Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 


 


Sur le vif

En Italie, un joueur de l'AS Roma suspendu pour blasphème

Rédigé par | Mercredi 16 Décembre 2020 à 17:00

           


En Italie, un joueur de l'AS Roma suspendu pour blasphème
Le milieu de terrain de l’AS Roma, Bryan Cristante, ne disputera pas le prochain match de championnat opposant son équipe à Torino jeudi 17 décembre. La Ligue italienne de football, la Lega Serie A, a annoncé, lundi 14 décembre, que le jeune homme a été suspendu pour blasphème. Elle lui reproche d’avoir « prononcé une expression blasphématoire » à la 23e minute de la première mi-temps lors du match contre Bologne dimanche 13 décembre, après qu’il a marqué un but contre son camp.

Dans un communiqué publié lundi 14 décembre, la Ligue affirme que « le joueur en question a été clairement capté par les images télévisées en train de prononcer une expression blasphématoire identifiable et audible sans que cela ne laisse place à un quelconque doute raisonnable. », sans préciser les propos incriminés.

Bryan Cristante n’est pas le premier joueur à faire face à ce type d'accusation dans le monde du sport italien. En 2018, l'international italien de l'Udinese, Rolando Mandragora, avait écopé d’un match de suspension après avoir insulté la Vierge Marie et comparé Dieu à un chien. Le capitaine du rugby italien, Sergio Parisse, a aussi été contraint de s'excuser après avoir été filmé en train de prononcer une phrase blasphématoire avant un match des Six Nations contre la France.

La Fédération italienne de football, qui interdit aux joueurs le port de T-shirts affichant des messages personnels à leur famille ou faisant référence à leurs croyances religieuses, rend le blasphème passible de sanctions disciplinaires depuis 2010, rappelle La Croix. Une réglementation conforme au Code pénal italien dans lequel figure plusieurs articles de loi condamnant le blasphème. Le délit est néanmoins très rarement reconnu par la loi. Selon la Fédération italienne, les joueurs qui portent des T-shirts affichant des messages personnels à leur famille ou qui font référence à leurs croyances religieuses sont également punis.

Lire aussi :
Don Diego Maradona et le royaume de Naples
[Un clip contre le racisme dans le football dévoilé par la LFP (vidéo)




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Abdoulaye le 16/12/2020 21:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qu'il vienne jouer en France...
Il aura des félicitations..
Peut-être une prime ??

2.Posté par Abdoulaye le 17/12/2020 21:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Par contre Sarah Bouhaddi, la gardienne de l'équipe de France et de Lyon dont la famille est originaire d'Algerie vient d'être désignée comme la meilleure gardienne européenne de l'année...
Voilà une bonne nouvelle et une fierté pour l'immigration française.

3.Posté par Premier Janvier le 17/12/2020 23:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Blasphème signifie insulte.
Chez nous on peut insulter à tour de bras les convictions religieuses be cause elles ne sont pas pour tous. Ce n'est donc pas une insulte.
Et c'est un athée qui parle.
Insulter la république par contre ça devient moins rock n'roll.
Tout de suite vous en devenez un. De blasphémateur. Mort de rire.
J'en entends d'ici dire, mais c'est normal. Elle a des valeurs. Elle. Lol.

4.Posté par Abdoulaye le 18/12/2020 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@premier janvier
Bien vu, vous avez raison. Le blasphème contre la république est interdit.

5.Posté par Premier Janvier le 19/12/2020 06:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'insulte vis à vis des idéaux si l'on en dit qu'elle est permis devrait pouvoir en être dans tous les cas.
S'il était vrai que l'on peut insulter les principes, les codes, le républicanisme devrait pouvoir en être comme les autres.
Le républicanisme est une valeur. Un principe.
Elle est un idéal comme les autres. Un inatteignable donc.
Pour dire ce qu'il est, des garants sont nommés, élus.
Qui confondent leurs titres, leurs fonctions et leurs personnes.
Qui confondent incarner et être.
Qui en font donc une sacralité, une religion comme les autres.

6.Posté par Premier Janvier le 19/12/2020 09:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Républicanisme (liberté) selon l'idée que l'on s'en fait on peut en entendre deux variantes. Soit va te faire cuire le cul soit amen. Lol.