Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 





Religions

Les musulmans français les plus pratiquants attachés au mariage et à la famille

Rédigé par Anissa Ammoura | Mardi 19 Août 2008 à 11:10

La pratique religieuse influence t-elle les comportements familiaux ? Oui, répondent en coeur les instituts publiques démographique et statistique, l'Ined et l'Insee. Selon une étude conjointe menée en 2005 sur un échantillon de 10 079 hommes et femmes âgées entre 18 et 79 ans, le paysage religieux français est en pleine évolution : baisse du catholicisme, expansion des religions minoritaires comme l'Islam, renforcement de l'attachement aux valeurs du mariage et de la famille pour les plus pratiquants.



Les musulmans français les plus pratiquants attachés au mariage et à la famille
Dans une étude conjointe de l’INED et de l'INSEE parue cet été* sur l’influence de la pratique religieuse sur les comportements familiaux, il ressort une « expansion » des religions autres que catholiques comme l’Islam et l’attachement plus fort aux valeurs du mariage et de la famille pour les plus pratiquants. Selon les chercheurs Arnaud Régnier-Loilier et France Prioux, « le paysage religieux est en pleine évolution en France ». Bien que la religion catholique reste dominante - et ce malgré une baisse de la pratique chez ses fidèles - la religion musulmane est de plus en plus représentée : moins de 2 % des 65-79 ans contre 7 % des 18-24 ans. En 2005, un peu plus de deux millions se déclaraient musulmans, soit 5 % des femmes et des hommes âgés entre 18 et 79 ans. La pratique religieuse est la plus élevée chez les personnes se disant appartenir à la religion musulmane puisque 34 % de ses fidèles hommes et 14 % de ses fidèles femmes se rendent plus de fois par mois sur leur lieu de culte contre seulement 4 % et 8% des catholiques.

Religion, mariage et famille

Pour toutes les religions, les personnes les plus pratiquantes restent très attachées au mariage puisque parmi eux, seuls 6 % des hommes et 7 % des femmes ne sont pas mariés alors que c’est le cas d’environ un cinquième des personnes les plus éloignées de la religion (sans religion et non pratiquants). En conclusion générale de l’étude, il s’avère selon ses auteurs que « les relations entre la pratique religieuse et le mariage, la fécondité et la famille ont tendance à se resserrer, en particulier du côté des femmes ». Pour les plus pratiquant(e)s, dont le nombre s’est fortement réduit, « le mariage reste presque incontournable et souvent un engagement pour la vie ; il demeure le cadre dans lequel naissent les enfants et les unions sans enfants sont rares ». Les plus pratiquants vivent moins souvent plusieurs unions successives.



* Bulletin mensuel d’information de l’Institut national d’études démographiques (INED), Populations et Sociétés, numéro 447, Juillet-août 2008. Etude d’Arnaud Régnier-Loilier et France Prioux. Etude réalisée d’après l’enquête "Etude des relations familiales et intergénérationnelles" réalisée en 2005 par l’Ined et l’Insee, en France auprès d’un échantillon de 10 079 répondants âgés entre 18 et 79 ans.


Etude complète sur : La pratique religieuse influence-t-elle les comportements familiaux ?




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Mansour le 20/08/2008 13:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j'ai juste une remarque à propos du vocabulaire employé dans cet article. La notion de "paratiquant(e)" est la résultante du nombre de fois où une personne se rend à son lieu de culte selon les auteurs de cet article, ceci est peut etre vrai pour les autres religions mais pour l'Islam c'est inexact, moi par exemple je ne me rend pas souevent à mon lieu de culte à cause de mon emploi du temps très chargé mais ce n'est pas pour cela que je suis moins attaché à ma religion, par contre je suis très attaché à ma religion et ma prière je la fais chez moi quand je ne peux pas me rendre à la Mosquée, puis dans l'Islam le travail est une adoration, c'est à dire lorsque je suis dans l'impossibilité de me rendre à la Mosquée à cause de mon travail, vis à vis de la doctrine de l'islam "Fikh" je suis en adoration. D'ailleurs la notion de "paratiquant(e)" n'existe pas en Islam car tout simplement dans l'Islam nous n'avons pas de catégorisation des gens ou même une hiérarchie face aux obligations morales et/ou pratiques contrairement à d'autres religions. Dans l'islam on ne peut pas etre musulman et ne pas être pratiquant c'est incohérant mais par contre on peut etre musulman et ne pas être "engagé(e)" dans le jargon du "Fikh" islamique ("moultazim" mot arabe) et c'est cette notion qui existe dans l'Islam, qui n'est pas du tout la même chose que "pratiquant(e)".
j'espère avoir été clair, Cordialement.

2.Posté par Mootakin le 24/08/2008 13:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mansour : pour moi etre pratiquant est d'accomplir de manière constante et régulière les 5 piliers de l'Islam :

# De témoigner que nul autre que Dieu ne peut être adoré et que Mouhammad est le prophète de Dieu,
# D'effectuer le prière obligatoire (consciencieusement et parfaitement),
# De jeûner pendant le mois de Ramadan,
# De payer la Zakatt obligatoire (aumône),
# D'effectuer le Hajj (Pèlerinage à la Mècque)

http://islamfrance.free.fr/pilier.html

Ceci étant bien entendu le strict minimum ...



3.Posté par mansour le 27/08/2008 12:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mootakin, je pense que tu n'a pas lu mon commentaire ou bien tu l'a juste lu en diagonale. Concernant les 5 piliers de l'islam que tu as énuméré, il est évident que c'est un strict minimum et aucun musulman ne pourra dire la contraire. Mais ce n'est pas sur ce point que se porte ma remarque, elle concerne la notion "pratiquant(e)".
merci de lire ou relire mon commentaire.
Cordialment.
ton frère Mansour

4.Posté par Mazouzi le 11/10/2008 09:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout d'abord mieux de commencer par Assalamu alaykum,

Pour répondre aux propos de notre frère mansour, je dirais simplement que si tu en vois aucune différence entre celui qui prie et celui qui ne prie pas ? Sache que pour Allah aza wa jal il y 'en a une et elle est majeur ?

Après que le travail soit une adoration ... c'est certes une obligation manifeste pour assurer le minimum à sa famille, mais tu chercheras un dalil pour m'expliquer que c'est une adoration ??? TOUS les actes d'adoration Îbada, ont été relayé de manière exhaustive !

on se mélange vraiment les pinceaux et notre religion avec ! Certes tu as un emploi du tps chargé, al hamdoulilah tant mieux pr toi et ton activité ! Mais si tu travail à l'heure de faj'r jusqu'à l'heure de l'Îsha, c'est bien triste pour toi de ne pouvoir faire AUCUNE salat à la mosquée ... et sauf si tu es un surhomme à la foi supérieur ... ben, n'importe quel érudit t'apprendras que la fréquentation de la mosquée (aux heures de prières notamment) est ce qu'il y a de meilleur pour la foi (iman)

D'ailleurs Rasoul Allah dans un hadith AUTHENTIQUE lorsqu'il voyait les rangs assez démunis lors d'une certaine prière, désirait aller BRULER les maison de ceux qui préféraient prier chez eux ... Ainsi il est + que clair, que tu ne peux pas préférer prier chez toi plutôt qu'avec tes frères !

C'est juste un conseil akhi, barak Allah oufik

Wa salam