Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Religions

Mohammed Moussaoui, élu sans surprise à la tête du CFCM

| Lundi 23 Juin 2008 à 10:48

           

Sans surprise aucune, le vice-président du Rassemblement des musulmans de France (RMF) Mohammed Moussaoui, a été élu ce dimanche 22 juin à la tête du Conseil français du culte musulman (CFCM). La ministre de l'Intérieur et des cultes Michèle Alliot-Marie l'a appelé à "faire vivre cet esprit de rassemblement en recherchant en toutes circonstances l'union et la concorde".



Mohammed Moussaoui, nouveau président du CFCM
Mohammed Moussaoui, nouveau président du CFCM
Sans surprise, ce sera bien Mohammed Moussaoui, du Rassemblement des musulmans de France (RMF), qui succèdera au recteur de la Mosquée de Paris, le Dr Dalil Boubakeur, à la tête du Conseil français du culte musulman (CFCM). A 44 ans, il a été élu ce dimanche président de l'instance en reccueillant 40 voix sur les 54 membres du Conseil d'administration présents.

A la tête du CFCM pour une durée de trois ans, Mohammed Moussaoui, et le RMF, avaient durant les élections des CRCM le 8 juin dernier, reccueilli 43,2% des suffrages, devant l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), 30,2% et le Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF) avec 12,7% des suffrages.

Avec M. Moussaoui à sa tête, le CFCM "permet à toutes les sensibilités de l'Islam de France d'oeuvrer ensemble pour consolider le projet commun qu'elles ont décidé de porter dans le cadre des lois de la République et dans l'intérêt des musulmans de France", pouvait-on lire dans le communiqué de l'instance.

En outre, les trois postes de vice-présidents reviennent à Fouad Alaoui, premier vice-président et secrétaire général de l'UOIF (Union des organisations islamiques de France), Chems-eddine Hafiz, avocat et haut responsable de la Grande Mosquée de Paris, et Haydar Demiryurek, président du Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF).

Le Dr Dalil Boubakeur a adressé tous ses "voeux de succès et de progrès" à la nouvelle équipe dirigeante.

Adressant un "message de confiance et de sympathie" à Mohammed Moussaoui, Michèle Alliot-Marie, la ministre de l'Intérieur et des Cultes a par ailleurs appelé ce dernier à "faire vivre cet esprit de rassemblement en recherchant en toutes circonstances l'union et la concorde entre tous les musulmans de France." Estimant qu'il a su opérer un "rassemblement de l'ensemble des sensibilités de l'Islam de France", la ministre loue enfin ses "qualités d'homme de paix et de tolérance".




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par mamelouk le 23/06/2008 23:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je trouve ce site intéressant, pourtant je vais me désinscrire du flux rss car il y vraiment trop de nouvelles à propos du CFCM. (organisation qui n'a aucun intéret pour moi car elle ne me représente pas, ni la majorité des musulmans francais)

2.Posté par Ben le 16/08/2008 06:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
LES PROJETS DU CFCM ?
Quels sont ces projets "portés dans le cadres des lois de la républiques et dans l'intérêt de tous les musulmans de France" ? Ces projets seront -ils conformes au CORAN et aux HADITHS ?On n'est en droit de se poser des questions quand on sait que les lois de cette république sont volontairement de plus en plus anti-islamiques,ainsi que les positions et les comportements des hauts dirigeants de cette république , influencés, à l'exception de quelques uns par le sionisme .
A la 1ère élection , 30% seulement des représentants des mosquées de Mayotte , ont participé , participation en marge, et non pris en compte finalement .A la 2ème élection , pas du tout de participation à Mayotte .Pourtant , ( mais est -ce là l'intérêt des musulmans de France ?),deux ou trois notables , croyant trouver au sein du CRCM, quelques postes rémunérés ou quelques voyages payés , ont tenté de faire participer les musulmans de Mayotte . En vain , pas une des 24O mosquées , n'a pris part à ,l'élection .
Apparemment , ces mosquées n'y voient pas, pour l'instant, d'intérêt pour l'islam de Mayotte . Au contraire elles y craignent les mainmises et les obstacles comme ceux faits par la préfecture et des entrepreneurs influents installés à Mayotte , contre les projets de centre culturel islamique de la collectivité départementale, de la commune de Mamouzou , le chef lieu , et du CREMM ( conseil représetatif des musulmans de Mayotte ) .