Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

Culture & Médias

Les dix musulmanes de l'année 2010

Rédigé par Propos recueillis par Amara Bamba | Lundi 23 Novembre 2009 à 00:00

           

Elle peut s'appeler Sophie Guillemin, Diam's, Dounia Bouzar ou Malika Dif. Mais elle peut aussi être votre voisine de palier... Ces musulmans européennes de l'année seront célébrées pour leurs initiatives, leurs actions ou tout simplement leur personnalité. L'initiative est signée CEDAR, premier réseau européen de professionnels musulmans. Nous avons voulu en savoir plus. Entretien avec Sofia Hamaz, responsable du CEDAR à l'Institut du dialogue stratégique.



Les dix musulmanes de l'année 2010

Saphirnews : Distinguer dix musulmanes chaque année, il fallait y penser !

Sofia Hamaz : L'idée vient d'un groupe de travail qui ne comptait que des femmes à l'époque. Notre souhait était de pouvoir témoigner de notre reconnaissance à certaines femmes que nous trouvions remarquables mais qui se situent un peu en dehors des canons médiatiques ordinaires. Puis l'idée a fait son chemin, le groupe s'est ouvert et est devenu mixte. Nous avons, par exemple, fait appel à Zoubeyr (ndlr, fondateur du réseaux des Dérouilleurs) que vous connaissez bien en France et qui a accepté de se joindre à nous. Finalement, nous avons arrêté le concept actuel de cette liste en restant fidèles à notre objectif initial.

Sofia Hamaz : « Diversifier la culture de la femme dans la culture des médias. »
Sofia Hamaz : « Diversifier la culture de la femme dans la culture des médias. »

Quelle est donc précisément votre intention aujourd'hui ?

S. H. : Notre intention est de célébrer le rôle d'influence que jouent certaines femmes, musulmanes et non musulmanes, d'Europe. Mais aussi nous souhaitons aider à diversifier l'image de la musulmane véhiculée par les médias traditionnels.
D'une manière générale, la musulmane apparaît dans les médias dans une posture de victime, une femme opprimée. De temps à autre, on nous montre un cas de réussite de femme de référence musulmane. Mais la gamme des profils est plus large et beaucoup plus nuancée.
Nous voulons contribuer à une diversification de la culture de la femme musulmane dans la culture de nos médias traditionnels, en mettant en lumière la diversité des parcours et la diversité des profils.


Comment choisissez-vous ces femmes d'influence ?

S. H. : Nous le faisons avec l'aide du grand public. Dans notre dispositif, tout le monde peut nominer une femme qu'il estime d'influence. Elle peut être sa sœur, son épouse ou la directrice de l'école de son enfant ! Elle peut aussi travailler sur une chaîne de fabrication dans une usine tout comme elle peut être un parent d'élève ou une citoyenne simplement impliquée de manière constructive dans la vie de la cité, même de manière informelle.
Si vous appréciez son action, vous pouvez la nominer. Nos critères sont très ouverts. La seule exigence est de nominer des personnes basées en Europe ou exerçant une activité en Europe ou depuis l'Europe. Ce n'est vraiment pas restrictif.

Oui, le choix est grand. Mais, pratiquement, comment puis-je nominer quelqu'un ?

S. H. : Vous allez sur le site de CEDAR et dans la colonne de gauche vous verrez « nominate ». Vous cliquez et vous remplissez la fiche de nomination. On vous demande quelques informations d'usage. Vous pouvez nominer plusieurs personnes. Vous pouvez vous nominer vous-même. C'est vraiment simple, sans surprise et le tout se fait en quelques minutes. J'invite tout le monde à venir en ligne pour nominer la ou les femmes dont il a apprécié le rôle et l'influence durant cette année. C'est libre et c'est gratuit...

Après les nominations, que se passe-t-il ?

S. H. : Comme dans toute sélection de ce type, nous avons un comité. Ce jury fera le choix de dix femmes dans la liste des nominées. Ces dix femmes seront les femmes de la liste pour l'année 2010. Notre jury est composé de femmes et d'hommes, des musulmans et des non-musulmans, dont certains sont des personnalités connues. De mémoire, je risque d'en oublier quelques-uns, mais la composition du jury sera rendue publique. Par exemple, nous y avons convié le fondateur de Facebook. Et quand le jury aura fait son travail, nous inviterons les lauréates à rejoindre le CEDAR pour donner une plus grande visibilité à leurs actions ou à leurs projets.

Justement, parlez-nous du CEDAR ?

S. H. : Le CEDAR est une idée qui naît en novembre 2008, à la suite d'un atelier de travail lors du célèbre Séminaire global de Salzbourg. Cet atelier a réuni quarante professionnels musulmans exerçant dans divers secteurs d'activité. Certains dans le business, d'autres dans la finance, la recherche, l'éducation, etc.
En plus d'être originaires de différents pays d'Europe, ces professionnels avaient en commun d'être des musulmans. Ils ont alors décidé de créer un réseau de professionnels pour mener des projets concrets ensemble. C'est ainsi que tout est parti. Par la suite, il a fallu poser les conditions d'adhésion et les formalités administratives d'usage pour une organisation de ce type.

Novembre 2008, cela fait un an. Avez-vous pu lancer des projets ?

S. H. : Nous en avons essentiellement trois en cours. La liste des femmes musulmanes européennes de l'année, dont nous venons de parler est un de nos projets et pas des moindres.
Nous avons aussi un projet de monitoring des jeunes entrepreneurs à travers toute l'Europe. Il est lancé et on peut en reparler si vous voulez dans quelques mois.
Et notre troisième projet est une base de données de professionnels de référence musulmane. Une base de données accessible à tout le monde. Celui qui recherche un professionnel ou un expert musulman peut ainsi en retrouver un, en faisant une recherche par pays, par secteurs d'activité ou par langues parlées.

Pour en savoir plus : www.cedar-emwi.com




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Bof le 24/11/2009 07:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne crois pas qu'il y a un quelconque interet pour nous à faire la promo de ce type de concours à moins d'avoir une logique purement politique en décalage avec notre religion, et encore je pense que ça ne sert à rien de reprendre les recettes des européens à notre sauce pour leur faire plaisir et essayer de construire un chateau de cartes parallèle à la société dans laquel on vit. L'islam est la soumission au Dieu unique à travers son adoration exclusive et l'application de ses commandement, donc à partir de là quel interet à attribuer nous humains si faibles des récompenses de "musulmanes de l'année"! Surtout que ce n'est pas basé forcement sur des critères religieux, et les gens qui y participent ne sont nullement des érudits en matière de religion! Si on veut rebaptiser cela en "musulmane chercheuse de l'année" ou "médecin musulmane de l'année" par exemple on comprendrait mais pas "le prix de la musulmane de l'année" c'est stupide et personne n'est dupe! Il faut rendre à césar ce qui appartient à césar. Je ne dis pas qu'il ne faut pas participer dans le social mais quand on dit islam c'est avant tout la religion et il faut se consacrer à l'essentiel pour ici mais aussi pour l'au dela, et si maintenant "musulmane de l'année" c'est juste un concept non religieux alors appelez votre récompense "arabe de l'année" ou "originaire d'un pays musulmans de l'année" ... ce sera aussi plus en adéquation si la vainqueuse est une femme qui ne fait pas la salat et boit de l'alcool!...  

2.Posté par @Bof le 24/11/2009 12:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vraiment curieux de voir comment les musulman de France se voit. Moi je suis un peu d'accord avec Bof pour dire qu'il ne faut pas tout reprendre au compte de l'islam. Mais dans cette idée de célébrer des musulmanes qui se distinguent par leurs actions ou leur investissement, je ne vois pas ce qu'il y a d'anti-islamique puisqu'il s'agit de permettre à des gens de gagner en ampleur et en visibilité.

"...je pense que ça ne sert à rien de reprendre les recettes des européens à notre sauce..." Voici une phrase qui trahit la vision que je réfute chez Bof. Ca veut dire quoi au juste? C'est qui les "eurpéens" et c'est qui le "notre" ? Les gens qui organisent cette opération ne sont-ils donc pas des européens? Ou bien le fait qu'ils soient musulmans fait d'eux des européens spéciaux ? Il faudrait savoir ce qu'on veut vraiment.

Dans ce discours de M. Bof, il y a comme un "nous" et un "eux". Au départ je trouvais cet article un peu bizarre, mais Bof me montre que c'est une chose utile... Je ne sais pas qui nominer mais je vais chercher et je vais nominer quelqu'une.

3.Posté par bourh le 24/11/2009 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si c femmes n'etaient pas musulmane elles ne seraient pas ds cette liste je presume....
Stigmatisation et discrimination c ce que l'on à subit et c aussi ce qu'helas nous repoduisons..
je trouve nul d'exiber sa religion comme un etandart ou comme fiertée...medestie modestie qd tu nous quittes .

4.Posté par Isman le 24/11/2009 17:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo pour cette initiative. Il faut oser s'afficher comme on est et cela SANS COMPLEXE. Inutile de se cacher parce qu'on est musulman. Y'en a un peu marre de devoir s'autocensurer là où d'autres s'affichent sans que cela ne soit jugé ostentatoire. On commence par ne plus se dire "Salamou aleikoum" et on finit par ne plus embaucher de musulman même si on n'en est pas encore là, mais déjà on ne veut plus appeler son enfant Mohamed ou Oussama... Dites-moi, ça fait le jeu de qui ? Des musulmans sans barbes, des musulmanes sans hijab, des mosquées sans minarets, ça ils ont déjà gagné. Maintenant des acteurs sociaux citoyens sans reconnaissance parcequ'ils sont musulmans. Accusez-les, accusez-les et laissez les MUSULMANS ISLAMOPHOBES finir le travail en interne... Moi je dis BRAVO à cette idée de liste. Il faut voir en Angleterre ou aux EU, làbas, ils font ça depuis longtemps et ça marche à fond...

5.Posté par Bof (à celui qui m'a répondu) le 24/11/2009 19:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En faite ce que j'ai voulu expliquer c'est qu'être musulman et donc revendiquer la foi musulmane n'est pas une étiquette, un prénom arabe ou une origine géographique mais c'est avant tout une croyance et une religion. Donc de là on ne peut pas adapter autour du mot "musulman" n'importe quel concept sans prendre en compte ce qu'est véritablement "un musulman". De là quand on analyse un concept conçu pour des non musulmans dans le but d'adapter ce concept aux musulmans (musulmans = communauté religieuse) il est normal donc que l'on se penche sur les musulmans indépendamment des personnes pour lesquels le concept a été créé. Il n'y a là rien de discriminatoire dans ce "eux" ou "nous" ou "vous"... c'est juste une analyse de "terrain"

6.Posté par Samira le 25/11/2009 19:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Etre musulman un concept ? C'est une manière de voir qui a son intérêt. A mon humble avis, si je puis me permettre de l'exprimer, "musulman" n'est pas un concept. C'est bien plus précis, voire réduit, pour laisser la place aux spéculations ordinaires que peut entraîner tout concept. Peut être qu'en poussant un peu, on peut accepter que l'islam est un "concept" mais le fait d'être musulman serait alors le choix d'adhérer à ce "concept". Par contre, être musulman, dans le cas de cette action, c'est d'abord et avant tout être un être humain réel (si vous voulez un animal social), impliqué dans des réalités sociales etc... Et c'est justement dans cette dimension d'implication sociale que le musulman, l'humain, l'être social, n'est en rien affecté en adoptant des attitudes reconnues comme constructives dans la société dans laquelle il vit au quotidien. Distinguer une femme parce qu'elle a contribué à bâtir une mosquée là il y en avait besoin, lui témoigner notre reconnaissance et la sortir de son anonymat pour que d'autres jeunes filles puissent suivre son exemple... eh bien cela n'est pas un acte religieux, certes. Mais c'est un acte social hautement constructif... Et si cela doit être encouragé, moi je souscrit des trois mains... :-)

7.Posté par Bof @ samira le 25/11/2009 23:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Est ce que tu t'adresse à moi? Car c'est moi qui utilise le mot "concept". Mais je n'ai pas dis qu'etre musulman était un concept j'ai dis : "on ne peut pas adapter autour du mot "musulman" n'importe quel concept" le concept dont je parle est un prix pour soi disant "la musulmane de l'année".

8.Posté par selem le 26/11/2009 14:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis tout a fait d'accord avec bof, tu l'as exprimé d'une manière mieux que j'aurais pu le dire.
et j'aimerai donc te demander ton aide pour expliquer à quelqu'un, quelquechose sur le meme sujet. est-ce que tu pourrais me contacter à l'adresse suivante si ca ne te derange pas : selem78@gmail.com
barakallahou fik

9.Posté par selem78@gmail.com le 26/11/2009 14:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis tout a fait d'accord avec bof, il/elle(? ) l'a très bien dit.ca fait plaisir de trouver qqn qui pense comme moi.
barakallahou fik, pour l'explication

10.Posté par yacine le 04/01/2010 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
moi je parlerais d'autre chose comme d'habitude il n'y a que les femmes de notre communauté qui arrivent à avoir de la reconnaissance dans ce pays. Ex: le gouvernement d'aujourd'hui il n'y a que des femmes issue de
l'immigration qui on réussi a avoir un poste. Après l'autre ministre de la discrimination c'est un pantin un peu comme toute ces femmes. A la télé pareil nous ne sommes pas assez représenter
pas de chinois pas d'arabes pas d'indiens ou enfin c'est très rare à croire que nous on ressemble à rien et qu'ils ne se sentent pas représenter en nous voyant et peut être qu'on consomme pas ces produits ?. Perso de tout ça je m'en fou un peu c'est un constat. Moi ce qui me fais le plus mal au coeur dans ce pays. C'est le communautaire et le fais qu'on soit pour la majeur partie d'entre nous en galère donc meme si ya une minorité qui s'en sort. Cette minorité ne peut pas porter tout le poids de cette communauté sur ses épaules.
Voila où nous sommes au point de départ comme a l'arrivée de l'immigration en france.
Les même revendications depuis notre arrivés en France. Ta l'impression que ça évolue mais ça régresse
alors ne parlons meme pas de l'amalgame dans ce pays comme quoi on est tous des voyous on veut pas travailler et on est des intégristes. Faites un parti politique qui représente tout ces gens arrêter de suivre ces tendances quand on voit les dernières élections tout est basé presque sur l'immigration. Un moment même y'avais des gens qui se présentais avec un programm...  

11.Posté par indigene le 04/05/2010 22:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que les garçons se bougent dans le bon sens comme par exemple étudier sérieusement au lieu de passer leur temps sous les porches. Désolé pour cette remarque désobligeante vis à vis de nos jeunes loin de s'engager dans une quelconque action. ils s'enfoutent de tout, rien ne les intéresse, même lorsqu'il faut aller voter, quant à leur dire engagez vous politiquement ou bien dans une quelconque structure musulmane, alors là on peu attendre longtemps et nous avons des soucis à se faire quant à l'administration de nos lieux de culte lorsque les chibanis auront disparu. Cessez de vous plaindre et allez au charbon. rien n'est donné dans ce bas monde,
Comme dit le dcton" travalle comme si tu dois vivre éternellement, prie et fait du bien autour de toi comme si tu devais mourir demain"
C'est loin d'être votre cas ya chababouna