Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Livres

Moi, musulman, je n’ai pas à me justifier. Manifeste pour un islam retrouvé, de Seydi Diamil Niane

Reçu à Saphirnews

Rédigé par | Vendredi 1 Septembre 2017



L'avis de Saphirnews

Âgé d’à peine plus d’un quart de siècle, l’auteur franco-sénégalais a déjà un brillant parcours. Nourri à l’enseignement traditionnel en sciences islamiques dans son pays d’origine, initié à la voie soufie tijaniyya, il est actuellement doctorant à l’université de Strasbourg avec deux masters en poche d’islamologie et d’études arabes.

Mais Seydi Diamil Niane ne vient pas ici pour étaler son savoir. Deux ans après les attentats de 2015, ce militant de l’interreligieux et de l’interconvictionnel, qui aime à citer Frantz Fanon, Abd al Malik et Amadou Hampâté Bâ, témoigne humblement et appelle dans ce manifeste à changer le monde avec humanisme et spiritualité.

Présentation de l'éditeur

Le cri d’indignation d’un jeune musulman face à l’extrémisme comme à la stigmatisation, aux idées reçues, amalgames et raccourcis auxquels il tord le cou.

Le plaidoyer, assorti de propositions pour un islam dans la cité -éclairé, humaniste et spirituel-, d’un militant engagé du vivre-ensemble dans le cadre de la laïcité et du dialogue interconvictionnel auquel il apporte une salutaire contribution.

L'auteur

Franco-sénégalais, Seydi Diamil Niane est titulaire d'un double master en islamologie et études arabes. Chercheur au Timbuktu Institute-African Center for Peace Studies, doctorant en islamologie à l’université de Strasbourg, sous la direction du spécialiste du soufisme Éric Geoffroy, il est membre du réseau associatif CoExister.

Moi, musulman, je n’ai pas à me justifier. Manifeste pour un islam retrouvé, de Seydi Diamil Niane

Extrait

[p. 98-99] Voilà l’humanisme théocentré tel que je le conçois, à la lumière de l’enseignement soufi. Inutile de maitriser toutes les sciences religieuses, de mémoriser entièrement le Coran et les hadiths du Prophète, de connaître précisément l’Histoire de l’islam et son évolution jusque dans les moindres détails, si notre cœur n’est pas empli d’un amour inconditionnel de l’homme, vicaire du Miséricordieux sur Terre et dépositaire de son Esprit créateur. Sans cet amour de l’homme, nos prières ne sont que des mouvements, nos jeunes que des tortures que nous nous imposons, nos pèlerinages à La Mecque que des voyages vidés de tout substrat spirituel.

« Les meilleurs créatures parmi nous, enseignait Tierno Bokar, seront celles qui vivront dans l’Amour et la Charité, et dans le respect de leur prochain. Droites et lumineuses, elles seront comme le soleil qui se lève et qui monte droit vers le ciel. »

Face à ceux qui déshumanisent la vie, osons, chers musulmans, l’humanisme théocentré pour être à la hauteur du message coranique.

Seydi Diamil Niane, Moi, musulman, je n’ai pas à me justifier. Manifeste pour un islam retrouvé, Eyrolles, septembre 2017, 128 p., 13,90 €.



Journaliste à Saphirnews.com ; rédactrice en chef de Salamnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Leroy le 11/09/2017 22:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il n'a soit-disant pas à se justifier mais les assassins trouvent dans le Coran la justification de leurs meurtres.
Condamnera-t-il certains versets paisibles ?

2.Posté par Michel le 21/09/2017 17:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Lettre ouverte au monde musulman
Abdennour Bidar
Philosophe spécialiste des évolutions contemporaines de l'islam et des théories de la sécularisation et post-sécularisation
Cher monde musulman, je suis un de tes fils éloignés qui te regarde du dehors et de loin - de ce pays de France où tant de tes enfants vivent aujourd'hui. Je te regarde avec mes yeux sévères de philosophe nourri depuis son enfance par le taçawwuf (soufisme) et par la pensée occidentale. Je te regarde donc à partir de ma position de barzakh, d'isthme entre les deux mers de l'Orient et de l'Occident!

Et qu'est-ce que je vois ? Qu'est-ce que je vois mieux que d'autres sans doute parce que justement je te regarde de loin, avec le recul de la distance ? Je te vois toi, dans un état de misère et de souffrance qui me rend infiniment triste, mais qui rend encore plus sévère mon jugement de philosophe ! Car je te vois en train d'enfanter un monstre qui prétend se nommer État islamique et auquel certains préfèrent donner un nom de démon : DAESH. Mais le pire est que je te vois te perdre - perdre ton temps et ton honneur - dans le refus de reconnaître que ce monstre est né de toi, de tes errances, de tes contradictions, de ton écartèlement interminable entre passé et présent, de ton incapacité trop durable à trouver ta place dans la civilisation humaine.

Que dis-tu en effet face à ce monstre ? Quel est ton unique discours ? Tu cries « Ce n'est pas moi ! », « Ce n'est pas l'islam ! ». Tu refuses que les crimes de ce mon...  

3.Posté par Michel le 21/09/2017 17:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Texte publié dans Le Monde du samedi 30 juillet 2016

Par Tahar Ben Jelloun

Aujourd’hui, une ligne rouge a été dépassée : entrer dans une église, dans une petite ville de Normandie, et s’en prendre à vieil homme, un prêtre, l’égorger comme un vulgaire mouton, puis essayer la même chose avec une deuxième personne, la laisser gisant dans son sang, entre la vie et la mort, crier le nom de Daech puis mourir, c’est une déclaration d’une guerre d’un genre nouveau, une guerre de religion. Nous savons combien ça dure et comment ça se termine. Mal, très mal.

Alors, après les massacres du 13 novembre à Paris, ensuite le massacre de Nice et d’autres crimes individuels, voilà que la communauté musulmane, vous, moi, nos enfants, nos voisins, pratiquants ou pas, croyants ou pas, sommes sommés de réagir. Il ne suffit pas de s’insurger verbalement, de s’indigner encore une fois et dire « ça, ce n’est pas l’islam », non, cela n’est plus suffisant et de plus en plus de gens ne nous croient pas quand on dit que l’islam est une religion de paix et de tolérance.

Nous ne pouvons plus sauver l’islam, ou plutôt si nous voulons le rétablir dans sa vérité, dans son histoire, si nous voulons démontrer que l’islam ne consiste pas à égorger un prêtre, alors il faut sortir en masse dans les rues et s’unir autour du même message : dégageons l’islam des griffes de Daech.
Nous avons peur parce que nous sommes en colère. Mais notre colère est le début d’une résistance, voire d’un changement radical de ce qu...  

4.Posté par Michel le 21/09/2017 17:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A LIRE D URGENCE :

Hamid Zanaz ("l'islamisme expliqué à ma fille")
Djamilah Benhabib ("Ma vie à contre Coran", "Laïques de tous les pays mobilisez vous")
Adonis ("Violence en Islam")
Caroline Fourest, ( Frère Tariq. Discours, stratégie et méthode de Tariq Ramadan, Paris, éditions Grasset, Paris, 2004 / Frère Tariq. Le double discours de Tariq Ramadan, « Le livre de poche », 2010 / La Dernière Utopie. Menaces sur l’universalisme, éditions Grasset, Avec Taslima Nasreen, Libres de le dire, Flammarion, 2010 / Les Interdits religieux, en collaboration avec Fiammetta Venner, éditions Dalloz, 196 pages, / Éloge du blasphème, Grasset, 2015, 198 p. (ISBN 2246853737) / L'islamophobie. éditions Dialogue Nord-Sud, 2016, 250 p. / Le Génie de la laïcité : La laïcité n'est pas un glaive mais un bouclier, Grasset, 2016, 336 p. / Tariq Ramadan et son double, France Culture, 2009.
Zined, ("contre le fascisme islamique")
Charb, ("Lettre aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des racistes")
Bensoussan, ("Une France soumise - Les voix du refus" préfacée par Elisabeth Badinter, "Les Territoires perdus de la République")
Hamed Abdel-Samad ("Le fascisme islamique")
Ayaan Hirshi Ali, ( Insoumise Éditions Robert Laffont, 2005, 216 p. / "Ma vie rebelle"« Infidel »], Paris, Nil Editions, 2006, 508 p. / "Nomade, De l'Islam à l'Occident un itinéraire personnel et politique" Éditions Robert Laffont, 2010, 400 p.)
Djaout, (Les Chercheurs d'os, L'Invention du désert, Les Vigiles, Le Dernier Été de la raison...