Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

Archives

Le CRCM Alsace soutient François Grosdidier

Contre la discrimination de l'islam en France

Rédigé par Benabdellah SOUFARI, président du CRCM Alsace | Jeudi 13 Juillet 2006 à 13:14

           

En déposant deux propositions de loi à l’Assemblée nationale, le Député François GROSDIDIER vient de relancer un débat comme on les aime dans notre pays. Ce débat, c’est celui de la discrimination de l’Islam en France, jamais tranché parce qu’il mélange politique et grands idéaux.



Cette discrimination est jugée institutionnelle parce que les lois qui régissent les rapports entre l’Etat et la religion, les mesures publiques, et certains « faits du prince » excluent, les musulmans de la république, de la jouissance de droits dont bénéficient leurs concitoyens catholiques et Juifs.

Monsieur François GROSDIDIER, comme beaucoup de représentants de la nation, partent d’un constat simple :

L’islam est devenue la deuxième religion de France et bien que le taux de pratique religieuse soit difficile à mesurer, on entend souvent dire que les églises se vident et que les mosquées débordent. C’est une approche à la fois simpliste et fausse. Il faut plutôt dire que certaines autorités politiques locales, pour des raisons qui relèvent de l’algèbre électorale, multiplient les embûches pour empêcher la construction de mosquées dignes de ce nom, forçant les fidèles musulmans, en plus d’être victimes de discrimination à l’emploi, au logement, relégués dans les ghettos et enfermés dans la misère des banlieues, à pratiquer leur religion dans des caves.

Cette situation sert de couverture politicienne à justifier l’idée préfabriquée du « repli communautaire ».
 
L’autre question, souvent mise à l’affiche des médias lorsqu’on évoque l’islam en France, est celle de la laïcité.

La laïcité est une valeur importante, inscrite dans la constitution, à laquelle les musulmans ont, maintes fois, manifesté publiquement leur attachement.

Ils considèrent, en effet, que ce principe républicain, largement partagé par l’écrasante majorité des Français, contribue à faire de la France « la patrie des droits de l’homme » mais aussi parce qu’il oblige l’Etat à observer scrupuleusement un autre principe : celui de la neutralité religieuse.

Or que constatons-nous ?

Ce sont les socialistes qui, via Jack Lang , en sa qualité de Ministre de L’Education nationale lancent, les premiers, le débat de l’Islam à l’Ecole. Il déposa un projet de loi réclamant l’interdiction de tous les signes religieux dans le cadre scolaire. Il s’ensuivit un débat national sur le port du voile à l’école par quelques jeunes filles qui refusèrent de l’enlever.

A droite, on adopta une attitude marquée par une prudence toute pragmatique. C’est ainsi que Monsieur Luc Ferry, Ministre de L’Education nationale du Gouvernement RAFFARIN, se déclara franchement défavorable à une loi qui « serait prise, selon lui, par les musulmans comme une attaque ».

Les médias rivalisent dans le sensationnel pour amplifier « l’affaire du voile ». Débats à la télévision sur fond d’images avec des interviews de directeurs d’établissements scolaires ou d’intellectuels en mal de notoriété, tous les moyens sont bons pour affoler les Français en leur suggérant que la République est mise en danger par des « jeunes collégiennes voilées ».

Curieusement, on oublie de souligner que les centaines de milliers d’élèves, admis dans les nombreuses écoles privées confessionnelles, catholiques et juives, autorisées sur l’ensemble du territoire et très largement subventionnées par l’Etat, ne sont pas concernées par la loi interdisant les signes religieux « ostensibles à l’école publique». Tombent sous cette disposition légale le voile musulman, la kippa juive et la « grande croix » chrétienne.

Curieusement aussi, on oublie de dire que sur l’ensemble du territoire, les enfants musulmans, pour la plupart d’origine maghrébine, dont on vient juste de reconnaître que leurs arrières grands parents et grands parents, par dizaines de milliers, se sont magnifiquement distingués sur tous les champs de bataille, notamment à Verdun, en versant l’impôt du sang pour la défense de la France, n’ont aucune école privée confessionnelle subventionnée par l’Etat !

Et pourtant c’est à eux que s’adresse la loi …

Au prétexte de redéfinir la laïcité et parlant du voile musulman, le Président de la République évoqua même « l’idée d’un danger, provoqué par la libération de forces centrifuges et l’exaltation de particularismes, susceptible de diviser la nation » .

Est-ce là la meilleure manière de reconnaître l’altérité, la diversité et la liberté d’expression égale pour tous ?

Est-ce là la meilleure manière de défendre la laïcité qui est une valeur universaliste et humaniste parce qu’elle est avant tout fondée sur l’affirmation des libertés individuelles ?

La laïcité s’entend pour nous, citoyens français, fiers de l’époque du siècle des Lumières et de la Révolution française, comme une valeur constitutionnelle essentielle définie par référence à la Déclaration des doits de l’homme du 26 août 1789 et dont le socle législatif a été construit entre 1880et 1905.
La loi de 1905 place toutes les religions sur le pied de l’égalité juridique.

Ainsi, la liberté religieuse et la protection contre la discrimination religieuse sont garanties par plusieurs de ses dispositions, conformément à l’article 2 de notre constitution qui stipule:

«La République ne reconnaît, ne salarie, ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimés des budgets de l’Etat, des départements ou des communes, toutes dépenses relatives à l’exercice des cultes. »

Pour autant, l’Etat assure-t-il la même application de la législation vis à vis de tous les cultes, même s’il n’existe pas de statut des cultes ?

Les deux propositions du député François GROSDIDIER, pour peu qu’elles soient votées par l’ensemble de la représentation nationale, contribueront certainement à faire évoluer, positivement, le traitement réservé à la deuxième religion de France par nos autorités administratives et politiques.





Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Shaïma H. le 13/07/2006 13:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je soutiens Grodidier pour son projet. Qu'est ce qu'on peut faire pour le manifester ? Quand est ce que le projet de loi sera-t-il discuté. Il faut se mobiliser c'est la clé de notre avenir dans ce pays. Ici en Alsace, on en a vraiment besoin. A marseille il parait qu'ils ont refusé l'ouverture d'un lycée musulman. C'est inadmissible... J'aimerais savoir ce qu'il en est. Motion de soutien au crcm Alsace et à Grosdidier. Shaïma.

2.Posté par farid le 13/07/2006 19:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ouais c'est ca ..... 1500 ans que les blancs ne respectent pas leurs parole donnée !

et boila le crcm Alsace pour prolonger cettte verite !

une fois les élections passées , l' UMP ET GROSDIDIER VOUS CHIERA A LA GUEULE !

3.Posté par sawsane le 14/07/2006 01:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah bon? Il a quel âge donc Grodidier? il n'a certainement pas 1500 ans!!!

4.Posté par elham le 14/07/2006 01:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
mémoire, petite mémoire si tu nous éveilles, Mr Grosdidier n'est il pas le député qui a déclaré à l'assemblée que:
"Dans ma commune, lors d'un mariage sur deux, l'Hôtel de Ville résonne de youyous",

Benabdellah SOUFARI sait il que Mr Grosdidier fait du sarkophage,
je suis curieux de savoir si ce soutien qui sent la manoeuvre élecorale a t'il un prix? A t'il été soumis à un vote de l'assemblée crcm ou venu droit d'en haut.

5.Posté par Musulman le 14/07/2006 01:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y en a qui mélange tout, il ne s'agit nullement de soutenir un homme , un groupe ou un parti politique, mais des propositions de loi qui vont dans le sens des intérêts des musulmans avant tout.
L'inbécile regarde le doigt quand on lui montre la lune... à méditer.

Soufari a raison de soutenir ces propositions et ça fait partie de son rôle d'agir pour les intérêts de la communauté avant tout. Il n'a besoin de l'aval de personne pour ça, cela relève d'une obligation statutaire que d'aller dans le sens des intérêts des musulmans.
Et pour les supputations et les conjectures malsaines et gratuites, et pour la médisance je vous renvoie au verset 12 de la sourate 49 : à méditer également.

Bon courage Soufari !


6.Posté par "propagande electoraliste" le 15/07/2006 13:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
salam,
Beaucoup de promesses "électoralistes" , quelque qu'elles soient n'ont jamais été réellement tenues !Des promesses de valorisation de médecins "étrangers","issus, d'origines"...pour beaucoup de la colonisation "subie et surement pas"choisie" dont leurs arrières grands parents et grands parents, par dizaines de milliers, se sont magnifiquement distingués sur tous les champs de bataille, notamment à Verdun, en versant l'impôt du sang pour la défense de la France , ayant obtenu leurs diplomes en France et qui assurent les mêmes soins que leurs homologues "français, ces promesses, inscrites dans la "loi sur l'immigration " se sont totalement volatilisées!Méfiance, méfiance, 2002 est toujours là, présent dans les esprits. Autant voter pour FN !!!!

Les médecins à diplôme étranger en grève
samedi 15 juillet 2006

Quelques 7.000 praticiens dotés de diplôme étranger hors Union Européenne exercent dans les hôpitaux en France. Moins bien payés (ils touchent en moyenne 1.800 euros par mois contre 3.800 euros pour leurs collègues à diplôme européen) et sans reconnaissance par l’Ordre des médecins, ils ont dénoncé cette inégalité de traitement lors de plusieurs manifestations et grèves depuis deux ans. La grève, de vendredi à dimanche,organisée par l’Inpadhue (Intersyndicale nationale des praticiens à diplôme hors U.E.), a notamment pour but d’obtenir que les médecins en exercice depuis plus de cinq ans soient "dispensés d’examen écrit et évalués sur leurs titres, travaux, leur expér...  

7.Posté par la république "catholaïque" le 16/07/2006 11:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A méditer sur ce rebond,on ne peut plus claivoyant !!!!
"... De la laïcité, reste une incantation bonne à faire tomber quelques voiles, mais à vite remettre au placard afin que perdurent le Concordat en Alsace-Lorraine, le financement des écoles confessionnelles et la messe dominicale sur les ondes publiques. Deux poids, deux mesures ? Ma foi...

La république catholaïquePierre MARCELLE – libération - 6 février 2006


Donc, nous sommes bien d'accord ? Tous ensemble, alors, contre le mal et pour le bien (en taliban : pour l'Eradication du Mal et la Promotion de la Vertu) ! En aura-t-on affiché, des postures, depuis que nous parvinrent ces grandes vagues d'indignation islamique et d'une douteuse spontanéité dont une douzaine de méchants dessins (et si indigents en tout qu'il fallut, pour si peu en publier ici, invoquer leur qualité de «documents») fournirent le prétexte ;

comme si les musulmans y avaient soudain découvert que l'Occident chrétien ne les aimait pas. Que vont-ils s'imaginer, aussi ! N'entendent décidément rien à la démocratie, à la République ni à la laïcité, triptyque de la Patrie des droits de l'homme (blanc, catho) et ciment de ses principes bien balancés : pour le droit à la caricature, mais «sans excès» et «sans blesser», chantent en choeur Douste et Sarkozy...

Que l'Union européenne les bénisse ! La même, il y a un an à peine, envisageait benoîtement d'inscrire, dans le préambule de son traité constitutionnel, le caractère «chrétien» de la «culture» continental...  

8.Posté par white muslim le 17/07/2006 23:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'avais posté une réponse à farid et je ne la trouve plus. Je vais donc réitérer gentiment : c'est pas bien farid de dire "les blancs". L'Islam ne fait pas ce genre de distinction et de nombreux musulmans sont des blancs. C'est assez gentil j'espère chers administrateurs à l'indignation sélective. Salam

9.Posté par GROSDIDIER François le 23/08/2006 15:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
réponse au message d'Elham en date du 14/07/06:
Ma phrase complète à l'Assemblée Nationale était: "Dans ma commune, lors d'un mariage sur deux, l'hôtel de ville raisonne du you you, ce sont de formidables moments de chaleur humaine, des moments de bonheur que nous partageons avec les familles". Cette phrase figure dans le compte-rendu officiel de l'Assemblée Nationale, rédigé à partir de l'enregistrement. Cependant, dès que les élus PS ont entendu le mot "you you", ils se sont mis, par réflèxe conditionné, à hurler et m'insulter, n'entendant plus ce que je disais. L'un d'eux, Gérard Bapt a brandi une croix gammée tandis que leurs ténors fonçaient vers les caméras de télévision pour dire qu'après s'en être pris aux "racailles" et aux "voyoux", la droite s'en prenait aux "you you". Je n'avais pas un instant qu'un mot aussi courant dans ma commune pouvait enclencher un tel délire au Parlement. J'aurais dû dire "expression d'allégresse formulée selon les us et coutumes des pays du Maghreb", mais j'ai le tort, sur la forme, d'ignorer la langue de bois et, sur le fond, de craindre le "politiquement correct". C'est pourquoi je dénonce avec la même conviction le racisme antiblanc d'une infime, mais influente, minorité de rappeurs et la discrimination dont sont victimes les enfants de l'immigration dans l'emploi ou les musulmans dans l'exercice de leur culte. Dans le premier cas, je suis insultés par d'autres rappeurs, dans l'autre, par l'extrême droite. Mais je continuerait à dire ...