Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Fusillade au Texas : pour Trump, la santé mentale est le problème, pas les armes

Rédigé par Imane Youssfi | Lundi 6 Novembre 2017 à 13:03

           


Une fusillade perpétrée à la First Baptist Church de Sutherland Springs (Texas) a fait au moins 26 victimes.  © Facebook
Une fusillade perpétrée à la First Baptist Church de Sutherland Springs (Texas) a fait au moins 26 victimes. © Facebook
Un mois après l'attaque à Las Vegas pendant laquelle près de 60 personnes ont perdu la vie, une nouvelle fusillade a éclaté, dimanche 5 novembre, dans une église baptiste nommée First Baptist Church à Sutherland Springs, au Texas.

Le bilan, qui n'est pas encore définitif, fait état de 26 morts, dont huit membres d'une même famille, un enfant de deux ans et la fille du pasteur, absent lors de l'office. Il est également fait état de 24 blessés. « A ce stade, il y a 26 vies qui ont été perdues. Nous ne savons pas si ce bilan va s'aggraver ou pas », a déclaré devant la presse le gouverneur du Texas, Greg Abbott. Les victimes sont âgés de 2 à 72 ans.

Selon les médias, l'assaillant, retrouvé mort dans son véhicule, serait Devin Patrick Kelley, un jeune homme de 26 ans, marié et père de famille, qui vivait dans la petite ville de New Braunfelsen, située dans la périphérie de San Antonio. Cet ancien militaire était, selon la presse américaine, un ancien soldat l'US Air Force et un ancien professeur d'études bibliques. En 2014, il aurait été été renvoyé de l'armée de l'air après un passage en cour martiale pour l'agression de sa femme et de son enfant. Son épouse serait elle-même une ancienne professeur dans l'église qui fut visée par Devin Patrick Kelley. Les motivations de l'assaillant sont actuellement inconnues.

Donald Trump esquive le débat sur les armes à feu

Cette nouvelle attaque alimente une nouvelle fois le fameux débat sur les armes à feu aux Etats-Unis. « Que Dieu nous accorde aussi à tous la sagesse de nous demander quelles mesures concrètes nous pouvons prendre pour réduire la violence et les armes parmi nous », a déclaré l'ancien président Barack Obama.

Donald Trump, interrogé lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Tokyo, où il est en visite officielle, a esquivé la question sur le port d'armes. « La santé mentale est le problème ici. (…) Ce n’est pas une question liée aux armes », a-t-il déclaré. « Les mots nous manquent pour exprimer la peine et la douleur que nous ressentons tous », a-t-il ajouté. Pourtant, aucun élément n'est à présent connu sur la santé mentale de Devin Patrick Kelley. En revanche, selon la presse américaine, il nourrissait une fascination morbide pour les armes à feu.

Il s'agit de la pire attaque contre une église perpétrée aux Etats-Unis depuis celle de Charleston en 2015, en Caroline du sud. Dylann Roof, un suprématiste blanc, avait tiré sur les fidèles d'une église méthodiste, faisant alors neuf morts. Il a été condamné cette année à la peine de mort.

Lire aussi :
« Si le tireur avait été musulman » : le ras-le-bol du deux poids-deux mesures aux Etats-Unis




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Melen le 06/11/2017 14:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La dernière phrase qu'elle horreur. La peine de mort est également une abomination. Les armes c'est aussi d'ailleurs, la mort.
Les ventes d'armes c'est un sujet tabou. Je le mets au pluriel car ça concerne différents domaines, politique extérieure par exemple et pas seulement intérieure.

2.Posté par Melen le 07/11/2017 00:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et si il visait justement. Si donner la mort pouvait avoir un rapport avec la santé mentale.
La peine de mort par exemple est la démonstration que l'on ne peut pas dépasser un sentiment, qu'il est plus fort que tout, que c'est lui qui commande.
La seule fois ou j'ai souhaité la mort de quelqu'un c'est en voyant la vidéo d'un crime. C'était il y a quelque mois. Je trainais sur twitter et au hasard d'un clic je suis tombé sur cette vidéo. Encore aujourd'hui je ne me suis pas remis de cette vidéo.
Jamais je n'aurais pensé un jour désirer viscéralement la mort d'un individu mais ça m'est arrivé. Je ne suis pas croyant et j'ai meme invoqué dieu pour que ce type crève.
Il s'agissait du meurtre d'un enfant. Un militaire irakien exécutant de manière abominable un enfant.
Je vous épargne les détails, ils sont trop effroyables.
Je ne me remettrais jamais de cette vidéo.
Ca a à voir avec le psychisme donc, c'est certain.
Désirer la mort de quelqu'un jamais de ma vie je n'aurais imaginé penser une chose pareille.
La vidéo m'a choqué mais ce que qu'elle m'a révélé tout autant.
Je suis contre la peine de mort et je ne changerais d'avis.
Mais je ne me remets pas d'avoir pensé ça. Je prenais un peu de haut les pour depuis toujours, je ne faisais appel qu'à la raison, je n'avais rien d'autre comme horizon, mais cet épisode a dévoilé chez moi un sentiment que je n'aurais jamais soupçonné. Ce sentiment ne m'a rien apporté, je ne l'ai pas encore compris.
Il m'a vraiment perturbé. A tel point ...