Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Livres

Le déni français : lettre d’une amie britannique à une France qui s’égare

Rédigé par Alexis Benoist | Lundi 2 Septembre 2013 à 06:00



En mars 2012, The Economist jetait une lumière crue sur la campagne présidentielle en titrant « France in denial » (la France dans le déni). A l’origine de cette une édifiante, Sophie Pedder, chef du bureau parisien de l’hebdomadaire britannique, exhortait alors responsables et électeurs français à sortir de leur torpeur pour affronter les problèmes du pays.

Quatre mois après l’élection de François Hollande, la journaliste récidivait en publiant Le déni français*. À ses yeux, l’élection d’un nouveau président n’a rien changé : la France persiste à éluder les maux dont elle souffre. En cet été 2013, le constat semble toujours d’actualité.

Le déni français : lettre d’une amie britannique à une France qui s’égare

2012 ou l’aveuglement collectif

Notion psychanalytique, le déni est le propre des patients qui refusent d’admettre la réalité. Ils la perçoivent mais vivent comme si elle n’existait pas. Cette étrange pathologie est une maladie par-dessus la maladie : elle empêche la prise de conscience qui seule peut conduire à la guérison.

De toute évidence, le déni a caractérisé les derniers affrontements électoraux. De la viande halal (à droite), à l’antisarkozisme de principe (à gauche), les débats se sont enlisés dans les polémiques les plus triviales, comme s’il s’agissait d’éviter les enjeux véritables engageant le destin du pays.

Très tôt dans la campagne, l’endettement, le chômage de masse, le déficit de compétitivité dont souffre notre économie ont disparu des écrans. Les électeurs eux-mêmes ont refusé d’en prendre acte, délaissant François Bayrou, seul candidat à évoquer ces questions – sans, il est vrai, proposer de solution claire – pour plébisciter les représentants des extrêmes, dont les programmes niaient ostensiblement la situation du pays.

Le déni, particularité française

Dans son ouvrage salutaire, Sophie Pedder nous explique qu’au-delà de la campagne, l’enfouissement des enjeux réels auxquels nous sommes confrontés est un fait structurant de la vie publique française. Or, sans prise de conscience des responsables mais aussi des citoyens, aucun remède ne peut être envisagé pour traiter les grands problèmes qui minent notre modèle socio-économique.

Comme le note l’auteure à juste titre, ces faiblesses sont bien identifiés. A longueur de rapports officiels et d’articles spécialisés, hauts fonctionnaires et universitaires les ont déjà détaillés et analysés. Davantage, depuis 2008, la crise les a révélés de manière criante.

Quel citoyen informé peut désormais ignorer que nous souffrons d’un endettement insoutenable à moyen terme ? Qui méconnaîtra que notre secteur public est disproportionné, que ses dimensions excèdent largement les services qu’il rend à la population ? Comment fermer les yeux sur les dysfonctionnements de notre marché du travail, divisé entre une majorité de salariés surprotégés et la foule de plus en plus nombreuse des chômeurs et des précaires ?

Un diagnostic imparable

Responsables et citoyens, chacun perçoit ces problèmes et leur exceptionnelle gravité. Chacun s’accorde à constater que notre modèle socio-économique ne fonctionne plus, qu’il est malade de ses dérèglements. Et pourtant, dans un pacte tacite et unanime, au lieu d’affronter ces difficultés, nous préférons reculer, éviter d’y penser, redoutant les efforts qu’une prise de conscience entraînerait.

Etrange pathologie que ce déni français, admirablement diagnostiqué par Sophie Pedder.

Un livre d’amitié

Tout au long de son ouvrage, la journaliste nous exhorte à sortir de cet aveuglement volontaire, avec l’exigence des amis véritables ; l’auteur aime la France au point d’y avoir élu domicile et de donner la double nationalité franco-britannique à ses enfants.

Car, de fait, c’est bien d’amitié qu’il s’agit dans Le Déni français.

Comme une amie, Sophie Pedder connaît intimement notre pays, ses contradictions, sa culture et les aime pour ce qu’ils sont. Profondément bienveillant, emprunt d’une certaine admiration à l’égard de la France, son propos intègre les particularismes hexagonaux et n’exige pas que nous y renoncions. Ainsi, l’auteur admet (ce qui n’est pas mince pour une Britannique) que nous avons vocation à conserver un Etat fort et centralisé ainsi qu’un modèle social étendu et puissant, conforme aux principes dégagés au sortir de la dernière guerre par le Conseil national de la Résistance.

Comme une amie, l’auteure nous demande tout simplement d’être fidèles à nous-mêmes, de vivre véritablement en adéquation avec nos idéaux. Elle nous rappelle ainsi à juste titre qu’en recourant systématiquement à l’endettement pour financer notre système social nous sommes en train de compromettre l’avenir des générations à futures. Ce faisant, nous piétinons allègrement les valeurs de solidarité sur lesquels nous avons fondé son modèle.

Comme une amie, l’auteur regrette de voir glisser la France dans une confortable médiocrité qui l’expose chaque jour davantage au déclin et nous demande de nous ressaisir, comme nos partenaires européens ont su le faire.

Comme une amie, Sophie Pedder sait trouver les mots justes pour nous parler. Cette voix amicale, à nous de savoir l’écouter.

* Sophie Pedder, Le Déni français, JC Lattès, coll. Essais et documents, sept. 2012, 188 pages, 14,80 €.






Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par nora le 02/09/2013 12:22 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j aurais souhaiter avoir un amie une personne de mon entourage avec beaucoup de lucidite et de cran comme sophie.ce sont des personnes courageuses comme elle qu il faut dans notre pays pour dire et reveiller les autres compatriotes

2.Posté par Rob89 le 03/09/2013 04:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ne faut pas se laisser leurrer par ce discours. The Economist est l'organe majeure du capitalisme neo-liberal debridee et l'auteure son agent et il ya un agenda, toujours le meme. Ce qui se cache derriere ces bonnes paroles et ce discours insidieux, c'est la volonte, l'injonction--explicite dans ses livres--de demanteler ce qui erste de l'Etat-Providence francais, a commencer par les regles salariales, les normes sociales, la secu, les retraites, les salaires minimum et tout le reste, au nom de la "competitivite" mondiale, la vielle tarte a la creme. Pedder redefinit typiquement tous nos acquis sociaux comme des "privileges" qu'on ne peut plus se permettre. Donc a la porte tous les minimas, toutes les normes, etc.

Le resultat est que l'on se retrouvera comme ces pauvres misereux des fast-food US qui travaillent pour 6 euros l'heure, sans benefices aucun, sans secu, sans retraite, et sans syndicat pour les soutenir.

Eux se sont fait avoir par le discours hyper-capitaliste a la The Economist, et regardez-les maintenant, reduits a crier leur desespoir et leur misere dans les rues, entendus de personne et surtout pas des Sophies Pedder et conseurs.

ne vous y trompez pas. C'est cela qui nous attend si on cede a ces sirenes et faux prophetes de l'hyper capitalisme neo-liberal que pedder essaie de nous vendre avec ses arguments insidieux.

3.Posté par Rob89 le 03/09/2013 04:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'ailleurs, ce texte purement ideologique qui chante les louanges de la dereglementation capitaliste pour mieux servir les marches financiers qui ont deja pris le controle de nos systemes politiques vient de la Fondapol, think tank bien connu de la droite neo-liberale. Il n'a qu'a voir l'allusion a nos "salaries surproteges" pour comprendre le type de mesure que l'auteur n'a pas le courage de dire clairement:

reduction des salaires
mise-a-bas-des syndicats
retraites reculees
pensions amoindries
etc.

Mais comme toujours quand on entend demanteler l'etat social, on s'avance masque, sans jamais dire explicitement ce que l'on propose, et pour cause. Au lieu de cela, on envoie les violons de 'L'amitie franco-britannique". Oh les grosses ficeles de ce discours 100% Medef.

4.Posté par Melki le 04/09/2013 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette Sophie Pedder, devrait se mêler de ce qui lui regarde au lieu de venir donner des leçons à la France.
Personne ne veut de son amitié perverse à celle là.