Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Points de vue

Le Mali, la France et les extrémistes

Par Tariq Ramadan*

Rédigé par Tariq Ramadan | Vendredi 18 Janvier 2013



Le monde observe, et la classe politique française semble unanime sur le principe d’une intervention militaire au Nord du Mali contre les « islamistes », « jihadistes », « extrémistes ». D’aucuns reprochent certes au gouvernement de s’être engagé seul mais ils estiment « juste » la décision de mener une action militaire. Le Président français, François Hollande, qui semblait perdu au cœur d’un gouvernement confus, redore son blason et se refait une image d’homme d’Etat, de chef de guerre, qui veut « détruire l’ennemi », « l’empêcher de nuire ». C’est donc au Nord du Mali que la France voit se refléter, enfin, l’image d’un Président fort, déterminé, installé à Paris.

Il faut commencer par le commencement et prendre une position claire. L’idéologie et les pratiques des réseaux et groupuscules salafi jihadistes et extrémistes sont à condamner de la façon la plus ferme. Leur compréhension de l’islam, leur façon d’instrumentaliser la religion et de l’appliquer en imposant des peines physiques et des châtiments corporels de façon odieuse est inacceptable. Encore une fois la conscience musulmane contemporaine, et internationale, doit s’exprimer haut et fort, le dire et le répéter, cette compréhension et cette application de l’islam sont une trahison, une horreur, une honte et les premiers à devoir s’y opposer devraient être les musulmans eux-mêmes et les Etats des sociétés majoritairement musulmanes. Politiquement, intellectuellement et avec toute la force de leur conscience et de leur cœur. Cette position ne doit souffrir aucune compromission.

A cette ferme position de principe, il faut ajouter l’analyse géostratégique et éviter de confondre la clarté de la position morale avec la naïveté d’une position politique binaire simpliste : être contre les extrémistes jihadistes reviendrait-il donc forcément à être en accord avec la politique française dans la région ? L’expression « Etre avec nous ou contre nous » de George W. Bush est fondamentalement fausse et dangereuse dans sa substance autant que dans ses conséquences. Derrière l’engagement « noble » de la France aux côtés des peuples africains en danger, il demeure certaines questions qu’il faut poser explicitement. L’Occident en général, et la France en particulier, a oublié les peuples pendant des décennies sous les dictatures tunisiennes, égyptiennes et libyennes avant de chanter les louanges des « révolutions », du « printemps arabe » et de la liberté. En Libye, l’intervention humanitaire avait des aspects troubles, des parfums d’intérêts pétroliers et économiques peu dissimulés, voire assumés.

Quelques mois plus tard, la France interviendrait au Nord du Mali pour le bien du peuple, avec cette seule intention de protéger ce pays « ami » du danger des extrémistes désormais alliés des rebelles touaregs. Voire. L’absence de données économiques et géostratégiques dans la présentation politique et médiatique des faits est troublante. On ne dit rien, en sus, de l’histoire longue, et plus récente, des alliances de la France avec les gouvernements maliens successifs. Tout se passe comme si la France exprimait soudain sa solidarité politique de façon gratuite, généreuse et sans calcul. Or dans les coulisses des bouleversements politiques récents, la France n’a eu de cesse d’interférer, de faire pression, d’écarter les acteurs maliens gênants (politiques ou militaires) et de créer des alliances utiles, aux sommets de l’Etat comme sur les terrains tribal, civil et militaire.

Amadou Toumani Touré, renversé par un coup d’Etat le 22 mars 2012, a été grandement fragilisé et isolé après la chute du colonel Kadhafi. Il semble avoir payé le prix de sa politique vis-à-vis du Nord et de ses vues quant à l’attribution des futurs marchés d’exploitation pétrolière. Les liens (parfois difficiles) de la France avec l’organisation sécessionniste, « Le Mouvement National de Libération d’Azawad » (MNLA), ne sont un secret pour personne et permettaient d’établir une zone de fracture entre le Sud et le Nord du Mali bien utile à la lumière des visées d’exploitation de richesses minières très prometteuses. La présence d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et son alliance avec les tribus touaregs dans le Nord a été, depuis trois ans (et davantage encore dans les faits), un autre facteur justificatif de la présence militaire française dans la région (et qui s’est proprement officialisée depuis le lancement de « la guerre » il y a quelques jours).

Le gouvernement français et les responsables des multinationales du gaz et du pétrole ont toujours, officiellement, relativisé ou minimisé les découvertes en matière de ressources minières dans la région sahélienne entre la Mauritanie, le Mali, le Niger et l’Algérie (on a même parlé de « mirage malien »). Pourtant les données sont bien plus connues et certifiées qu’on ne le laisse entendre et Jean François Arrighi de Casanova, le directeur Afrique du Nord de Total, n’a pas hésité à parler « d’un nouvel Eldorado » avec d’immenses découvertes gazières et pétrolifères.

La région n’a pas moins de cinq bassins des plus prometteurs. Le bassin de Touadenni, à la frontière mauritanienne, a déjà révélé l’importance de ses ressources. Il faut y ajouter les bassins du Tamesna et des Iullemeden (frontaliers avec le Niger), le bassin de Nara (proche de Mopti) et le graben de Gao. L’Autorité pour la Recherche Pétrolière (AUREP) confirme le potentiel du sous-sol du nord Mali en matière de ressources minières (essentiellement gaz et pétrole). Le Mali, la Mauritanie, l’Algérie et le Niger sont les premiers concernés et – avec la chute du colonel Kadhafi – les perspectives d’exploitation se sont ouvertes pour les compagnies françaises (au premier chef Total), italiennes (ENI) et algérienne (Sipex, filiale de Sonatrach) qui ont déjà investi plus de 100 millions de dollars (selon les estimations) en études et forages malgré les difficultés dues à l’aridité et à l’insécurité. Le peuple ami malien vaut bien que l’on défende son sang, sa liberté et sa dignité quand on sait, accessoirement, ce que peut recéler son désert de gaz et de pétrole. Ce ne sont pas les ressources minières du nord du Mali qui sont un mirage mais bien la réalité de la décolonisation.

Certaines questions ne sont-elles pas légitimes au demeurant ? Nul ne peut nier l’existence de groupes violents extrémistes et radicalisés qui ont une compréhension coupable et inacceptable de l’islam. Nous l’avons dit, il faut les condamner. Il faut constater que ces groupes ont des stratégies politiques contradictoires et ont une fâcheuse tendance à s’installer aux lieux exacts où les ressources minières sont un enjeu capital. On le savait en Afghanistan (dans une région immensément riche de pétrole, gaz, or, lithium, etc.) et voilà – on ne comprend pas bien pourquoi – que les « fous » extrémistes s’installent dans le Sahel malien pour y appliquer leur « shari’a » inhumaine et si peu islamique. Dans le Sahel désertique ! Que l’on nous entende bien, il n’y a pas doute sur l’existence de ces groupuscules extrémistes mais il y a des questions légitimes sur leur infiltration possible (les services de renseignements américains, comme européens, ont admis faire usage de l’infiltration en s’appuyant sur des agents instigateurs). Leurs lieux d’installation et leurs méthodes d’opération pourraient bien être encouragés et orientés : on le savait avec George W.Bush, on le voit au Mali, on peut faire un usage utile « des terroristes ». Un chef militaire malien nous disait son trouble lors de notre dernière visite : « On a ordre de les exterminer, de les ‘détruire’ (sic), même quand ils sont désarmés. Pas de prisonniers ! On fait tout pour les rendre fous et les radicaliser. » Etonnante stratégie de guerre en effet. Plus largement, le Canard Enchaîné révèle que l’allié de la France, le Qatar, aurait signé un accord avec Total – quant aux exploitations du Sahel – et, paradoxalement, soutiendrait financièrement et logistiquement des groupes radicalisés tels que les insurgés du MNLA (indépendantistes et laïcs), les mouvements Ansar Dine, Aqmi et Mujao (djihad en Afrique de l’Ouest). Si les faits sont avérés, s’agirait-il d’une contradiction ? Ou alors d’une façon d’encourager et de pousser les pyromanes (extrémistes) afin de rendre utile, nécessaire et impérative l’action des pompiers (français) ? Une répartition des rôles entendue, particulièrement efficace, et tellement cynique.

Le monde observe et la récente prise d’otages en Algérie va davantage encore mobiliser les sentiments nationaux en soutien de l’opération militaire. Des otages américains, anglais, norvégiens, etc. et ce sur le sol algérien : les enjeux dépassent désormais la France. Le peuple malien se réjouit en majorité mais beaucoup ne sont pas naïfs : la France amie est surtout amie de ses intérêts et sa façon d’intervenir sélectivement (en Lybie ou au Mali et non en Syrie ou en Palestine) n’est pas nouvelle. La politique biaisée de la « France-Afrique » est terminée nous disait-on, les colonisations politique et/ou économique ont fait long feu, l’heure de la liberté des peuples, de la dignité des nations et de la démocratie a sonné ! Il faudrait donc que l’on adhère béatement à cette hypocrisie générale. Il faut dénoncer les extrémistes, il faut condamner leurs actions et l’instrumentalisation de la religion et des cultures mais vient un jour où il faut aussi regarder les responsabilités en face. Aux Etats africains et arabes qui oublient les principes élémentaires de l’autonomie et de la responsabilité politiques (et ceux du respect de la dignité de leur peuple) ; aux élites africaines et arabes, et à nous tous, qui sommes si peu capables de proposer une vision claire de l’indépendance politique, économique et culturelle ; aux peuples qui se laissent emporter par les émotions populaires et les mirages « des puissance amies »... à nous tous, politiques, intellectuels et citoyens préoccupés par la dignité et la justice dans les pays du Sud, il faut renvoyer le miroir de notre responsabilité ultime quant à ce qui advient sous nos yeux. La « destruction » des extrémistes jihadistes du Nord du Mali n’est pas une promesse de liberté du peuple malien mais, à long terme, une forme sophistiquée d’aliénation nouvelle. Pourtant, jamais comme aujourd’hui les forces de résistance des pays du « Global South » (avec les mouvements politiques et intellectuels engagés au Nord), jamais ces forces, disions-nous, n’ont eu autant d’opportunités d’ouvrir d’autres horizons et une marche nouvelle vers leur liberté.

On ne voit rien aujourd’hui que cette euphorie, cette célébration ou ce silence, face à l’action libératrice de la France et de la « communauté internationale » qui unanimement la soutient. Comme si le Moyen Orient et l’Afrique avaient accepté d’être soumis encore devant les dernières cartouches tirées par cet Occident meurtri et mourant de ses doutes et des crises économiques, politiques et identitaires qui le traversent. Le meilleur service que l’Afrique peut se rendre à elle-même, et à l’Occident, ce n’est pas de plier face à la nostalgie et aux délires de puissance de ce dernier, mais de lui résister avec dignité et cohérence au nom des valeurs même que l’Occident et la France défendent et qu’ils trahissent pourtant quotidiennement au gré de leurs politiques mensongères et hypocrites en Amérique du Sud, en Afrique comme en Asie. Le Nord du Mali est un révélateur qui donne la chair de poule : voilà un peuple qui chante sa libération politique laquelle est associée à son nouvel enchaînement et étouffement économiques ; voilà des politiques et des intellectuels africains ou arabes qui sourient et applaudissent (conscients ou inconscients, naïfs, arrivistes ou compromis). L’hypocrisie et la lâcheté de ces derniers n’est somme toute que le miroir de l’hypocrisie et de la manipulation des grandes puissances occidentales. Rien de nouveau sous le ciel des colonies.

* Tariq Ramadan est, notamment, professeur d’études islamiques contemporaines à l’université d’Oxford (Royaume-Uni) et senior research fellow à l’université de Doshisha, à Kyoto (Japon). Il est également directeur du Centre de recherche sur la législation et l’éthique Islamiques (CILE), à Doha (Qatar). Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages. Dernier ouvrage paru : L’Islam et le Réveil arabe (Presses du Châtelet, 2011).
Première parution de cet article sur www.tariqramadan.com

Du même auteur :
Enjeux décisifs en Syrie

Lire aussi :
Intervention au Mali : la Françafrique à la Hollande




Réagissez ! A vous la parole.
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

19.Posté par Djamila le 25/01/2013 00:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Juvénil,
Tariq ramadan n'est pas ma tasse de thé non plus,mais ce ne sera sans doute pas pour les memes raisons que vous.Il dit pas mal de lieu commun et je suis tres souvent en désaccord avec ses propos sur le fait que les français ne soient pas racistes par exemple.Il se trompe lourdement ,étant donné les écrits de certains sur la toile bien gratinés .Il serait parmi les 100 personnalités les plus influentes du moment.C'est sans doute parce qu'on est en deficit de personnalité,j'imagine.
Et puis,j'ai du mal avec les intellos qui passent leur temps à nous bassiner avec des conseils sans mouiller leur chemise.Le prophète (SAWS) a vécu au milieu de ses compagnons et a vécu les memes choses qu'eux ,tout en étant le meilleur pédagogue qui soit à l'occasion.

18.Posté par Djamila le 24/01/2013 23:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Mali a des richesse minières incalculables et des diaments à foison .Et recemment ,on a decouvert de nouveaux gisements pétrolier aussi important que celui de la Lybie,qui est le quatrième producteur mondiale.Pour reprendre les termes de certains journalistes occidentaux gauchistes,pourquoi soutenir du bout des lèvres ,sans intervenir dans les faits "islamistes " syriens et en totale contradiction avec leur propos entré en guerre au Mali pour protéger la population contre ces soit-disant "islamistes",fabriqués et armé en l'occurence de toute pièce par le quatar et les USA.Il n'y a qu'à voir l'armement d'ansar din et celui de l'armée malienne

17.Posté par lr407 le 23/01/2013 06:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La France n’a jamais quitté l’Afrique, elle a juste remis le treillis de ses militaires aux nouveaux despotes formés dans les laboratoires de l’hexagone bien avant que les colonisés n’accèdent à l’indépendance.
Quant aux peuples, ils payent le prix de leurs crédulités à ce jour.



http://www.kabyle.com/fr/articles/paris-et-les-anciennes-colonies-21389-21012013

16.Posté par Juvénal le 20/01/2013 19:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oh le grand Mamamouchi Ramadan, qui transpire effectivement, ou qui sue la fourberie du double langage ad usum delphini ! On ne vénère que dieu seul, pas cette minable créature qui ne vaut pas mieux que vous ou que moi ! Un cuistre, imbu de lui-même et pontifiant, alors qu'il n'est que le piètre rejeton d'Hassan el Banna. Il est tellement intelligent ce personnage, que parfois il ne se comprend même pas lui-même, emporté par sa logorrhée !

15.Posté par Djamila le 20/01/2013 18:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand on est quelqu'un de sincère,il suffit de farfouiller un peu pour trouver la verité
Les islamistes du sahel n'auraient que l'odeur et l'apparence des islamistes ,mais seraient en fait des agents doubles à la solde du DRS,à l'instar de celui soupçonné d'avoir dirigé l'opération des otages dans le site gazier algérien


http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121210.OBS2020/mali-bel-mokhtar-contrebandier-islamiste-et-agent-double.html

14.Posté par Djamila le 20/01/2013 17:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Juvénil
Le cheikh improvisé du web qui n'a sans doute jamais lu le coran et s'il l'a lu,n'a rien certaienement rien capté car ne passant pas par les circuits traditionnels de l'islam pour une saine comprehension,mais par les ecrits raze motte des sites bloc identitaire ou de souche .com.
Je répondrais aux gens qui se posent vraiment des questions et pas à juvenil qui semblen vouloir se prouver quelque chose
Ces gens là n'appliqent pas l'intégralité de l'islam en coupant la main du voleur quand il a faim.etre respectueux de l'islam véritable ,c'est non pas couper les mains des gens pauvres mais de jeter en prison le gouverneur qui a provoqué les conditions de paupérisation qui ont poussé les gens au péché.
En toute chose,l'islam doit avoir une optique pédagogique avant d'utiliser la force.
J'ai noté une emphase lyrique apres l'article de tariq ramadan de juvénil ecrivaillon en herbe.Sans etre une plume,je puis vous dire que vous ne lui arrivez pas à la cheville ,eu égard au bagage de Tariq Ramadan qui transpire l'érudition .Votre envolée lyrique ressemble à l'envol d'une baudruche abattu en plein élan tant votre style parait lourd et empaté.
Finalement ,juvenil souffrirait il donc d'un manque de confiance en soi,en prenant le minimum de risque ,en tapant sur du muz parce que c'est tendance et gratifiant pour peu d'effort eu égard au contexte actuel.
Faites une analyse juvenil et lachez nous un peu la grappe.Cela nous fera des vacances

13.Posté par DIB MOHAMED le 20/01/2013 15:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
l'aveugle c'est celui qui ne voit pas avec son coeur. les musulmans n'enragent pas contre les non musulmans, ils sont convaincus qu'ils trouverons chez Dieu ce qu'il leur a promis, une de leurs vertus est la patience. et, on peut etre patient quand on a la conscience tranquille!
notre grandeur on la puise de la grandeur de Dieu, parler pour ne rien dire ne nous interresse pas.
ceux qui se croient forts sans Dieu qu'ils disent qu'ils sont certains de ne pas mourir demain, avec une profonde conviction et sans se mentir à eux meme.

12.Posté par Juvénal le 20/01/2013 12:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les Mausolées de Tombouctou

Inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO n'ont donc pas été détruits au nom de l'islam authentique et les bras coupés au nom ne la charia non plus sans doute ? Ces barbares ne font qu'appliquer l'intégralité de l'islam. On veut nous cacher que ce sont de vrais musulmans, contre lesquels aucune fatwa n'a jamais été lancée et pour cause... Ouvrons les yeux !!!

11.Posté par DIB MOHAMED le 19/01/2013 16:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pour quelques uns , faire preuve d'esprit c'est défier Dieu. et ce ne sont pas les plus doués parmis les hommes.car ceux qui sont inteligents se posent les bonnes questions.

10.Posté par Juvénal le 19/01/2013 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais dieu est mort depuis longtemps, après avoir vu les hommes se prévaloir et accaparer un pseudo-discours qu'il lui ont attribué pour des motifs profondément cupides !

9.Posté par aurélie92 le 19/01/2013 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour cette analyse éclairante !

Salam à tous

8.Posté par sunny le 18/01/2013 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@REDER
Je suis sans doute conditionnée comme près du quart de la population mondiale. Cette poignée d'illuminés a mieux compris que tous ces pauvres musulmans conditionnés, et vous aussi., bien sûr.
si les "vrais" musulmans étaient des barbares sanguinaires, cette planète serait à feu et à sang. Vraiment.

7.Posté par DIB MOHAMED le 18/01/2013 16:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
la loi de DIEU n'est jamais mauvaise. si elle nous parait à nous humains injuste il ya deux raisons:
- on ne comprend pas la loi et on la traduit faussement ou mal
- on ne connait pas la sagesse qu'elle contient
une loi divine ne peut-etre definie comme une loi humaine et ne peut-etre appliquée comme une loi humaine.

6.Posté par REDER le 18/01/2013 16:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Juvénal: vous avez entièrement raison. Bravo.

Sunny: oui, Juvénal écrit très bien, mais c'est vous qui êtes loin de la vérité, par conditionnement probablement.

5.Posté par sunny le 18/01/2013 10:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Juvénal, vous écrivez bien, mais faux.

1 2