Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 






Monde

Dépénalisation de l'homosexualité, égalité dans l'héritage... des sujets tabous sur la table en Tunisie

Rédigé par Lina Farelli | Vendredi 22 Juin 2018



Les membres de la Colibe réunis ici lors de la remise de leur rapport au président Tunisie Béji Caïd Essebsi le 8 juin. © Présidence tunisienne
Les membres de la Colibe réunis ici lors de la remise de leur rapport au président Tunisie Béji Caïd Essebsi le 8 juin. © Présidence tunisienne
Se dirige-t-on vers une révolution sociétale en Tunisie ? Plusieurs jours après la remise de son rapport au Palais de Carthage, la Commission des libertés individuelles et de l’égalité (Colibe), créée en août 2017 par le président Béji Caïd Essebsi, a rendu public, mercredi 20 juin, un document relatant plusieurs propositions de réformes inédites dans le monde arabe. Des suggestions qui s’attaquent à des sujets souvent tabous dans les sociétés arabes.

La présidente de la Colibe, Bochra Belhaj Hmida, a affirmé, lors de la conférence de presse présentant les propositions, qu’il s’agit d’un « projet révolutionnaire qui appartient maintenant à tous les Tunisiens » et qui cherche à apporter « le bien-être à chaque individu ».

Reconnaissante envers le président tunisien, cette députée a reconnu auprès de Libération que cette réforme reste « une opportunité historique qui, peut-être, ne se représentera pas ».

Les sujets sensibles mis sur le tapis

Parmi les 230 pages de propositions, trois sujets particulièrement sensibles dans les pays arabes sont évoqués. « Sur l’homosexualité, notre première mesure est l’abrogation de l’article 230 du Code pénal (qui criminalise les relations homosexuelles). La seconde, c’est d’abandonner la peine de prison qui peut aller jusqu’à trois ans et d’interdire l’usage du test anal, utilisé aujourd’hui pour prouver une relation homosexuelle », explique la présidente de la Colibe à Libération.

Deuxième sujet chaud qui fait aussi débat au Maroc, l’application du principe d’égalité en matière d’héritage, notamment entre frères et sœurs, maris et femmes ou parents et enfants ; sauf formulation expresse du testateur de son vivant. Pour le cas de la femme, elle « ne peut renoncer à sa moitié d’héritage qu’à la seule condition qu’elle l’exprime clairement » et des mesures sont prévues pour contourner les pressions familiales qui iraient contre ce sens.

Tout autant sensible, la question de l’abolition de la peine de mort est aussi mise sur la table. Pour Bochra Belhaj Hmida, « nous ne pouvions pas élaborer des lois fondées sur des valeurs universelles d’humanisme en maintenant des peines inhumaines ».

La députée a insisté sur le fait qu’« à aucun moment » la Colibe n’a subi de pressions.

Des résistances nombreuses face aux propositions

A la diffusion des propositions, un appel aux débats de fond a été lancé auprès des sociologues, des politologues, des théologiens et des psychologues. Bochra Belhaj Hmida en appelle également à la jeunesse tunisienne à « jouer son rôle » pour « faire accepter ces changements ».

Alors que la Tunisie évolue dans une conjoncture politique assez tendue, principalement en raison des élections présidentielle et législatives qui se dérouleront en 2019, ces mesures ne suscitent pas l’enthousiasme général. Tandis que les associations de défense des droits de l’homme saluent ces mesures, d’autres institutions, entre autres religieuses, affichent leur scepticisme.

Pour Sabri Abdelghani, imam et membre d'une coordination d’associations religieuses, les mesures proposées par la Colibe s’apparentent à « un terrorisme intellectuel qui veut faire éradiquer l’identité tunisienne pour laisser notre peuple sans religion, sans identité ». Il estime par ailleurs que certaines propositions vont contre certains versets du Coran, ce qui indigne ce responsable religieux.

De son côté, le politologue Hamza Meddeb, interrogé par l'AFP, craint que « ces propositions, aussi bonnes et aussi progressistes soient-elles, risquent d’être instrumentalisées par les conservateurs pour mobiliser leurs camps », à quelques mois des élections.

« J’espère qu’il sera instrumentalisé », déclare la présidente du Colibe à L'Economiste maghrébin. « D’ailleurs, je lance un appel à tous les partis politiques qui souhaitent défendre les libertés et l’égalité à assumer leur responsabilité devant le peuple. »

Lire aussi :
Maroc : à l'origine de la démission d'Asma Lamrabet, le soutien à l'égalité devant l'héritage
Tunisie : les femmes peuvent désormais épouser un non-musulman




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Mouloud le 22/06/2018 11:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le rapport anal peut également exister chez certains couples hétéros, mais là bizarrement ça devient hétérosexuel.
D'autres par contre s'y refusent, chacun vit sa sexualité comme il l'entend.
Avoir plusieurs partenaires ça aussi bizarrement lorsque c'est un homme hétérosexuel c'est une sexualité tout à fait normale.
Lorsque c'est une femme c'est une souillon, lorsque c'est un homosexuel c'est une anormalité.
Il existe des religieux ou religieuses qui choisissent le célibat. Personne n'aurait l'idée de leur imposer une sexualité.
Les homosexuels tombent amoureux ou sont simplement attirés par une personne comme c'est le cas chez un hétérosexuel mais ils ne sont pas attirés par un sexe autrement ça signifierait qu'ils tombent amoureux de tout individu qui peuvent etre du meme sexe.
Le problème c'est que les homosexuels sont perçus comme étant des personnes qui seraient plus sexuelles que les autres.
Le mot homosexuel évoque tout de suite aux gens le sexe comme s'ils n'étaient rien d'autre qu'une sexualité alors que ce n'est jamais vrai pour les hétérosexuels.
Leur image depuis la nuit des temps est véhiculée ainsi, et les artistes d'aujourd'hui ne l'ont pas beaucoup faite évoluée.
On pas loin d'en etre encore à la plume dans les fesses et les orgies.
Par contre lorsque les hétéros font la fete ça devient tout à fait normal et c'est pour se détendre.
L'argument du coran c'est marrant parce qu'il est toujours sorti de la manche quand ça arrange. La famille traditionnelle ça me...  

2.Posté par Mouloud le 22/06/2018 12:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La peine de mort devrait etre interdite dans tous les pays du monde sous peine de sanction.
Soit il est interdit de tuer, soit on peut le faire, mais ça ne peut pas etre les deux en meme temps.
Un Etat qui interdit de tuer et qui dans un meme temps le fait lui meme n'est pas cohérent.

3.Posté par Karim le 22/06/2018 13:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'attirance sexuelle n'est pas un choix.
On ne choisit pas d'etre hétérosexuel ou homosexuel, ça s'impose à vous.
Il en est de meme pour les religions d'ailleurs.
On ne choisit pas d'etre croyant ou de ne pas l'etre.
Ca s'impose à vous.
L'interdit de telle attirance sexuelle ou de telle conviction religieuse peuvent etre misent sur le meme plan.
En France on a fait de la laicité (la séparation) entre les Cultes et l'Etat une laicité devenue une séparation qui concerne les individus.
Ce ne sont plus les Cultes et l'Etat qui doivent etre séparés mais les individus qui doivent se séparer d'eux memes.
Lorsqu'un Etat s'immisce dans la vie des citoyens je ne sais pas bien comment on peut appeler ça. Un fascisme peut etre non!

4.Posté par jean le 22/06/2018 22:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Heu, non, les superstitions religieuses ne s'imposent pas à vous. De façon plus nuancée, elles s'imposent à vous quand vous les recevez de vos parents, mais une fois adulte, vous êtes capable de penser rationnellement, et vous *choisissez* de continuer à croire à des superstitions religieuses, ou de les abandonner.

Ne prenez pas la mouche sous prétexte que j'appelle par leur nom les superstitions religieuses. "Superstitions" est le nom qu'ont toutes les croyances invérifiables, notamment les superstitions religieuses. Il n'y a pas de jugement de valeur derrière ce terme, juste une description objective de la réalité factuelle.

5.Posté par Merlot le 23/06/2018 16:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Supertitions, vous voulez dire comme les socialistes.
Si vous voulez jouer à ce jeu là vous n'etes pas rendu.
Il y a rien que je ne puisse pas piffer autant que les socialistes.
Ils sont fourbes, sournois, ils n'aiment pas l'argent mais ils veulent que les autres en aient.
Si on s'amuse à ça on est pas rendu.
Les anti religions ne disent jamais (en tout cas sur le net) de quel bord ils sont c'est marrant ça.
Ils disent toujours athée, laique, humaniste, féministe.....bref, prennent toujours en otage des valeurs, c'est marrant ça.
Que vous puissiez etre anti religion tout le monde s'en fout jean.
Et mettre le mot superstition derrière ne change rien à l'affaire.
Personne n'en a rien à foutre.
Egalement personne n'a rien à foutre que je ne puisse pas piffer les socialistes.
Quelle est donc cette manie de s'imaginer qu'etre non croyant serait une supériorité.
Perso je suis athée, je ne suis pas d'accord avec votre perception des autres (superstition de ceux qui croient genre je suis supérieur moi).
J'incarne la raison et je suis dans le vrai. Attention je suis quelqu'un moi. Lol.
Egalement personne n'a rien à foutre de votre penchant sexuel. Il vous regarde.
Bizarrement les non croyants semblent toujours etre ceux qui croient le plus en quelque chose et qui sont le plus politisés.
Voyez les LR, les PS et autres LREM ou RN. Tous sont plus ou moins islamophobes.
Oui parce que anti sémite n'est plus à la mode et est complètement dépassé.
Et ce sont toujours les plus identitaires...  

6.Posté par Bayleys le 23/06/2018 16:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous avez choisis d'etre non croyant et hétérosexuel jean. Vous vous moquez de qui.
Je veux bien que l'on puisse mentir pour tenter de convaincre mais il y a des limites.
Les religions sont un héritage que l'on se transmet. Je suis d'accord là dessus. Ce sont des traditions que les parents inculquent à leurs enfants qui une fois adultes gardent et perpétuent ou pas.
Mais etre croyant (ou pas) n'est pas un choix.
Ca s'impose à vous.
Je pense que vous confondez tradition, culture et religion.
Genre je célèbre noel ou ramadan mais je ne suis pas croyant pour un sou et je le fais plutot par tradition. Ou je le fais par conviction religieuse.
Il existe des sondages ou l'on demande aux gens, vous préférez votre religion ou la république. Malheureusement on est là.
Ce en quoi les gens croient n'est pas tolérable pour le politique.
Et les memes de s'indigner, les gens ne viennent plus voter.
Tandis qu'ils les montrent du doigt comme étant des parias, des intrus, voire une menace.
Qu'il s'agisse de croyants ou pas d'ailleurs. Souvenez-vous pour l'Europe. Nous avions mal voté et il a donc fallu recommencé afin que nous votions comme il faut.

7.Posté par Jean le 25/06/2018 12:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Bayleys. Vous voyez dans ma réponse le contraire de ce que je pense. Je répète :

1) Les superstitions religieuses, un fois l'enfance passée, sont choisies, puisque chacun sait qu'il est impossible de transformer de l'eau en vin en prononçant une formule magique, de monter au ciel sur le dos d'une jument depuis Jérusalem, ou de voir la mer s'écarter devant soi quand on n'a pas envie d'être mouillé. Continuer à croire à ce genre de fables relève évidemment d'un choix (discutable, mais la question n'est pas là ; je n'ai jamais dit que je ne respectais pas ce choix).

2) L'attirance sexuelle est bien mystérieuse, et on ne sait pas pourquoi telle homme ou telle femme nous plaît, et, bien entendu, on ne peut pas décider d'aimer quelqu'un désigné au hasard. Nous sommes d'accord là-dessus.

3) Mais qu'est-ce que cette histoire de sondage totalement hors-sujet a à voir avec mes arguments ? En quoi le fait que quelqu'un organise un sondage ridicule change-t-il la vérité sur les deux points précédents ???


@Merlot. Je ne parle pas aux cons, ça les instruit.

8.Posté par Tintin le 25/06/2018 12:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Interdire d'afficher son identité sexuelle ou religieuse ou peut le faire. D'ailleurs ou le fait ça existe, selon les pays de tels interdits existent.
Depuis toujours on a tenté d'éradiquer les religions ou les sexualités que l'on appelée déviantes. Et on a tout osé afin de tenter d'y parvenir. Juridiquement ou par persécution, massacre. Mais on y est jamais arrivé.
Les gens n'ont pas choisis d'etre noirs. Je ne sais plus chez qui j'ai lu celle-là mais on en est là.
On ne garde que ce contre quoi on ne peut rien. C'est un peu ce que vous voulez dire jean en disant les religions sont des moeurs que l'on se transmet.
Selon ce principe on pourrait tout interdire puisqu'au début de l'univers il y avait rien. Mis à part les etres tout n'est que concept, idée.

9.Posté par Sonia le 25/06/2018 13:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les socialistes sont de droite. Les socialistes c'est comme les religions, une théorie mais on en a jamais vu.

10.Posté par François Carmignola le 30/06/2018 15:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est assez saisissant, pour un occidental, de voir l'évolution législative d'un pays comme la Tunisie, premier pays musulman à avoir interdit le voile (il y a bien longtemps), et qui met dans le même paquet réformateur, l'interdiction du test anal pour les homosexuels, la peine de mort, et l'égalité devant l'héritage des hommes et des femmes. Cherchez l'intrus…