Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Points de vue

Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « révisionnisme »

Rédigé par Pierre Henry | Mercredi 1 Juin 2022 à 11:25

           

Les mots qui fâchent, les mots du vocabulaire politique, souvent mal connus, employés de manière inappropriée, instrumentalisés sont nombreux. Ils se répètent et se buzzent en réseaux, confortant postures et partis pris. Ils font débat et nous divisent. Ce sont les mots piégés du débat républicain. Ces mots, nous allons les déminer, les expliquer ou simplement vous permettre de mieux les connaître. Le mot du jour ici décrypté : le révisionnisme.



Pour vérifier que le moteur de votre voiture fonctionne, vous en faites la révision. Révision, ça vient du latin reviso. Viserer, c'est voir attentivement. Réviser quelque chose, c'est l'examiner à nouveau pour éventuellement le modifier. Vous pouvez demander la révision d'un procès, par exemple, si vous apportez de nouvelles preuves. Dans le cas de la célèbre affaire Dreyfus, ceux qui voulaient qu'on réexamine son dossier, qu'on en fasse la révision pour prouver son innocence, étaient appelés des révisionnistes. Oui, oui.

Pendant longtemps, quand les historiens faisaient du révisionnisme historique, tout le monde comprenait qu'ils avaient trouvé de nouvelles données, archives, preuves pour donner une nouvelle lecture de l'histoire, une autre approche. Dans les années 1970, voici que certains prétendent que la Shoah n'a jamais existé et que les faits perpétrés par les nazis ne correspondaient pas aux atrocités décrites par les historiens. Mais ces pseudo-historiens qui remettaient en cause les faits les révisaient d'une certaine manière, ne s'appuyaient sur aucune preuve. Or, nier le génocide juif, l'existence des chambres à gaz, ce n'est pas du révisionnisme historique, c'est du négationnisme, terme issu du latin negare, « dire non, refuser quelque chose à quelqu'un ».

Le mot « négationnisme » a été créé par l'historien Henry Rousso en 1987. Et c'est justement pour empêcher que ceux qui niaient la réalité de l'histoire ne soient pris pour des révisionnistes historiques, une discipline scientifique, pour mieux diffuser leurs idées antisémites. Le négationnisme fait au départ référence à ceux qui contestent l'extermination des Juifs. Le terme est aujourd'hui utilisé pour évoquer la remise en cause ou la minimisation d'autres crimes contre l'humanité. Refuser de parler de génocide contre les Tutsis au Rwanda mais de massacres inter-ethniques Hutu-Tutsi, c'est du négationnisme. Négationnisme encore que de prétendre que le génocide arménien n'a pas eu lieu, que les goulags soviétiques ou les crimes de Staline n'ont pas existé, pas plus que les attentats du 11 septembre 2001.

Depuis la loi Gayssot de 1990, le négationnisme est un délit puni d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende. Le révisionnisme, celui qui se propage aujourd'hui sur les plateaux TV et les réseaux sociaux, n'a plus rien de scientifique. Les révisions faites de contre-vérités, de réinformation, s'apparentent à des falsifications de l'histoire. Elles empruntent souvent les codes propres aux complotistes à des fins idéologiques. Mais pour que les outrages à la mémoire ne soient plus possibles, il faut permettre à la vérité historique de l'emporter. C'est là une mission de service public, très loin de la recherche permanente du buzz, chère aux chaînes d'opinion.

Après être revenu sur l'origine du mot « révisionnisme » et sa balade dans l'actualité, un spécialiste nous aide à y voir encore plus clair. Ici Valérie Igounet.

*****
Pierre Henry est le président de l’association France Fraternités, à l’initiative de la série « Les mots piégés du débat républicain », disponible également en podcast sur Beur FM.

Lire aussi :
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « intégration »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « intersectionnalité »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « migrant »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut de l'expression « grand remplacement »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « démocratie »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « islamisme »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « obscurantisme »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « radicalisation »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « souverainisme »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « populisme »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « woke »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « créolisation »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « islamophobie »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « antisémtisme »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « racisme »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « séparatisme »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « laïcité »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « discrimination »
Les mots piégés du débat républicain : à l’assaut du mot « universalisme »




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 01/06/2022 18:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est extrêmement important en ces affaires de distinguer affirmation circonstanciée sur la réalité démontrable de faits historiques et affirmations relevant de la prise de parti dans un conflit militaire ou idéologique ancien ou moderne. Le révisionnisme comme manipulation de l'histoire à des fins idéologiques utilise précisément l'accusation de prise de parti pour se positionner comme ennemi à la fois idéologique et "scientifique". Il s'agit de créer un "autre monde" dans lequel on peut vivre, nier et combattre.

Or il n'y a bien qu'un seul monde pour communiquer sur des faits, en mettant en jeu sa bonne foi, et en acceptant la réfutation. Et ce monde-là, précisément, refuse la prise de parti.
Lutter contre le révisionnisme en se positionnant comme idéologie moraliste a ainsi des effets désastreux, et ne fait qu'alimenter des conflits mémoriels inexpiables, dont la résurgence devient inévitable.

2.Posté par Tamouille le 07/06/2022 12:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comme d’habitude beaucoup de verbiage de Carmi pour rien

3.Posté par Premier janvier le 07/06/2022 22:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Carmi se comprend.
Bonne foi dit un présent. Puisqu'elle dit une bonne intention.
Je suis toujours de bonne foi puisque c'est moi qui le dit. Je suis de bonne foi.
Or il est question ici de faits avec lesquels on a rien à voir.
Que vient faire la bonne foi là dedans.
Je passe sur les histoires de monde. Je n'ai rien compris.

4.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 12/06/2022 11:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@101 la "bonne foi" va de pair avec l'acceptation d'être contredit.
Mettre en cause les témoins devant des chambres à gaz démolies, c'est de la mauvaise foi, comme dire qu'à Marioupol, c'était les Russes qui tiraient sur les civils... Les faits sont difficiles à établir, surtout quand on a intérêt à dire qu'ils sont certains.

5.Posté par Premier janvier le 12/06/2022 21:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pas du tout François. Bonne foi signifie de bonne foi. Revoyez vos définitions.
Je n'ai rien compris du reste. Vous vous répondez à vous même.

6.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 14/06/2022 10:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@101 j'avais oublié votre gout pour la sagesse ancienne, qui de temps en temps pour éviter la contradiction passe au truisme...
On ne se comprend pas, donc ? Je vais vous expliquer.
Oh est pis non, je ne suis pas d'humeur aujourd'hui.