Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Points de vue

L'islam, un état d'esprit, pas un État

Par Isabelle Dana*

Rédigé par Isabelle Dana | Samedi 9 Janvier 2010 à 00:25

           


L'islam, un état d'esprit, pas un État
C'est un fait : d'après les nouvelles récentes, la question d'un État islamique suscite la polémique en Occident. Fin octobre, un imam a été tué et six hommes arrêtés par le FBI à Detroit, pour avoir comploté en vue d'établir un État islamique aux États-Unis. Au Royaume-Uni, les autorités s'alarment de l'infiltration des écoles musulmanes par des groupes extrémistes comme Hizb ut-Tahrir, qui cherchent à propager leur conception d'un État islamique.

L'opinion publique occidentale redoute que des musulmans radicaux cherchent à imposer leurs valeurs au reste du monde. Mais ce n'est pas seulement aux yeux d'un monde occidental inquiet que la notion nébuleuse d' « État islamique » fait problème : au sein du monde musulman lui-même, elle constitue réellement une pomme de discorde.

Les théologiens musulmans sont nombreux à penser qu'en fait l'État islamique constitue un obstacle à l'éthique et aux valeurs de l'islam. En Iran, l'intellectuel de premier plan qu'est Abdulkarim Soroush − qui était aussi, naguère, une personnalité politique − souligne la difficulté qu'il y a à maintenir les droits civiques, politiques et religieux dans l'actuelle République islamique d'Iran. Et même le nouveau courant des Frères musulmans, en Égypte, estime qu'un État islamique n'est pas réalisable dans le monde d'aujourd'hui.

On voit partout des intellectuels musulmans appeler de leurs vœux des systèmes alternatifs qui favoriseraient une vision islamique de la société tout en s'adaptant aux sociétés de plus en plus pluralistes qui sont les nôtres. Les opinions divergent − des plus conservatrices aux très progressistes − sur la nature, la forme et les objectifs d'un État islamique. Mais le fait est que les États islamiques que l'on connaît aujourd'hui ont largement échoué à créer des systèmes politiques respectant ces idéaux.

Le résultat est, par exemple, qu'un Mohamed Talbi, écrivain et intellectuel tunisien, en vient à appeler les sociétés musulmanes à abandonner le modèle d'un État islamique pour s'attacher, au contraire, à mettre en place une oumma planétaire, une communauté universelle partageant les valeurs centrales de liberté et de justice. À ses yeux, l'islam s'incarne dans le concept de « différence dans l'unité », autrement dit le pluralisme. « Je suis », écrit-il, « un atome musulman à l'intérieur d'une molécule d'homme. Mon oumma, c'est l'humanité, et je ne fais aucune différence entre croyances, opinions, couleurs ou races ; tout les êtres humains sont mes frères et mes sœurs. » L'époque actuelle, de mondialisation, représente pour lui une occasion rare d'œuvrer pour réaliser cet idéal.

Un autre intellectuel musulman qui s'élève contre un État islamique dans le monde d'aujourd'hui est Farid Esack, d'Afrique du Sud : si combattre en faveur des communautés opprimées est le message de l'islam, alors les États islamiques que l'on connaît aujourd'hui sont tout sauf islamiques. C'est la conclusion à laquelle il est arrivé à partir de son expérience personnelle − d'abord comme étudiant au Pakistan, où il fut témoin de la persécution que subissent des communautés non musulmanes pauvres et marginalisées, ensuite comme militant en Afrique du Sud, où il fit, dans le combat contre l'apartheid, l'expérience de la solidarité avec des gens de toutes confessions. Proche partisan du président Nelson Mandela, Esack propose, lui aussi, une modalité différente d'influence islamique réalisée dans une oumma planétaire qui ne se contente pas de simplement tolérer les différences : il s'agit de rassembler le genre humain, par delà la race et la religion, au nom d'un objectif bien précis : la justice.

Selon Esack, l'oumma n'est pas une affaire de parenté, mais d'actes de foi : la vrai oumma est le rassemblement de toutes les religions dans un combat contre l'oppression sous toutes ses formes.

Abdullahi an-Naim est un intellectuel musulman soudanais, qui a dû quitter Khartoum pour avoir adhéré à la doctrine libérale de Mahmoud Taha, théologien et personnalité politique soudanaise qui se fit l'avocat d'une réforme politique et religieuse. Il est persuadé qu'un État islamique est condamné à l'échec et qu'une laïcité fondée tant sur la liberté de religion, l'éthique et la moralité, que sur des droits et devoirs, est de loin le meilleur système pour les musulmans de tous les pays. Cette modalité de laïcité devrait comprendre différentes visions du monde, et ne pourrait être bâtie que par le dialogue et l'échange dans une société civile planétaire.

La prédominance de l'oumma sur l'État islamique manifeste un basculement de l'État − l'appareil politique − vers les individus et les communautés, qui deviennent ainsi des agents ayant la responsabilité de mettre en œuvre dans leurs sociétés pluralistes les idéaux de l'islam. Cette proposition, qui mérite attention et qui s'appuie sur une vision mondialisée de l'islam, pourrait être un cadre plus souple et plus approprié à notre société planétaire.



* Isabelle Dana (isabelle.dana@gmail.com), professionnelle de la communication et des médias, s'intéresse particulièrement à l'Afrique, au Moyen-Orient et aux études islamiques.


L'islam, un état d'esprit, pas un État
En partenariat avec :




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Jean-Pierre CHAMBARD le 09/01/2010 11:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mohamed Talbi à dit : "Mon oumma, c'est l'humanité, et je ne fais aucune différence entre croyances, opinions, couleurs ou races ; tout les êtres humains sont mes frères et mes sœurs."

Ce que dit très exactement la Franc-Maçonnerie depuis plus de 250 ans !
Je pense en particulier au poème de Rudyard Kiplin sur sa Loge mère :

Il y avait Rundle, le chef de station,
Beazelay, des voies et travaux,
Ackman, de l'intendance,
Donkin, de la prison,
Et Blacke, le sergent instructeur,
Qui fut deux fois notre Vénérable,
Et aussi le vieux Franjee Eduljee
Qui tenait le magasin "Aux denrées Européennes"
Dehors, on se disait "Sergent, Monsieur,
Salut, Salam",
Dedans, c'était "Mon Frère" et c'était
Très bien ainsi,
Nous nous rencontrions sur le niveau
Et nous nous quittions sur l'équerre,
Moi, j'étais second diacre dans ma loge Mère, là-bas!

Il y avait encore Bola Nath, le comptable,
Saül, le juif d'Aden,
Din Mohamed, du bureau du cadastre,
Le sieur Chuckerbutty,
Amir Singh, le sikh,
Et Castro, des ateliers de réparation,
Qui était catholique romain,
Nos décors n'étaient pas riches,
Notre temple temple était vieux et dénudé,
Mais nous connaissions les anciens landmarks
Et les observions scrupuleusement.
Quand je jette un regard en arrière,
Cette pensée, souvent me revient à l'esprit :
Au fond, il n'y a pas d'incrédules,
Si ce n'est peut être nous mêmes!

Car tous les mois, après la tenue,
Nous nous réunissions pour fumer,
Nous n'osions pas faire de banquets
(de peur d'enfreindre la règle de caste
de certains frères)
Et nous ca...  

2.Posté par John Rambo le 09/01/2010 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Non mais sérieusement, qu'est ce que c'est que cet article bidon ?
Saphir News n'est pas censé être une officine pour anonymes laiques en mal de reconnaissance ...

3.Posté par salem le 11/01/2010 22:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
salam aleykoum,

Je crois qu'il est très important de clarifier certains points qui me semble nécessaires lorsqu'on se dit musulman. Etre musulman c'est reconnaître qu'il n'existe q'un seul DIEU unique , de lui obéir et de vivre comme LUI nous demande de vivre, et non comme nous souhaitons le faire avec toutes nos faiblesses humaines.
Il est notre créateur , il sait ce qui est bon pour nous, et ce qui ne l'est pas, nous Lui obéissons dans nos pratiques cultuelles, comme dans nos transactions de la vie courante.
L'islam n'est pas le judaïsme, ni le Christiannisme , où le culte est à "dieu" et la loi aux hommes, non en islam le culte est à Dieu, la loi est à Dieu, et c'est à Lui que toutes choses revient.
Ce n'est qu' un pur ignorant de l'islam, celui qui prétend que l'islam est une religion qui se limite qu'aux pratiques cultuelles, ALLAH ne nous a pas laisser orphelin dans nos affaires de la vie, tout est établie dans son livre comme dans la tradition prophétique, que les croyants doivent lui obéir dans toute nos affaires de la vie, spiritualité, foi, politique, éducation, ......... TOUT LUI APPARTIENT.
Une société islamique répond a toutes les normes de justice, de morales, et d'éthiques puisque qu'elle se base sur la volonté de DIEU, reste cependant à l'étudier et à la comprendre avant de l'appliquer.
Ceux qui prétendent qu'un état islamique rime avec injustice, je leur propose de revenir à l'histoire de l'islam.
Pendant qu'en occident on coupé la tête de ceux qui ne voulait pas...  

4.Posté par Khaled Zerone le 19/01/2010 00:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En réponse à Mme Isabelle Dana : l'État islamique est l'unique voie pour mettre en œuvre l'islam, pensent unanimement les théologiens musulmans

Mme Isabelle Dana s'est mise depuis le début du mois courant (janvier 2010) à diffuser un article en anglais intitulé : « Seek Islamic Spirit, not State, say Muslim Scholars », publié par plusieurs sites anglophones sur Internet. Ensuite, vers le 8 janvier 2010, elle diffuse la traduction française de ce même article, intitulé « L’islam, un état d'esprit, pas un État ». Ensuite, des sites Internet ayant les mêmes orientations et objectifs ont produit les traductions en plusieurs langues de peuples musulmans : arabe, ourdu, indonésien (voir : www.commongroundnews).

L'objectif est annoncé et clair : combattre l'idée d'un État islamique et le système politique exécutif de l'islam al-khilafah, le grand cauchemar de l'Occident. Le combat ici est non pas un affrontement frontal, mais un affrontement rusé, roué de tromperies, dont l'objectif ultime est d'au moins brouiller cette idée d'État islamique en jouant avec les termes ou en les vidant de leur vrai sens.

L'article de Mme Dana est dépourvu du minimum de crédibilité sur le fond comme sur la forme et en voici les raisons.

Sur la forme, on a l'habitude − et il est complètement logique − de lire des opinions de non-musulmans, comme Mme Dana, critiquant l'islam à partir de leurs points de vue, c'est-à-dire à partir de l'extérieur de l'Iilam. Cependant lire pour un non-musulman − comme Mme Da...  

5.Posté par Nini le 24/01/2010 22:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous ne voulons pas d'état islamique sur le sol français ni européen ni occidental !

dire qu'il n'y a qu'un seul dieu qui existe est faux et Dieu n'existe nulle part ailleurs qu'en vous même !

Si vous créez un état islamique vous détruirez aussi votre liberté car je doute que les personnes qui écrivent ici aient vécu dans un état islamique.

Vous avez la chance de vivre dans un pays où la culture est riche, où la liberté d'expression est possible pays dans lequel vous pouvez travailler, vous épanouir, faire du sport, vous réaliser etc...

je pense que la chance de l'humanité est de se rejoindre au même point et arrêter de se diviser en religions !

le bouddhisme et l'hindouisme sont les deux religions ou philosophies les plus évoluées car elle demandent à grandir intérieurement et non à se soumettre à Dieu, Dieu est en soi et non à l'extérieur de soi vous êtes votre propre Dieu et vous n'avez à obéir à aucune autorité, ainsi vous connaîtrez la liberté d'être vraiment vous mêmes !

Si vous voulez vous enfermer dans votre communauté alors vous vous étoufferez et vous en reviendrez.

Nous sommes au XXIème siècle nous ne voulons pas de pratiques moyennageuse ici ! chez nous les crimes des religions datent de plusieurs siècles nous avons dépassé cela et nous sommes un peuple évolué.

Sa Sainteté le XIVème Dalaï Lama dit

ma religion est l'amour

il n'y a pas de nom à donner à l'amour.

Et je trouve cet article très pertinent.



6.Posté par selmac le 29/01/2011 18:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Asalamou3aleiykoum, Bonjour

A khaled zone : permettez-moi tout d'abord de vous demandez comment vous savez que l'auteure de l'article n'est ni musulmane , ni arabophone? je n'ai pas lu d'information à ce sujet dans l'article?
Quant à l'Etat Islamique instauré par le Prophète Mohammed ( sala allahu alayhi wa salam) , vous parlez certainement du pacte de Médine...Je ne suis pas sure qu'il ait été pris en exemple par les "Etats islamiques" contemporains, sauf exemple que vous pourriez nous donner? ...et je ne suis pas sure qu'il puisse être de nouveau mis en place dans le monde actuel...N'oublions pas en effet que le pacte de médine intervient dans une situation géographique et historique bien particulière (notamment avec la question des juifs de Médine). Croyez-vous objectivement - bien que ce pacte soit une éminente référence d'une gouvernance parfaite - qu'il puisse servir de base à l'édification d'un nouvel "Etat islamique" dans une telle configuration mondiale? Et si oui, comment? Et où?

Quant aux auteurs que l'auteure de l'article cite, et bien je trouve personnellement, en tant que musulmane - el hamdullilah- , qu'il est dangereux de calomnier des hommes ou femmes qui adorent Dieu et témoignent que Mohammed sala allahu alayhi wa salam est son messager, et qui n'incitent ni à la haine ni à la discrimination, ni à l'oppression des faibles ou des minorités conformément aux principes de notre Saint Coran et à la pratique de son Messager, sala allahu alayhi wa salam. On peut ...