Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Société

Face à l'ambiance de « chasse aux sorcières », l’Observatoire de la laïcité contre-attaque

Rédigé par | Samedi 24 Octobre 2020 à 12:50

           

Après l'annonce d'un renouvellement de la direction de l'Observatoire de la laïcité, l’instance présidée par Jean-Louis Bianco s’est défendue, vendredi 23 octobre, des attaques dont elle est la cible depuis des années. Aux côtés de l’ODL, de nombreuses organisations et personnalités, consternées, ont affiché leur soutien.



Face à l'ambiance de « chasse aux sorcières », l’Observatoire de la laïcité contre-attaque
Le remplacement annoncé de Nicolas Cadène, qui occupe depuis 2013 le poste de rapporteur général à l'Observatoire de la laïcité (ODL), soulève depuis lundi 19 octobre un bouclier d'incompréhensions et de critiques. Et pour cause, cette information est tombée trois jours après l'attentat perpétrée à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines. et pourrait intervenir bien avant le terme du mandat en avril 2021, ce qui serait alors vécue comme une injuste punition.

Dans le collimateur de plusieurs membres du gouvernement dont la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, Nicolas Cadène se voit reprocher, selon un proche de l'ex-secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes, de prôner « une laïcité d'apaisement ».

A l'ODL, « on a besoin de gens convaincus, de vrais laïques, pas de gens qui plaident pour une "laïcité d'apaisement" ou qui sont obnubilés par les dérives d'extrême droite alors que les militants islamistes piétinent tous les jours la République », rapporte ainsi Le Point de l'entourage de la ministre pour qui « il n'est plus crédible ». « Il semble plus préoccupé par la lutte contre la stigmatisation des musulmans que par la défense de la laïcité. Le fait qu'il s'affiche et discute avec le CCIF (Collectif contre l'islamophobie en France) a achevé d'agacer en très haut lieu », est-il aussi rapporté.

De faux procès dont s’agace en haut lieu la direction de l’ODL, qui a fini par l’exprimer publiquement dans un communiqué paru vendredi 23 octobre avec, pour objet, la volonté de « rétablir la vérité » face à une « "chasse aux sorcières" partie des réseaux sociaux ».

Sa mise au point intervient quelques jours après l’annonce de Matignon d'un renouvellement de cette instance afin qu’elle soit « davantage en phase avec la stratégie de lutte contre les séparatismes ». « A l’évidence cette conception n’est pas partagée par tous et le gouvernement en tirera toutes les conclusions dans les prochains jours », a-t-on même signifié, faisant ainsi planer la menace non plus uniquement sur Nicolas Cadène mais aussi sur Jean-Louis Bianco, à la tête de l'ODL depuis 2013.

Un procès en laxisme dont l’ODL se défend

L’instance, dont les prises de position sont fort peu goûtées par ses détracteurs, en particulier dans les rangs du Printemps républicain et de ses soutiens, s’est insurgée contre la « multitude de mensonges » formulés à leur encontre et « lancés par quelques militants identitaires suite à des propos parus dans Le Point », à commencer par sa prétendue défense d’une « laïcité souple ».

L’instance « n'adjective jamais la laïcité et rappelle très strictement le droit, c'est-à-dire celui qui découle des lois laïques (loi de 1905, loi de 2004, etc.). Tous ses avis sont adoptés à l'unanimité de ses 22 membres (parlementaires de l'opposition comme de la majorité, hauts fonctionnaires, personnalités qualifiées) et ont tous été confirmés par les plus hautes juridictions », a-t-elle signifié.

L’ODL, qui avait félicité la teneur du discours d’Emmanuel Macron contre « le séparatisme islamiste »,, a rappelé qu’il est à l'origine de la circulaire « contre l'islamisme et pour la laïcité » de février 2020, de l'abrogation du délit de blasphème qui subsistait en Alsace-Moselle, ou encore de l'obligation pour les imams détachés et les aumôniers d'être formés à la laïcité.

Face à l'ambiance de « chasse aux sorcières », l’Observatoire de la laïcité contre-attaque

Une complaisance avec le CCIF réfutée

Quant à ses supposées accointances avec le CCIF, nourries depuis 2016 lorsque l’ODL a signé la tribune « Nous sommes unis », elle rappelle que celle-ci n’émane pas d’elle et « a été signée par près de 15 000 personnes dont près de 100 personnalités » de divers horizons comme le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, l'ancien grand maître du Grand Orient, Jean-Michel Quillardet, ou encore le grand rabbin de France, Haïm Korsia, comme en témoigne ici le site. « Ces personnalités sont-elles "proches de l'islamisme" ou "proches du CCIF", qui est également signataire ? », s’interroge l’ODL, qui a été au cœur d'une vive passe d'armes à laquelle Manuel Valls s'était mêlé à l'époque.

Lire aussi : Contre les instrumentalisations, l'Observatoire de la laïcité rappelle le droit

Le dernier échange public dont Saphirnews a connaissance date du mois d'août 2020 sur Twitter et Nicolas Cadène ne faisait pas montre de complaisance envers le CCIF. Il lui opposait alors un « non » à la demande de l'association, qui appelait la France, à l'occasion du 22 août, à « reconnaitre la communauté musulmane (comme d’autres d’ailleurs) comme une des minorités vivant sur son territoire », ceci « afin de mener ce travail de prévention et de protection de l’intégrité physique des citoyens français de confession musulmane ».

« Non. L’universalisme pose le principe de l'égalité de tous devant la loi quelles que soient leurs appartenances. Avec la laïcité, il n’y a pas une majorité convictionnelle face à des minorités. Il n’y a que des Français. Ça n’empêche en rien la lutte contre la haine à raison religieuse », avait-il alors écrit à juste titre le 25 août. Autrement, « le risque est de permettre des droits et devoirs distincts entre citoyens selon leurs appartenances propres. Ce qui s’oppose à notre système républicain ».

Des marques de soutiens nombreux

Depuis plusieurs jours, de nombreuses organisations et personnalités appréciant le travail mené par l’ODL sous la présidence de Jean-Louis Bianco, y compris dans les rangs de la majorité présidentielle, sont montées au créneau sur les réseaux sociaux.

Une quinzaine d’universitaires et de chercheurs ont ainsi exprimé leur plein soutien à l’instance dans une tribune à l'adresse d'Emmanuel Macron parue sur Libération mardi 20 octobre. « Dans l’adversité, alors que les angoisses légitimes des Français peuvent conduire à des confusions qui renforceraient l’adversaire, nous croyons qu’il importe de garder recul et équanimité. C’est à cette condition que l’Etat de droit républicain sera préservé dans ses principes fondamentaux de liberté, d’égalité et de fraternité », ont-ils signifié.

« Au-delà de nos différences, nous reconnaissons unanimement le travail salutaire de Jean-Louis Bianco et de Nicolas Cadène à la tête de l’ODL, tant il est considérable et palpable sur le terrain. Et il est, à notre sens, absolument indispensable que ce travail continue et soit publiquement soutenu par les pouvoirs publics contre les injustes attaques et les tentatives de déstabilisation dont il fait l’objet, en particulier venant – entre autres – de courants identitaires, comme de ceux qui se plaisent à faire de la laïcité un catalogue d’interdits, oubliant qu’elle est d’abord un système de libertés », ont-ils conclu.

Solidarité Laïque, la Ligue de l’Enseignement, la Ligue des Droits de l’Homme et la Libre Pensée ont aussi apporté leur soutien à l’ODL, à son président et à son rapporteur général, rappelant que « les actions pédagogiques ont une importance capitale » pour mieux faire comprendre la laïcité, « à un moment où la laïcité est trop souvent réduite à des slogans ».

« Nous avons besoin de l’Observatoire de la laïcité dans notre travail au quotidien pour défendre et illustrer la laïcité, et cela plus que jamais quand elle est attaquée par l’obscurantisme, la bêtise et la haine, par les ennemis de la République », ont-elles plaidé.

Un appel à « faire bloc »... à l'eau ?

L’ODL « ne s'inscrit pas dans les polémiques des réseaux sociaux. La vraie vie, ce n'est pas Twitter ou Facebook, ce sont les 350 000 acteurs de terrain que nous avons formés, ce sont les plus de 900 déplacements de terrain que nous avons effectués partout en France. Tout cela, avec un budget moyen de 59 000 euros par an. Tout cela grâce à l'action d'une équipe permanente de seulement 7 personnes que coordonne, avec un talent reconnu de tous, le rapporteur général Nicolas Cadène », a appuyé avec vigueur l’ODL, qui déclare son refus de participer à des « "guéguerres politiciennes" d'un autre temps ».

« Le combat contre l'islamisme et contre tous les fanatismes suppose l'unité et, comme l'a dit le Président de la République, de "faire bloc" », a affirmé l’ODL. L’heure n’est malheureusement pas à la concorde. Le Premier ministre, Jean Castex, devrait recevoir prochainement Jean-Louis Bianco afin de lui faire part de la décision du gouvernement.

Mise à jour mardi 3 novembre : Jean-Louis Bianco a été reçu par Matignon vendredi 30 octobre. Au grand dam de ses détracteurs, le président de l'ODL et Nicolas Cadène sont parvenus à conserver leur poste jusqu'à la fin de leur mandat en avril 2021.

Selon une source proche du dossier citée par le HuffPost.]urlblank:https://www.huffingtonpost.fr, « ils ont reçu de très nombreux soutiens, leur travail est reconnu ».

Lire aussi :
Séparatismes : l'Observatoire de la laïcité (r)appelle médias et politiques à leurs responsabilités
Voir aussi la vidéo de La Casa del Hikma - La laïcité, un outil contre les religions en France ?


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

21.Posté par Premier Janvier le 30/10/2020 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Obligation et interdit sont synonymes mais pratique et oppression ne le sont pas.
Dire la pratique et l'oppression c'est obligatoirement et nécessairement les deux en même temps.
La pratique ou l'oppression ça peut être l'un indépendamment de l'autre.
Et est différent de ou.
Madame et monsieur. Madame ou monsieur par exemple.

20.Posté par Premier Janvier le 30/10/2020 18:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si l'on dit du visible qu'il est ce que l'on voit, on ne peut pas en dire qu'il est aussi ce que l'on ne voit pas.
Ce que l'on ne voies pas, pour pouvoir dire qu'on ne le voies pas, il faut nécessairement le savoir.
Lorsque l'on parle c'est l'image du mot que l'on dit, pas ce que c'est.
Obligation et interdit sont synonymes.
Ils sont la conséquence de quelque chose. Un effet.
On oblige à. On interdit de.
Qui dit effet dit cause.
La cause de l'interdit ou de l'obligation est la pratique et l'oppression dîtes vous.
Et et ou n'ont pas le même sens.
Et c'est les deux en même temps, on dit pourtant qu'elle sont dissociables pratiques et oppression).
Ou. L'un ou l'autre. Pas les deux en même temps.
Ce qu'il faut c'est donc les définir indépendamment. Qu'est-ce que la pratique, qu'est-ce que l'oppression afin de savoir si c'est et ou ou.

19.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 30/10/2020 06:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A moins que vous ne vouliez dire que comme on ne voit que le visible, on finit par voir l'invisible à travers. Cela s'appelle le symbolique et c'est fait exprès.

Je vous l'accorde, mais pourquoi vouloir à toute force symboliser ? J'ai une théorie là-dessus: c'est la nécessaire conjonction de l'obligatoire et de l'interdit, l'un ne va pas sans l'autre car l'obligatoire est l'interdit de ne pas, et l'interdit est l'obligatoire de ne pas. Perpétuelle référence à la négation, le dispositif n'est que négation en fait, symbole de la négation, et donc négation cachée de ce qui l'impose, une sorte de transgression permanente.

C'est cela qui excite les praticiens des pratiques: ils se sentent libres, leur respect scrupuleux des injonctions valant juron, malédiction, mépris et haine de ce qui les opprime. Comment les sauver de cet enfer ?

Vous avez peut-être une idée, il me semble que vos tâtonnements sont sur ce thème.

18.Posté par Premier Janvier le 29/10/2020 22:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On ne peut pas voir un invisible.
Si l'on dit qu'il l'est on dit que l'on sait qu'il ne l'est pas.

17.Posté par Premier Janvier le 29/10/2020 22:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais on ne peut pas détecter l'invisible. Et donc y penser.
On ne peut que voir ou ne pas voir.
Ne pas voir n'est pas voir un invisible. Puisque l'on dit que l'on ne le voit pas. Ce que l'on dit que l'on voit.

16.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 29/10/2020 07:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@11 Prenez garde ! Vos élucubrations philosophico-sophistiques vous fragilisent, vous en venez à me donner raison, en comprenant finalement qu'on ne peut voir l'invisible, mais c'est sans doute que vous ne comprenez pas les plaisanteries.

15.Posté par Premier Janvier le 28/10/2020 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On ne peut pas choisir de ne pas voir ce que l'on voit.
On ne peut que le voir ou ne pas le voir.
Y penser est autre chose.
On peut y penser ou ne pas y penser. Sans le voir ou le voyant.
Mais les pratiques invisibles que l'on voit sans y penser est impossible.
Puisque l'on dit qu'elles sont des pratiques.

14.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 27/10/2020 21:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@11 Ben oui, les pratiques invisibles sont celles qu'on détecte instantanément, sans même y penser... Comment dites-vous déjà ? lol ?

13.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 27/10/2020 21:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@11 Ben oui, les pratiques invisibles sont celles qu'on détecte instantanément, sans même y penser... Comment dites-vous déjà ? lol ?

12.Posté par Premier Janvier le 27/10/2020 19:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dîtes François vous en connaissez beaucoup vous des pratiques invisibles.
Vous voulez plutôt dire dérangeantes. Bruyantes. Racoleuses...
Des personnes donc et pas une religion.
Enfin il me semble.

11.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 27/10/2020 18:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Abdoulaye. Tout à fait. Les "pratiques" donc les signes religieux extérieurs, que je ne confonds pas avec les cultes et qui sont libres en public.

Ce que vous dites par ailleurs sujet des aumôneries des années 70 est tout à fait juste et je partage absolument votre appréciation et votre nostalgie.

Je ne parle que d'une proposition et qui consisterait à rendre symétrique les relations entre citoyens et services publics, du fait de l'excessive pression sur les fonctionnaires qu'entretient la religion musulmane du fait de ses pratiques visibles, cause de troubles réguliers à l'ordre public.

L'expression religieuse dans les collèges et lycées doit être absolument interdite, et on doit y adjoindre les manifestations en rapport des parents d'élèves, l'excessive revendication de l'un d'entre eux ayant conduit à l'exposition d'un professeur au délire d'un fou manipulé par des assassins.

On en vient ainsi à considérer que la revendication musulmane devient dangereuse pour les fonctionnaires qui doivent absolument en être protégé, du moins à mon avis.
Professeur, Infirmière, tout fonctionnaire en contact avec le public peut être soumis à des pressions. On ne doit donc en aucun cas se prévaloir implicitement ou explicitement de sa religion pour exiger un traitement spécial, qu'il soit marque de respect ou de crainte de froisser je ne sais quel usage...

On ne demande à personne d'"être Charlie". J'étais moi-même (et oui) opposé à cette campagne de communication pour la "liberté d'exp...  

10.Posté par Premier Janvier le 26/10/2020 19:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis d'accord avec vous Abdoulaye.
Il n'y a que les personnes elle mêmes qui puissent se définir.
Elles peuvent aussi bien sur mentir, mais il n'y a qu'elles qui puissent se définir.
Se dire définir femme tandis que l'on perçoit un homme.
Athée tandis que l'on perçoit un chrétien.
Etc.
Aux us ce sont les personnes qui se définissent elle mêmes.
Des américains quasi blanc se définissent comme étant noirs. Ou des hispaniques comme étant blancs. Certains se définissent comme étant Jedi.
Tenez moi par exemple. Je suis depuis bientôt un an Premier Janvier. Et bien je le resterais. Ou pas. Lol.

9.Posté par Abdoulaye le 26/10/2020 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@François
Il ne s'agit pas de la pratique du culte et vous le savez bien mais simplement des signes religieux : Kippa, croix, voile...
Pourquoi les citoyens seraient ils tenus à faire semblant d'être ce qu'ils ne sont pas devant des fonctionnaires ou dans des lieux publics?
Par ailleurs, bien sûr qu'on peut prier dans la rue ou dans des lieux publics lors de rassemblements autorisés par la puissance publique.
Pour ce qui est des collèges et lycées, vous savez bien que toute expression religieuse, ou autre, y est interdite...
Donc, le discours perçu par les élèves est: la liberté d'expression est totale en France, mais pas pour nous...
Ensuite on insiste sur le fait que le summum de la liberté c'est la caricature, si possible la plus insultante.
Et en plus on va demander aux élèves croyants de soutenir et d'apprécier les caricatures en 'étant Charlie'.
Pardon mais pour ma part je suis horrifié, révolté, triste, blessé, plein de compassion.. pour les victimes du terrorisme que je combats en tant que musulman comme étant totalement contraire à ma foi, mais qu'on ne me demande pas 'd' être Charlie 'alors que je trouve la ligne éditoriale de ce journal complètement contraire à mes valeurs.
Je pense que bcp de jeunes sont dans ce schéma là.
Enfin, ayant eu la chance d' avoir fait mes études au lycée dans les années 1970, je n'ai pas eu à subir le fait que les enseignants se mêlent de parler de religion.
À cette belle époque on se gardait bien d'enseigne 'le fait religieux', la laïcit...  

8.Posté par Premier Janvier le 25/10/2020 20:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pourquoi pas les pratiques, surtout qu'il s'agirait..
Vous me faites rire François. Vous y voyez déjà. Lol.

7.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 25/10/2020 10:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Abdoulaye. Le culte ne peut avoir lieu en tout temps (pendant les horaires de travail) et en tout lieu (dans les rues), pourquoi pas les "pratiques" ? Surtout qu'il s'agirait ici de limiter non pas les libertés dans l'espace public à proprement parler, mais uniquement dans les relations avec les fonctionnaires déjà eux astreints à la neutralité et dont le métier devient difficile du fait des revendications exagérées auxquelles ils ont parfois à faire face.

De quel effet pervers parlez-vous s'il vous plait ?

Je ne comprends pas votre idée de "liberté totale d'expression" ? Comme vous le savez, il y a des usages, et la diffamation et les appels à la haine envers les personnes sont interdits... Il y a des limitations aux usages particuliers, cela est tout à fait normal et acceptable et souvent nécessaire.

1 2