Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Points de vue

Le monde sera spirituel ou ne sera plus

Rédigé par Nawfal Jorio | Vendredi 29 Décembre 2017 à 09:00

           


Le monde sera spirituel ou ne sera plus
« Sers, agis ! Libère-toi d’autrui ! Affranchis-toi de tout ! Et surtout, aime, AIME ! Libère-toi de tout ! Et surtout, affranchis-toi de toi-même ! Libère-toi et danse ! As-tu conscience de ta chance ? Affranchis-toi et danse ! Ris ou ressens ta joie en silence ! » (Extrait de Schizophrénie quantique)

Les religions attirent de moins en moins les foules. En même temps, de plus en plus de gens sont en quête d’une vie spirituelle. Mais qu’est-ce-que la spiritualité ?

Tentative de définition.

Notre société de consommation se caractérise par l’amélioration constante du confort matériel et la frénésie du « prêt-à-jeter ». Elle se caractérise aussi par un individualisme exacerbé, un appauvrissement des liens et une perte des repères. Cette « crise du sens » a pour conséquence un intérêt croissant pour le domaine spirituel.

André Malraux a certainement vu juste en clamant que « le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas ». Mais comment définir la spiritualité et quelles en sont les caractéristiques ?

Pierre de Locht, un théologien belge, catholique dissident, en donne la définition suivante: « La spiritualité, c’est le feu intérieur d’un être en recherche de conscience et de liberté au cœur d’un univers dont il est solidaire. »

La spiritualité est universelle

Dans toute sagesse et dans toute religion, des éclats de vérité spirituelle existent. La religion n’est jamais une fin en soi. C’est simplement un moyen d’atteindre une « conscience spirituelle ». En effet, la piété dans le secret du cœur sera toujours plus importante que tout rituel extérieur.

La spiritualité authentique est basée sur une foi universaliste qui permet de se rassembler sans devoir nécessairement se ressembler. Par ailleurs, la spiritualité n’est jamais dogmatique ni réservée à une certaine élite ou à des prédicateurs programmés qui divisent et conditionnent les masses. Au contraire, c’est un domaine ouvert à tout un chacun, à tout chercheur de Vérité qui rassemble et questionne sans cesse. Comme le dit si bien Eric Geoffroy : « Si nous voulons rester humains, il nous faut être spirituels ; si nous voulons être religieux, il nous faut être universalistes. »

La spiritualité est une liberté

Mener une vie « spirituelle », c’est rechercher son essence profonde en se libérant de l’idolâtrie d’illusions éphémères. Devenir quelqu’un de « spirituel » c’est donner la priorité à la Transcendance, à l’intelligence du cœur et au développement de la conscience.

Cette quête du sens est un voyage permanent qui permet de cultiver une richesse intérieure. Celle-ci se traduit par des qualités de l’esprit tel que la générosité, l’optimisme, la joie de vivre, la paix et la sérénité.

La spiritualité est une voie pour apprendre

Le monde sera spirituel ou ne sera plus
La spiritualité est une voie pour apprendre à s’élever en pacifiant les pulsions de l’égo. C’est un cheminement qui fait évoluer l’âme par l’expérience en la faisant connaitre à elle-même. La spiritualité est une source de force et de créativité dans la vie quotidienne. C’est une voie pour apprendre le contentement, la reconnaissance et le sens du partage plutôt que l’insatisfaction, l’ingratitude et l’avidité.

La spiritualité enseigne la confiance plutôt que la peur, l’humilité plutôt que la vanité, la coopération plutôt que la compétition. Elle apprend la discipline et le respect plutôt que la paresse et le mépris. La spiritualité inculque l’Amour, le bonheur et la joie dans la simplicité. Elle enseigne le détachement, le courage et la patience mais aussi le rejet de toute formes d’injustice et d’intolérance. Enfin, mener une vie spirituelle, cela commence par apprendre à sacraliser le corps, l’esprit, le temps, l’espace, les relations, ainsi que toute forme de Vie.

La spiritualité est aussi une ouverture sur le présent et sur l’infini. Elle est une voie pour s’ouvrir à l’immensité des potentialités infinies plutôt que de s’enfermer dans l’étroitesse de l’égo. C’est aussi et surtout l’envie de vivre chaque instant sans attendre. C’est la voie de l’humilité et du recueillement ainsi que celle de l’humour, de l’émerveillement et de la joie sans cause !

*****
Nawfal Jorio est un analyste financier dans le secteur de l'économie sociale, auteur du roman Schizophrénie quantique (Lulu, juin 2016) et du blog appelé RadiKale.

Lire aussi :
Le soufisme, un danger pour les idéologues du terrorisme
Faut-il délier le couple dogme/foi ?
Par-delà la caricature, inchaAllah pour mieux vivre




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par François CARMIGNOLA le 30/12/2017 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On a là la définition moderne, je dirais "utilitariste" de la spiritualité: une méthode pour maigrir, en gros.
Il y en a d'autre, celle de Foucault par exemple: "pratique qui considère sa non maitrise de la vérité, mais aussi la possibilité d'être sauvé".
Et puis celle de Simondon: "conscience d'une réalité qui échappe à l'intentionnalité".

2.Posté par Fantomette le 02/01/2018 22:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Penser ça signifie juste penser. On n'en décide. On ne sait pas ce que l'on va trouver.
Autrement on n'en aurait pas besoin.

3.Posté par Drum le 05/01/2018 23:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vérité et réalité n'ont pas les memes notions. La vérité c'est ce qui ne peut pas etre démenti, c'est ce qui ne changera jamais. La réalité c'est ce qui réel, un arbre est réel mais il n'est pas vrai. Ou bien alors ça voudrait dire d'un arbre faux qu'il est aussi un arbre. Et donc d'un arbre qu'il n'est pas un arbre.

4.Posté par Drum le 05/01/2018 23:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Rien n'existe sans son contraire. Rien n'est vrai. On a donc besoin de la raison pour donner du sens à ce qui n'en a pas. Le sens que l'on donne aux choses est une idée mais ce n'est pas la vérité.

5.Posté par Fania le 07/01/2018 00:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le XXI siècle (le futur donc) sera ou ne sera pas.
On peut remplacer spirituel par n'importe quel adjectif.
Le XXI siècle ne peut pas ne pas exister d'ailleurs il n'existe pas, il est juste un calendrier qui sert à se situer dans le temps. Autrement dit qui sert à se situer dans ce qui n'existe pas à savoir le temps.
Il y a confusion entre le temps et l'etre.
Les deux ne sont pas intrinsèquement liées.
Le temps (ce qui n'existe pas) peut exister sans nous.
La spiritualité dépend de l'etre mais pas du temps.
Les etres seront spirituel ou ne seront pas donc.
Nous sommes le temps puisque sans nous il n'existe pas.
Ce que l'on appelle le temps et nous ne font qu'un.
Le futur sera, donc la spiritualité est inconstante.
Puisque si elle est dans le futur c'est qu'elle n'a jamais été.
Et dans un meme temps elle est immuable puisqu'elle dépend de l'etre.
N'existe que ce qui se transmet ou ce qui est spontané.
La spiritualité transmise afin d'atteindre le XXI siècle ça n'a pas de sens.
La spiritualité spontanée non plus puisque pour pouvoir dire de quelque chose qu'il est spontané il faut le connaître déjà.
Le XXI siècle sera ce que je connais déjà mais qui n'a pas encore était est une impossibilité.
Jusqu'ici je n'arrive pas à trouver de sens. Il m'échappe complètement. Mais je ne m'avoue pas vaincu. Je finirais bien par trouver la réponse à l'énigme. Il y en a toujours une puisque c'est nous (donc moi compris) qui donnons du sens aux choses.
Et elles n'en ont que parce que l'on dit...  

6.Posté par Miamou le 08/01/2018 02:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si la néo laicité advenait impliquerait que ce type d'écrit, d'opinion soit interdit.
Puisque liberté de conscience voulue dans la sphère privée n'en serait plus une.
Liberté est sphère privée étant antinomique.
Malheureusement ça nous pend au nez. Le principe veut que lorsque les politiques ont quelque chose en tete ils travaillent les opinions jusqu'à obtenir ce qu'ils ont décidé.
Profitons donc vite de la liberté. Elle n'est en vérité qu'une autorisation.
Pourvu que l'on puisse délirer encore longtemps. Car ce n'est pas un acquis.