Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Politique

L’UOIF exige le report des élections du CFCM 48h avant leur lancement

Rédigé par | Jeudi 6 Juin 2013 à 05:00

           

Les élections du 8 juin se feront sans l'UOIF. A J-2 du scrutin visant à renouveler les instances dirigeantes du Conseil français du culte musulman (CFCM) et de ses antennes régionales (CRCM), l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) réclame son report, sans quoi elle se retire du processus électoral. Le coup est rude pour le Rassemblement des musulmans de France (RMF) à la tête du CFCM, qui aura échoué à le relancer. Explications.



L'UOIF, présidée par Ahmed Jaballah (à g.), a annoncé sa décision de ne pas participer aux élections du CFCM, deux jours avant leur tenue le 8 juin.
L'UOIF, présidée par Ahmed Jaballah (à g.), a annoncé sa décision de ne pas participer aux élections du CFCM, deux jours avant leur tenue le 8 juin.
Coup de théâtre au CFCM ! A J-2 des élections visant à renouveler les instances dirigeantes du Conseil français du culte musulman et de ses antennes régionales (CRCM), l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) appelle au report du scrutin programmé samedi 8 juin. « A défaut, l’UOIF annonce son retrait du processus électoral projeté le 8 juin prochain », a-t-on appris mercredi 5 juin au soir.

La fédération n’a pourtant pas ménagé ses efforts pour réintégrer le CFCM et relancer la machine contestée. Après le boycott des élections de 2011 et son retrait du bureau exécutif, elle avait fait un retour en force en janvier dernier. Pour marquer son engagement, elle a adopté de nouveaux statuts en février 2013 en vue des élections, après de longs mois de tractations avec les fédérations membres du CFCM, dont le Rassemblement des musulmans de France (RMF) et la Grande Mosquée de Paris.

Mais « depuis bientôt plusieurs mois que de nouvelles élections sont annoncées (…), tous les observateurs constatent que les déchirements et la convoitise sont de règle dans la plupart des régions », explique l’UOIF dans un communiqué.

Une opposition au CFCM très marquée

Depuis plusieurs semaines, des voix discordantes se sont faites entendre pour critiquer les changements en cours au sein du CFCM. Plusieurs présidents de CRCM ont déclaré leur intention en avril de ne pas participer aux élections. Celui d’Île-de-France Centre, Merzak El-Bekkay, a indiqué dans un dernier communiqué que « 78% des mosquées d’Ile-de France Centre boycottent les élections du 8 juin 2013 ».

Des fédérations de mosquées indépendantes comme en Seine-Saint-Denis (UAM 93) et en Picardie ont également grossi les rangs des mécontents, critiquant la main mise des trois grandes fédérations dans la gestion du CFCM. Pour seule réponse, son président Mohammed Moussaoui avaient déclaré que le scrutin sera tout de même organisé dans les régions dissidentes.

Dernièrement, c’est la Grande Mosquée de Lyon et la Grande Mosquée de Saint-Etienne qui ont appelé au boycott des élections, rejoignant ainsi la Grande Mosquée d’Evry-Courcouronnes dans le camp des frondeurs. Est-ce la goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour l’UOIF ? « Ces attitudes sont évidemment à l’encontre de l’idée même qui fonde le CFCM. Elles contredisent les accords qui ont conduit au retour de l’UOIF (…) conditionné par un travail entre les grandes fédérations musulmanes dans la collégialité, l’entente et la mise en avant de l’unité et des intérêts des musulmans de France », fait-elle savoir.

Le projet de réforme du CFCM « immature »

« Les responsables des grandes fédérations ont eu réunion sur réunion pour faire cesser les désordres et mener le processus de la meilleure des façons. A la veille de la validation des listes candidates, force est de constater malheureusement qu’elles n’y arrivent pas et que ce qui se passe aujourd’hui dans les régions est à l’opposé de cette idée, de ces principes et de cet accord », poursuit l’UOIF. « Constatant l’immaturité du projet de réforme du CFCM, notamment et surtout sur le plan régional, l’UOIF appelle à reporter les élections afin de trouver sereinement des solutions aux difficultés signalées. »

Les querelles signalées ce jour ont pourtant très vite éclaté après l’adoption de la réforme des statuts mais l'UOIF a attendu la dernière minute pour lancer son appel sous forme d'ultimatum.

Elle veut se démarquer à nouveau des autres fédérations en montrant qu’elle est davantage à l’écoute des musulmans, qui ne montrent dans les faits que trop peu d’intérêt au CFCM. Sa décision, qui chamboule le processus, devrait pousser les participants aux élections à réviser rapidement leurs positions.



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par lr407 le 06/06/2013 08:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand on se prétend responsable comme au CFCM c'est une obligation de réagir aux propos racistes, haineux et calomnieux sur l'islam, le Coran et les musulmans diffusé par BFMTV et RMC en simultané à une heure de grande écouté.
Il s'agissait d'un échange entre l'animateur très complaisant M.Bourdin et son invité M.Onfray le 24 mai dernier. Jusqu'à quand allons-nous subir et nous faire insulter sans réaction des structures associatives musulmanes prétendument représentatives de la communauté ? Incapable d'écrire des protestations aux deux chaînes TV et audio ou au CSA ou aux autorités ou encore de porter plainte en justice pour dénigrement et incitation à la haine raciale, alors retirez-vous et laissez place à plus compétents pour défendre l'intérêt des musulmans de France. Il ne suffit pas de fréquenter les salons dorés des ministères ou des administrations tout en se battant pour des chaises apparemment vides pour avoir une certaine satisfaction et croire avoir réussi. C'est face à l'épreuve et à la manière de combattre l'injustice qu'on obtient la reconnaissance.

2.Posté par Karim le 06/06/2013 10:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'UOIF se rend à l'évidence:

Après tout les efforts que l'UOIF a fourni pour rendre le CFCM vivable après tant de calculs et d'ingérences étrangères et de conflits d'intérêts et des personnes, il a cru avoir réussi sa mission à ramener tout le monde autour d'une table en février mais en vain comme dit le proverbe: chasse le naturel, il revient au galop. A la première occasion, les tractations et les combinaisons entre les composantes ont pris le dessus et ont bouzillé toute les tentatives de redémarrer enfin sur de bonnes bases.
Le perdant dans tout cela c'est bien sur l'islam et les musulmans dans ce pays. C'est malheureux mais c'est ainsi.

3.Posté par karim le 06/06/2013 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ouach eddak elouad ya mimouna

4.Posté par bakouri le 15/06/2013 18:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
l'UOIF se retire 48 h avant les élections, curieuse façon de participer à l'organisation de l'Islam en France ? Il est certain (wa Allahou aâlam) qu'ils ont dû demander plus qu'il n'était prévu ou exercer un chantage, qui n'a pas marché et vlan...
une organisation aussi importante et soi disant aussi expérimentée que l'UOIF ne peut décider de se retirer 48 h avant,, alors qu'elle était en négociation et en préparation de ces élections depuis des mois.