Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

Sur le vif

En soutien aux Hongkongais et aux Ouïghours, Mulan appelé au boycott, Disney silencieux

Rédigé par | Lundi 14 Septembre 2020 à 18:00

           


En soutien aux Hongkongais et aux Ouïghours, Mulan appelé au boycott, Disney silencieux
Après plusieurs reports en raison de la pandémie de Covid-19 et une polémique autour de son actrice Liu Yifey, Disney se retrouve depuis plusieurs jours au cœur de la tempête avec Mulan, sa dernière superproduction, sur fond de dénonciation de la politique répressive chinoise envers le Ouïghours.

Le long-métrage, disponible depuis le 4 septembre aux Etats-Unis sur la plateforme Disney+, est la cause d’un nouveau mouvement de boycott. A l’aide du hastag #BoycottMulan, de nombreux internautes ont appelé à ne pas regarder le film. Le tournage de certaines scènes dans la ville oasis de Turpan et dans le désert Mingsha Shan, tous deux situés dans la province du Xinjiang, théâtre de la répression des autorités chinoises envers les Ouïghours.

Les spectateurs ont, en outre, constaté que Disney adressait dans son générique de fin, « des remerciements spéciaux » aux autorités de ce territoire du nord-ouest de la Chine, accusées de multiples violations aux droits de l’Homme. Une attention particulière étendue à plusieurs instances gouvernementales et au Parti communiste chinois (PCC) du Xinjiang.

Cette attitude complaisante a suscité la colère de plusieurs ONG et activistes. Dans un message posté sur son compte Twitter le 8 septembre, l’ONG Amnesty International a interpellé la compagnie de production. « Le nouveau film Mulan a été tourné dans une région où la Chine possèdent des camps d’internement pour Ouïghours et il y a des "remerciements spéciaux" adressés à une agence gouvernementale du Xinjiang au générique du film. Disney, pouvez-vous nous montrer une diligence raisonnable en matière de droits humains ? », faisait-elle savoir.

Le militant Johusha Wong, une des principales figures de la protestation à Hong Kong, a, pour sa part, invité tous les consommateurs à ne pas soutenir le film, rappelant au passage, que Liu Yifey avait apporté son soutien à la police chinoise de Hong-Kong lors des manifestation pro-démocratie, marquées par divers affrontements. « Ça devient de pire en pire ! Maintenant, quand vous regardez #Mulan, non seulement vous fermez les yeux sur la brutalité policière et l'injustice raciale (en raison de ce que représentent les acteurs principaux), mais vous êtes aussi potentiellement complice de l'incarcération massive des Ouïghours musulmans. #BoycottMulan », a-t-il posté sur son compte Twitter.

L’actrice avait, en effet, partagé un message de soutien à la police de Hong-Kong l’an dernier sur son compte Weibo, l’équivalent de Twitter en Chine. Elle avait posté une image sur laquelle on pouvait lire : « Je soutiens la police de Hong Kong, vous pouvez me tabasser. Quelle honte pour Hong Kong. »

Un boycott, pour quelles conséquences ? La superproduction, qui est sortie le 11 septembre en Chine dans les cinémas et non sur Disney+, a rapporté 23,2 millions de dollars le premier week-end de sa sortie. Une performance en-deçà des résultats attendus pour une production qui a coûté pas moins de 200 millions de dollars. En France, le film sera disponible sur Disney+ le 4 décembre. Disney, qui est appelée à condamner la Chine pour son traitement des Ouïghours, n'a toujours pas réagi face à la polémique.

Lire aussi :
Emmanuel Macron dénonce la répression « inacceptable » des Ouïghours par la Chine
Avec le trafic d’organes « halal » de Ouïghours, « la Chine pratique le banditisme d'Etat »
Le soutien appuyé du Congrès américain aux Ouïghours contre la Chine




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Les affirmations diffamatoires et les propos racistes, antisémites, islamophobes ne sont pas tolérés et seront donc supprimés. Idem pour les contributions trop longues ou n'ayant aucun rapport avec le sujet de l'article.