Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Société

La folle journée du buzz #HijabDay à Sciences Po

Rédigé par | Mercredi 20 Avril 2016

Une poignée d'étudiantes ont décidé d'organiser une journée du hijab à Sciences Po Paris afin de dénoncer la stigmatisation des femmes voilées. L'évènement a déclenché des réactions stupéfiantes. Petit florilège en texte et images.



La folle journée du buzz #HijabDay à Sciences Po
Mercredi 20 avril s’est déroulé le Hijab Day, une opération spéciale organisée à Sciences Po Paris par des étudiantes. Elles ont invité les jeunes à se couvrir les cheveux avec un voile « pour démystifier le tissu ».

Aux questions de Jean-Jacques Bourdin sur RMC, Fatima El-Ouasdi, étudiante en master - non voilée - déclare qu’elle a imaginé l'initiative après les déclarations récentes de Laurence Rossignol et de Manuel Valls. Pour elle, « l'idée était d'aborder la question du voile avec humour » et que les étudiantes de Sciences-Po voilées « le porte de façon colorée, pas du tout de façon identitaire. Elles ne font pas de prosélytisme et ne portent pas de jugement sur celles qui n'en portent pas ».

Tout au long de la journée, les réactions politiques les plus absurdes et démesurées ont déferlé dans les médias et les réseaux sociaux. Les Républicains ont été l’avant-garde, avec un communiqué indiquant que le gouvernement a « encore perdu une occasion de joindre les actes à la parole en demandant au directeur de l'institution d'interdire cette provocation » qu'est le Hijab Day.

Sur iTélé, le député Eric Ciotti estime que cette manifestation est « scandaleuse » et ajoute qu’il faut « combattre le communautarisme ». Jugeant qu’il n’avait pas cogné suffisamment fort, il revint à la charge dans l’après-midi en tweetant: « La direction de Sciences Po s'est discréditée en autorisant le Hijab Day. Je demande sa démission ! »

Nadine Morano n’a évidemment pas manqué l’occasion de se faire remarquer.

Nadia Hamour, qui avait brillé en janvier dernier en proposant que les musulmanes remplacent leurs voiles par des bonnets phrygiens, a remis en cause la politique de diversité de Sciences Po : « #HijabDay : à quoi bon les conventions ZEP si @sciencespo communautarise au lieu d'ouvrir les esprits ? » Une remarque déplacée d'autant plus qu'aucune des étudiantes organisatrices de l’opération n’a bénéficié de ces conventions facilitant l’accès des élèves les plus méritants des quartiers défavorisés de France.

Bernard Henri-Lévy n'y va pas de main morte sur Twitter : « Journée du Hijab, à Sc Po. (NDLR : Sciences Po). Á quand une journée de la Charia ? De la lapidation ? De l'esclavage ? ». Suite aux nombreuses réactions dénonçant le deux poids-deux mesures entre le voile et la kippa, BHL a réagi en twittant deux liens, le premier expliquant que le voile renvoie à la soumission tandis que « la métaphysique de la kippa » renvoie à la liberté.

Ambiance bon enfant à Sciences Po

Nombreux sont ceux qui taxe les organisatrices de faire du « prosélytisme ». Pourtant, elles le répètent : elles n'imposent rien à personne. Pendant que les débats s'échauffent sur les réseaux sociaux, un atelier pratique était mis en place dans l'école pour apprendre à nouer un foulard élégamment dans « la péniche », surnom du hall du 27 rue Saint Guillaume à Paris.

De son côté, Maxime de Lucas, étudiant en management, a fait les choux gras des réseaux sociaux en débarquant en robe et talons haut. Face au Hijab Day, il a lancé « Bikini/robe/whatever day ». Le jeune homme a été plutôt bien accueilli d’après les témoignages. « Nous sommes ouverts à un débat sur la stigmatisation des femmes voilées, mais il n’est pas nécessaire de se voiler. Au contraire, nous pensons que l’uniformisation tue le débat », a-t-il fait savoir.

L'opération a été finalement annulée mais a été proposé « aux organisateurs du Hijab Day de co-organiser plutôt une conférence/débat (…) sur le thème du port du voile, de ses significations, de la stigmatisation des femmes en général et de la radicalisation ». L’agitation médiatique autour de l’événement a soutenu le mot-dièse #HijabDay en tête des sujets les plus commentés sur Twitter toute la journée avec un pic de 40 000 tweets vers 17h.

Lire aussi :
#HijabDay : les étudiants de Sciences Po invités à porter le voile une journée




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par melen le 21/04/2016 18:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le "penseur dissident" Alain de Benoist à Science-Po le 20 avril ça laisse indifférent par contre.

2.Posté par stella le 22/04/2016 09:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ça suffit de BANALISER ce Voile Honteux ! Ce n'est pas une "folle journée", c'est la journée de la stigmatisation du féminin, considéré comme IMPUR et INFERIEUR par toutes les religions du monde ! Les femmes de France ont combattu ce sexisme il y a 40 ans, ce n'est pas pour laisser s'installer un nouvel ordre patriarcal voilé !

3.Posté par melen le 27/04/2016 13:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que faites vous d'autre stella si ce n'est d'exiger pour d'autres que vous meme de se conformer à vos jugements et analyses.
On peut juger pour soi meme ce qu'il est bon de faire ou de ne pas faire. Mais lorsque l'on commence à le faire pour d'autres que soi, c'est faire ce que vous dites déplorer.
Décider et exiger de ce qu'il est bon de faire ou de ne pas faire à la place d'un autre c'est faire soi meme ce que l'on dit exécrer.
Ce n'est donc pas cette initiative que vous déplorez, mais le libre arbitre lui meme.
Vous vous mettez dans la peau de ce que vous dites exécrer.
Vous semblez vouloir que les autres se conforment à ce que vous avez décidez pour vous meme. Après je peux me tromper. Mais c'est ce que je comprends de ce que je lis.

4.Posté par chabri le 30/04/2016 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A MELEN ,
Ne pensez-vous pas qu'on en fait un peu trop sur ces " mouvements " ostentatoires ?
On affirme au vu et au su de tous ( et fièrement ) qu'on appartient à une religion .que l'on proclame la meilleure du monde ( à démontrer ) et à force on crée de l'islamophobie ..( ne pas confondre avec racisme ) .
rappel de deux versets coraniques :
31. 18. Et ne détourne pas ton visage des hommes, et ne foule pas la terre avec arrogance : car Dieu n'aime pas le présomptueux plein de gloriole.
19. Sois modeste dans ta démarche, et baisse ta voix, car la plus détestée des voix, c'est bien la voix des ânes".
Dans ces versets ,il nous est ordonner de ne pas être orgueilleux dont les signes apparents sont le mépris à l’égard de nos semblables , une démarche pleine de suffisance et de vantardise et l’élévation de la voix ...
Quant au Coran, la parole du Prophète est formelle et sans appel : NULE CONTRAINTE EN RELIGION. (Sourate 2, verset 256). Allah est omniscient, il saura reconnaître le bon grain de l’ivraie.