Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 


Points de vue

Le soufisme, un danger pour les idéologues du terrorisme

Rédigé par Nawfal Jorio | Vendredi 1 Décembre 2017 à 11:00

           


Le soufisme, un danger pour les idéologues du terrorisme
Le soufisme (tassawuf en arabe) est le cœur de l’islam, sa dimension mystique et spirituelle.

S’incarnant peu dans les mots, c’est davantage un état d’esprit qui prend notamment forme dans la musique, la poésie et l’humour.

A ce titre, les enseignements soufis sont aux antipodes des dogmatismes extrêmes nés de l’histoire des hommes et des religions.

Le soufisme est un chant d’amour plutôt que des injonctions formulées en permissions de faire (halal) ou de ne pas faire (haram).

Les idéologies dogmatiques manipulent, menacent et culpabilisent. Parfois, elles détruisent, tandis que l’esprit du soufisme met l’accent, quant à lui, sur l’intériorité de l’humain, en enseignant la miséricorde, l’introspection, la contemplation, le développement personnel et l’humilité.

Le soufisme est la recherche de la perfection dans l’union. Il s’agit d’un idéal à atteindre qui transparaît dans les actes. Ce n’est ni une secte, ni un groupe spécifique. C’est pourquoi la plupart des musulmans ne se targuent pas d’être soufis. Cela serait faire preuve d’arrogance. Au mieux, suivent-ils une voie d’aspirant-soufi, le plus souvent sous la guidance d’un cheikh. « Se proclamer soufi, c’est déjà ne plus l’être », disent les gens du tassawuf.

Les extrémistes prétendent détenir la vérité absolue. Ils figent la lettre dans une dialectique binaire, réduisent leur credo aux rites et aux symboles, divisent les hommes et se désignent des ennemis à détruire.

Quant aux aspirants de la voie, ce sont des chercheurs de vérité. Ils goûtent à la quintessence de l’esprit. Ils apprennent à évoluer, à palper la beauté et le sacré en tout, à l’instar des philosophes et mystiques juifs ou chrétiens, tel Spinoza ou Eckhart. Ceci n’implique pas la passivité face à l’injustice, bien au contraire. L’Histoire ancienne ou récente témoigne que cheikhs et disciples de voies soufies prirent les armes à de multiples reprises pour repousser l’ennemi. Lire un exemple, à ce sujet, dans l’ouvrage "L’Emir Abdel-Kader : entre résistances et actions humanitaires."

Aux yeux des idéologues qui nourrissent le terrorisme, les gens du soufisme seraient donc des hérétiques à abattre. Peut-être même qu’ils les considèrent comme dangereux car leur philosophie est un puissant antidote à l’extrémisme. Si bien que ceux qui cherchent l’opium dans l’intégrisme cracheront toujours sur le camphre du soufisme.

D’aucuns affirmeront, de manière caricaturale et réductrice, que la religion de Muhammad contient les germes du poison. C’est occulter un peu vite que le cœur même de l’islam produit le contrepoison.

Notre responsabilité est collective. Il appartient donc à chacun de nous, citoyens, de s’approprier ce remède, de le valoriser et de participer à sa diffusion.

*****
Nawfal Jorio est un analyste financier dans le secteur de l'économie sociale, auteur du roman Schizophrénie quantique (Lulu, juin 2016) et du blog appelé RadiKale.

Lire aussi :
Art, citoyenneté, spiritualité : le triptyque du 1er Festival soufi de Paris
Pourquoi les salafistes sont anti-soufis
Un héros mystique dans le soufisme : la figure de l’Homme parfait
Faut-il délier le couple dogme/foi ?




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Milouda le 01/12/2017 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On dirait du Zemmour. Vous faites caguer.
Le soufisme est une merveille genre tout ce qui ne l'est pas c'est de la merde.
Ce type de discours, de posture est insupportable. Allez vous faire soigner bande de tarés.
En l'occurrence Nawfal Jorio.

2.Posté par Milouda le 01/12/2017 23:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut avoir une case pour écrire des trucs pareils. Et c'est une athée qui parle.
Il vous faut consulter mon vieux.

3.Posté par Paul le 03/12/2017 10:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salam Aleykoum , à SaphirNews et à l'auteur de ce bel article . Au début des années quatre vingt-dix , par l'intermédiaire de ma fiancée , j'eus l'occasion de
parler avec son beau-frère , converti à l'Islam ; si lui comme les trois ou quatre frères de ce petit village de France {sic} , ne m'avait expliqué que le baptême
me permettait d'accéder à la communion (non-réformée) qui est une nourritture spirituelle venant du Dieu Unique , je n'ose imaginer où aurait pu me "conduire" les errements dans lesquels je vivais. Ainsi grâce à Dieu , nous pûmes régularisés notre mariage ,y inviter notre enfant ; aujourd'hui , c'est notre fille ainée qui me conduit parfois à la mosquée. Alors que Dieu soit satisfait de leur Sheikh {R.I.P.} , et de son fils et que sa bénédiction soit sur leur élèves {chacun par leur nom} comme sur leurs proches. .
Post-Scriptum : je présume que l'auteur des deux commentaires est une personne qui a peut-être rencontrée des gens qui se réclament d'une voie soufie sans pour autant être dans l'orthodoxie de la Sunnah , qui selon ce me disait les frères , est la condition sine qua non , pour suivre cette voie après avoir rencontré un sheik authentique de par l'autorisation reçue lorsqu'il était lui-même l'élève d'un sheik qui ... et cela telle une chaîne remontant à l'un des compagnons du Prophète , Calla Llahu aleyhi wa Salam [quand aux insultes , quiconque à fréquenter l'école primaire sait que (hélas pour moi ) : " ... c'est celui , ou celle qui le dit , qui l'...  

4.Posté par Milouda le 04/12/2017 02:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'auteur des deux commentaires n'aime pas que l'on utilise les conflits actuels du monde à des fins communautaires. L'auteur des deux commentaires n'aime pas la hiérarchisation des confessions et elle dit.

5.Posté par Melen le 04/12/2017 02:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Egalement je ne supporte pas le terme racisme et antisémitisme.
Tout ce qui est hiérarchisation n'est pas possible.
Romophobie et antisémitisme.
Négrophobie et antisémitisme.
Arabophobie et antisémitisme.
Racisme anti blanc et antisémitisme.
On est chez les dingues.
On a l'anti racisme à géométrie variable. Et du coup il n'en est donc pas.
L'anti racisme d'Etat ne peut pas etre un anti racisme. L'anti racisme est politique.

6.Posté par Proton le 25/01/2018 01:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salam, c'est un bel article dans sa globalité,
en islam il y a 3 degrés , étapes ou niveaux, qui sont islam , imane et ihsane, le soufisme est un cheminement qui vise le troisième niveau = vivre en présence de Dieu.
Celà paraîtra peut être prétentieux à certains , mais il me semble que c'est bien ce à quoi Dieu nous invite dans le Coran et les autres livres sacrés.
Beaucoup aujourd'hui tourne en dérision le soufisme, car il représente une force pour la personne qui emprunte ce chemin avec sincérité, plus de place pour l"égo , l'individu n'est plus manipulable et devient aussi une source de bien pour tout ceux et ce qui l 'entoure, etc...
Il faut savoir aussi que certains pseudo soufis sont égarés et que celà arrange bien les théoricien de l'islam pour mettre tous les soufis dans le même sac.
Les quelques lignes ci-dessus s'adressent bien-sûr aux gens qui cheminent vers le divin les profanes sont libres d'avoir le point de vue.
Amicalement.