ) / PARTIS DE L'ADAGE MAROCAIN : " SAM HATTA 'AYA WA FTAR ALA JRANA " / PARTIS DES ANCIENS OPPOSANTS QUI CEDENT ENFIN DE COMPTE ET QUI S'APPLATISSENT BETEMENT DEVANT LE DICTATEUR

Dans ce gouvernement du palais/ Abbas Alfassi ,le palais apres setre decu à cause de la colère du peuple du boycott ( AL ADL WAL IHSAN à leur tête ) , cherche de trouver la légitimité du gouvernement suivant la manipulation des degats de symboles du reste du mouvement national d'un côté , et suivant aussi le profil d'essayer de marginaliser les partis du palais , les partis administratifs ( Mouvement populaire , Al ahrar , etc. ) bien sûr en laissant une certaine marge à lui pour profiter de leurs cadres makhzeniens ( Mezwar ( alhrar ) ministre des finances comme exemple .. ) ...

ET QUOI D'AUTRE , après tout ce.. " tkharbiq ? Fa lawla sibyanon roddaa wa kohoul rokkaa wa nissaon dhiâaf wa bohomon îjaf wa dâawaton fi-ssamai khariqat lahalla bilmaghariba yawmon yakono fi mostawa istihtari ALMAKHZEN bi dini llah wa bi ibadi llah .. WA LAQAD KANA LILMAKHZEN akbar bayan minallah fi intikhabat 7 sep. FI qodratihi ala tanghissihi ( sobhanaho ) li moradati al makhzen .. FA HAL MIN ROJOUE ?

--------------------------------------------------------------------------------

92. Posté par Aouabi le...  

68.Posté par Aouabi le 17/10/2007 13:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
4. Posté par Aouabi le 02/08/2007 00:38

Assalam aleikum ,

Ajoutons , en parlant du fond public , au désordre du Waqf du Maroc/ le Makhzen , le désordre et l'abscence de la déclaration de fonds que LA OU LE MAKHZEN MANQUAIT DE FRANCHISE . Lisons ci-dessous :

Là où Oualaâlou manquait de franchise *

Lors du programme télévisé " Hiwar " de la Une marocaine ,monsieur Oualaâlou, ministre des finances , s'est retiré gagnant quand il lança au public marocain qu'il ne prennait en aucun cas des primes hors de son salaire comme ministre .

Seulement quand on revoit le programme une deuxième fois , les numéros vont s'opposer et vont dire que Oualaâlou vint juste pour répondre à la question du milliard de centimes qu'il touchait comme indemnités . Se voyait clairement qd.il lut de la feuille d'en face qu'il préparait précedemment .

Oualaâlou se justifia ainsi , alors que ces primes que touchaient certains ministres du gouvernement de l'alternance ne descendaient pas toujours de la trésorerie générale de l'état . D'ailleurs on les têtait du faux canal .

Est-ce Oualaâlou allait refuser que lui et les membres du gouvernement d'Al-Yousfi touchèrent une certaine " hiba " /prime royale d'environ vingt mille de dirhams ( 2 millions de ctm. ) hors de la paie mensuelle et là où le premier ministre envoyait des chèques de soixante mille de dirhams pour trois mois avec des lettres qui lançaient la "hiba royale " que le roi Hassan II l'avait conclue à ses "employés " pour leur rafraichir la mêmoire ...  

67.Posté par msawri le 21/07/2007 21:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'auteur de cet article est un tout petit peu confus. Tout en ayant voulu se faire passer pour un impartial, il sème ici et là, sciemment ou inconsciemment, quelques vérulences. Tout d'abord, il donne de Nadia Yassine une image dépassant de loin les capacités in telectuelles de cette islamite, la traitant d'un haut responsable capable de remplacer son père pour continuer la marche de son mouvement. En agissant ainsi, il l'a remplie d'orgueil en lui faisant miroiter son rêve de république marorocaine. Nadia Yassine connait-elle le nombre d'éthnies dont est composé le Royaume pour nous parler d'une république ? A l'instar de son père, elle aime les coups de théatre pour attirer l'attention du pauvre gens sur elle. Son père, à une époque où les marocains respectaient leur Roi, comme ils l'aiment d'ailleurs maintenant, il a surpris les marocains en envoyant une lettre ouverte à S.M. Hassan 2 le traitant d'homme de peu de foi n'applicant pas la chariaa et ne répprimant pas assez la débauche et la corruption qui régnaient soit-disant au Maroc. Il a répété le même scénario avec S.M. Mohamed VI. Ce qu'ils cherchent par ces coups d'éclats, lui et sa fille rien d'autre que la publicité et drainer autour d'eux les pauvres gens auxquels ils inculquent les même méthodes : critiques négatifs et coups de théâtre sans violence sur la voie publique. Pourquoi sans violence ? Ils ne savent gérer que la parole et, tant qu'ils ne gèrent que la parole, leur mouvement marche bien sans efforts ni...  

66.Posté par Aouabi le 04/06/2007 00:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Assalam alikum ,

Maroc : l’INDH dans la balance

Les introductions ( toujours )

L’initiative qu’est le regard à la classe démunie : à l’orphelin , au pauvre , au chômeur ou à l’employé ( de sans aucun sens chez l’état du Makhzen ) , cette initiative aurait pu être réellement , si la gauche , surtout ceux qui ont sacrifié leur vie pour ôter de la politique marocaine , toute forme de dictature , de répression ou de disqualification , n’avait pas changé de ses grands principes et de sa liberté pour se lancer vers un aplatissement stupide devant le Makhzen , pour des chaises de pouvoir faible : des chaises à la « tête »des droits de l’homme , de ministères et de partis . Aurait pu l’être aussi , si la gauche avait mis la main sur celle du peuple et de préférence sur celle de ses imminents .

L’INDH ça serait après le pli du dossier de l’éducation et de la santé et que ce dossier ne sera plier qu’à l’aide d’1 gouvernement national que tt le monde y participera et bien-sûr après une révision totale de la constitution qui répond à toutes les initiatives des acteurs vivants de la société notamment à celles des islamistes modérés : Al Adl Wal Ihssan ( J.S.) , le PJD et les autres ; notamment à celles des gauchistes , des démocrates et de l’Istiqlal .

De quelle INDH , de quelle éducation et de quelle santé parle-t-on et notre Maroc va vers des contradictions et des contradictions .

Et de l’incroyable de ces paradoxes que ça peut être ,qu’on trouve , chez notre éducation et notre santé de ...  

65.Posté par chhal ykhassak mnstaghfirallah al bayat bla 3cha le 30/10/2006 00:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monarchie*
Ramid appelle à la réforme

Le député de Derb Soultane, Mustapha Ramid, a fait une sortie médiatique très remarquée. Dans une interview accordée à l'Hebdomadaire « Al Jarida Al Oukhra », Ramid revient sur le rôle de la monarchie et ses prérogatives. Il relève que la monarchie exécutive ne peut être démocratique et appelle les forces vives à militer pour l'instauration d'une monarchie constitutionnelle. En d'autres termes, à la diminution des prérogatives du Roi. Ramid relève que les décisions stratégiques émanent de l'entourage royal, ce qui marginalise le rôle des partis politiques et des institutions. Concernant les idées défendues par Nadia Yassine, le député de Derb Soltane regrette son rejet de la monarchie et précise que cette démarche va à l'encontre des intérêts de la religion. Ramid souhaite que le Roi devienne un arbitre et non un acteur politique

* : lejournalhebdo.com

64.Posté par Aouabi le 26/10/2006 23:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Mohamed Abbadi et trois autres membres de la jamaâ condamnés à un an de prison ferme.

Le tribunal de première instance d’Oujda a prononcé, le jeudi 19 octobre, son verdict dans l’affaire de Mohamed Abbadi, membre du conseil d’orientation de l’association Al Adl Wal Ihssane (Justice et Spiritualité). Mohamed Abbadi a été condamné à une peine d’emprisonnement ferme d’une année, ainsi que trois autres membres de la jamaa poursuivis dans la même affaire : Al Bachir Abid, Abderrahmane Al Khadir et Anouar Maghza. C’est la deuxième affaire dans laquelle est poursuivi Mohamed Abbadi ainsi que les trois autres frères. Ils sont accusés d’avoir détruit des scellés placés sur ordre de l’autorité publique (placés injustement au domicile de Mohamed Abbadi scellé depuis le 25 mai 2006).
Mohamed Abbadi et les trois autres frères ont été arrêtés par les forces du makhzen le 28 juin 2006 près de sa maison.
Il est à rappeler que Mohamed Abbadi est également poursuivi dans trois autres affaires.
Ce procès vient donc s’ajouter à une série de décisions prises contre les membres d’Al Adl Wal Ihsane (Justice et Spiritualité) depuis le déclenchement de la campagne makhzènienne lancée en mai 2006. Il s’agit de décisions judiciaires par lesquelles les pouvoirs publics visent à intimider la jamaâ, et à l’empêcher de continuer à dénoncer les injustices, à un ère où le Makhzen veut mettre tout le monde au pas.

Date de publication : 20/10/2006 " , aljamaa.com

llahoma inna hada lamonkar ... c'était selon l...  

63.Posté par Aouabi le 17/10/2006 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
EN FRANCE , LA OU IL Y'A CORRUPTION TOUCHANT DE L'ARGENT PUBLIC LA JUSTICE FAIT SON BOULOT . ET AU MAROC DES FONDS PUBLICS DE PARTOUT LES MUNICIPALITES , CIBLE DE TOUT CORRUPTEUR DEVALISANT LA POCHE DE LA MUNICIPALITE MAROCAINE , SANS CONTROLEUR CONDAMNANT LES ACCUSES A DES PEINES REPRESSIVES

mardi 17 octobre 2006, 8h59
Michel Roussin, ex-bras droit de Chirac, rejugé pour corruption

PARIS (Reuters) - L'ancien bras droit de Jacques Chirac, Michel Roussin, sera jugé à partir de mardi en appel à Paris avec 13 autres prévenus dans le dossier de corruption des marchés publics d'Ile-de-France.

Condamné en première instance en octobre 2005 pour "complicité et recel de corruption" à quatre ans de prison avec sursis, 50.000 euros d'amende et cinq ans de privation des droits civiques, civils et de famille, Michel Roussin, 67 ans, s'est refusé à évoquer le rôle éventuel de son ancien mentor.

Devant le tribunal, il avait nié avoir eu un rôle dans la corruption. Il avait néanmoins admis avoir eu connaissance du dispositif de corruption au coeur du procès, une stratégie qui ne lui a pas permis d'avoir la relaxe qu'il demandait.

Une instruction judiciaire de huit ans a montré que les entreprises de BTP construisant et rénovant les lycées d'Ile-de-France devaient verser entre 1989 et 1995 2% des montants des contrats, sous formes de "dons" pseudo-légaux, d'argent liquide ou par la prise en charge de salaires, à des partis de droite et de gauche (RPR, PS et Parti républicain).

L'affaire, qui p...  

62.Posté par Aouabi le 11/09/2006 02:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
nous attendons un maroc de PIB de 51 milliards $ avec une dette 56 MDS $ et un chiffre de sous seuil de pauvreté horrible .. un maroc de privatisation gaspilleuse ( je suis ds un sce. de la mairie de casa ( mairie liberaliste .. ) , on a pris en location 6 voitures de services pour mon service, d'un prix de 600 dh/jour .. = 60 euros/jour chacune , pour un contrat de 2 ans , et ds un systeme de location de voitures pour 25 communes de la région de casablanca (v.pr. chefs et v. sces. ) .. un budget gaspillé .. une location de 2 ans qui vaut un achat de ces voitures de 2 ou 3 fois de plus .. " galo khasso fil .. galo zidoh fila .. " . est-ce notre commune n'a pas de fonds pour acheter ces voitures et par consequent nos dirigeants se sont lancés pour cette aventure néo-libérale ? n'oublions pas que notre ministre de finances et d'economie ne cesse de signer des credits .. dernièrement et depuis Janvier 2006 a signé des credits ext. d'environ 1300 milliards de centimes .. des exemples partout .. un maroc qui nous rappele , et de haute imprudence , des pays de l'Europe d' Est de 1989 quand ses ministres de commerce ont fait le tour des capitales de l'europe de l'oest avec en main les dossiers de fortes principales entreprises de leurs pays pour les vendre..
une corruption administrative du makhzen partout .. des dirigeants locataires , entrepreneurs , .. , planifient des politiques .. hier l'ex-ministre de l'interieur , al basri donnait ses instructions à ses amis dirigeants de c...  

61.Posté par Aouabi le 30/08/2006 17:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
méli-mélo
israel" veut que la finul se deploie dans les accés des frontières à ce moment il lève le siège .
kofi annan : mais ce blocus est un abus contre la souveraineté du liban .
Soulana : "israel '' , lèves le blocus stp ! .. ( bravo la gauche de mon pays .. mais corrigeons encore cet accord de madrid tout compris rien compris .. ) .
kofi annan : les 2 soldats , les détenus libanais et la levée du blocus font partie de notre tâche ( naqora :" wa ida noqira fi naqori fadalika yawmon assiron ala al kafirine ghayro yassir" ) .
méli-mélo
l'UE : moi j'ai des problèmes de la génie .. on a des espaces pleines de bombes en grappes contenant de dizaines et de centaines petites bombes lancées hasardeusement . mais c de la pagaille dans l' israel " qui a signé un accord, ds les années 70 avec les EUA , de ne pas employer ce type de bombes sauf face à des arabes .. pourtant c interdit dans le droit mondial
"Israel" olmert : mal de tête , nous sommes à bout de perdre notre gouvernement
kofi annan est à tel-aviv : olmert " a'mal al ham fchabka chi ytèh wchi yabqa " mets les chagrins dans le tamis certains tombent et d'autres restent " .
Olmert : Annan écoutes " qad ma andak qad ma taswa " tu mérites ce que tu coûtes . c bon ces forces mais faut coopérer . tu vois pas john bolton qui a vendu tout à nous et sans aucune réserve .
Kofi annan : 1701 est adoptée unanimement .
Israel" : ne me dis rien . quand tu avais vu executer ce désorde de résolutions ? as-tu oublier ? 1701 ell est com...  

60.Posté par Aouabi le 29/07/2006 17:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand il lança des réponses à NIJUS le Makhzen , Aouabi a juste suivi ses dirigeants , le porte-parole de la Justice et Spiritualité Mr Arssalan et les autres :

" NIJUS : " Qu'on se le dise une fois pour toute : le Maroc n'est pas prêt pour la démocratie totale et complète. Je le dis et j'assume mes paroles. La France n'est pas devenue un pays démocratique du jour au lendemain, même chose pour les pays arabes ." , là-haut .

Pour NIJUS le Maroc doit passer de la démocratie makhzenienne à la démocratie française d'aujourd'hui , selon les étapes suivantes ( " wasir daba nawssal 'alik " ) :

_ de LA DEMOCRATIE DE LA MONARCHIE MAKHZENIENNE où le rôle du 1er MINISTRE est minoritaire par rapport à celui du ROI , surtout dans les activités qui traduisent des thêmes centraux du gouvernement ( Affaires Etrangères , Finances , Interieur , Defense ..).
_ à UNE DEMOCRATIE MONARCHIQUE CONSTITUTIONNELLE dont le 1er MINISTRE est sous un régime de monarque moins dictateur , disons jusqu'à 25 % de pouvoir exécutif ..
_ UNE DEMOCRATIE DE LA MONARCHIE PARLEMENTAIRE où le 1er MINISTRE et le ROI partageraient des pouvoirs exécutifs et disons presque comme la cohabitation danoise ( monarchie constitutionelle ) , la reine Marguerite II et les 1 ers Ministres ..
_ UNE DEMOCRATIE DU REGIME CONFEDERAL DE LA SUISSE où le chef d'état gouverne avec le conseil fédéral des sept ( 7 ) membres et en présidant sans posséder de pouvoirs supérieurs aux autres membres ..
_ UNE DEMOCRATIE DE LA REPUBLIQUE FEDERAL...  

59.Posté par samir le 27/07/2006 23:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LE MAKHZEN REVIENT AUX ANNEES DE PLOMB

Mehdi Ben Barka

Mehdi Ben Barka (arabe: المهدي بن بركة), janvier 1920 à Rabat - disparu le 29 octobre 1965 à Fontenay-le-Vicomte était un homme politique marocain, principal opposant socialiste au roi Hassan II et leader du mouvement tiers-mondiste. Selon les informations disponibles en 2006, il aurait été traqué lors de ses déplacements internationaux par le Mossad israélien et la CIA, qui communiquait ces informations à Rabat et Paris [1]. L'affaire Ben Barka, symbole des années de plomb sous le roi Hassan II, a longtemps gelé les relations franco-marocaines.

Sommaire

1 Biographie
1.1 Le principal opposant au roi Hassan II, leader du camp anti-impérialiste
1.2 L'exil
1.3 L'enlèvement devant la brasserie Lipp, à Paris le 29 octobre 1965
2 Les responsabilités marocaines
3 Les révélations d'Ahmed Boukhari
4 Les archives du SDECE et de la CIA
5 Les révélations de Lucien Aimé-Blanc
6 Références

Biographie

Le principal opposant au roi Hassan II, leader du camp anti-impérialiste
D'une famille de petits fonctionnaires, il devient professeur de mathématiques. Il fonde, en 1950, l'Union nationale des forces populaires (UNFP), principal parti de gauche opposé au régime royal. Il préside l'Assemblée consultative mise en place après l'indépendance. Le 16 novembre 1962, il échappe déjà à un attentat fomenté par les services du général Oufkir et du commandant Dlimi. Le 16 juillet 1963, après que le roi Hassan II a décrété l’état ...  

58.Posté par samir le 27/07/2006 22:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
" une section féminine extrêmement dynamique qui dément tous les clichés qui veulent les islamistes absolument, inévitablement misogynes .."

"Posté par Aouabi le 13/07/2006 00:10

IL ETAIT UNE FOIS UNE FEMME PRESIDENTE

Madame wrisya ,

Chez certains oui .. la femme est une personne humiliée .. mais en Islam , chez les biens instruits et chez les modérés des islamistes c'est le contraire ..

La femme islamiste , dans sa carrière politique et dans sa garde de sa famille , peut atteindre ou dépasser la présidentiable Ségolène Royal , la mère instruite des quatres enfants bien suivis et bien gardés .. souhaitons qu'elle arrive à connaitre Dieu de l'Islam , l'unique .

Il est là , des textes prophètiques apocryphes ( domaine de la science de la garantie d'une tradition ) qu'on a pris comme appuis pour dénigrer la femme ..

Il y'a aussi des textes qu'on doit adopter de façon particulière et ne pas les généraliser .

L'exemple est : " Aucune réussite est du coté des gens qui ont nommé une femme à leur tête " , hadith vu Al Bukhari .

Ce hadith est des "Ahades"/ monogaranties d'Al Bokhari . Sa cause était suite à une guerre faite par une troupe de Persans dont la tête est une femme . Le hadith s'est dit sous une forme de " douaa " d'invocation contre des gens dirigés par une femme et qu'on a voulu faire face à l'Islam d'aujourd'hui .. Et en adoptant ce raisonnement nous ne sortons jamais des avis de penseurs de la oumma : Mohammed Al Ghazali et identiques ..

Aussi se trouve de mauvaises le...  

1 2 3 4 5