Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Incendie à Saint-Jeures : un acte islamophobe dénoncé, la piste criminelle privilégiée

Rédigé par Lina Farelli | Jeudi 25 Novembre 2021 à 11:45

           


Incendie à Saint-Jeures : un acte islamophobe dénoncé, la piste criminelle privilégiée
Un incendie s’est déclaré mercredi 24 novembre sur un terrain privé, ravageant un véhicule et un abri de chantier à Saint-Jeures, en Haute-Loire. L’origine du sinistre est inconnue à ce stade mais la piste criminelle est privilégiée par les enquêteurs.

Le propriétaire du terrain, un Lyonnais de confession musulmane qui rêvait de s'installer en campagne, a dénoncé un acte « raciste ». Il avait l’intention d’ériger sur le terrain qu’il a acquis une maison individuelle pour s’y installer avec sa famille. Mais, selon Le Progrès, une pétition aurait circulé à Saint-Jeures pour dénoncer le permis de construire de « cette habitation hors du commun sur une surface de 1 100 mètres carrés avec 10 chambres, 11 salles de bain, mais aussi une salle de prière de 20 mètres carrés et un dôme », alimentant alors les rumeurs d’installation d’une mosquée ou d’une école coranique et suscitant le rejet parmi certains habitants de la commune.

« Mes enfants vont dans une école privée catholique. Je ne fréquente pas les mosquées ! J'ai simplement fait une salle de prière pour mes parents... Et si c'est écrit dans le permis, c'est parce que je n'ai rien à cacher ! », s’est insurgé le Lyonnais auprès de L’Eveil de la Haute-Loire. « Si j'avais un projet d'école coranique, si j'étais dans cette mouvance, vous pensez sérieusement que je viendrais m'installer à Saint-Jeures ? Et pour le dôme, c'est un architecte chrétien qui l'a imaginé, en fonction des contraintes techniques et de la hauteur imposées. »

André Duboeuf, le maire de ce village d'un millier d'habitants, s’est aussi dit « surpris » par ce projet lorsqu'il lui a été présenté mais a confirmé qu’il s’agit bien d’un permis de construire, délivré en octobre dernier, pour une maison d’habitation et non pour une mosquée et que tout a été fait dans les règles. Si « ce monsieur s’appellerait Duboeuf, il n’y aurait pas de problème », a-t-il déclaré.

Lire aussi :
Deux mosquées de Besançon visées par des actes antimusulmans




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Rond LEDARON le 25/11/2021 14:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A force de susciter la haine,nos faiseurs d'opinions obtiennent de bons résultats,avec un retour sur investissement intéressant pour eux.
Les stimulus de leur logorrhée se concrétise par des passages à l'acte que ne manquent pas de faire les faibles d'esprit.

2.Posté par Marc le 26/11/2021 06:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Monsieur Ledaron a raison.

Habitant de ce village, j'éprouve de la honte.

Je tiens à préciser cependant que les habitants de Saint-Jeures ne sont pas tous des esprits influençables et bornés, et que certains d'entre eux ont décidé d'organiser une réunion de soutien à la victime.

Il y a un gros travail d'éducation à faire.

3.Posté par meryem le 26/11/2021 20:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pourquoi les gens ne voient que le mal?il faut arreter avec les musulmans,il y a dess bons et des gentils partout non,et ce dans toutes les religions ,honte a ces gens qui s imaginent n importe quoi et bravo a ceux qui donnent leurs soutien.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne sont pas tolérés et seront donc supprimés. Idem pour les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.