Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Mali : le Haut conseil islamique plaide contre l'insécurité et la « dépravation des mœurs »

Rédigé par Lina Farelli | Lundi 11 Février 2019



Mali : le Haut conseil islamique plaide contre l'insécurité et la « dépravation des mœurs »
Au Mali, les dignitaires religieux sont en pleine démonstration de force. Les dirigeants du Haut conseil islamique (HCI) ont su réunir environ 60 000 personnes dans le stade du 26-mars, la plus grande de la capitale Bamako, dimanche 10 février.

I[« Les musulmans ne peuvent pas laisser les choses pourrir devant eux. Désormais, ils seront vigilants et mobilisés pour leur patrie, leur religion et leur dignité »]I, a proclamé l’imam Mahmoud Dicko. En fervent défenseur des « valeurs traditionnelles », il a appelé à une « refondation totale du Mali » et a condamné les attaques terroristes perpétrées par les mouvements dits jihadistes qui sévissent encore au pays.

Selon ce président du HCI, cette rencontre du dimanche 10 février a eu pour vocation I[« une interpellation à l’endroit du gouvernement »]i afin que celui-ci adopte une solution qui mettra fin à l’insécurité et à la mauvaise gouvernance dans le pays. I[« La situation actuelle du pays exige qu’on se concerte et qu’on regarde vers la même direction. (…) Seule l’union sacrée peut sortir le pays dans cette situation qui n’a que trop duré »]I, a-t-il ajouté.

Mahmoud Dicko a également appelé, au cours de cette journée, au limogeage du Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga, fort critiqué par les dirigeants religieux depuis son projet de manuel scolaire promouvant la tolérance sur la question de l’homosexualité.

Sous les feux des critiques, le Premier ministre avait engagé le dialogue au sein d’une commission incluant, selon ses mots au moment des faits, « des représentants des autorités coutumières et des sensibilités religieuses » afin de « juger de la nécessité d’apporter des amendement ou de l’abandon définitif dudit manuel ». Avec l’intervention du président du HCI qui s’est déterminé à s’opposer contre « un texte qui veut enseigner l’homosexualité aux enfants à l’école », le projet avait été officiellement abandonné en début d’année.

Lire aussi :
Mali : des associations musulmanes réclament l'application de la peine de mort




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne sont pas tolérés et seront donc supprimés. Idem pour les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.