Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Sur le vif

Dassault, le mécène de la mosquée de Corbeil-Essonnes ?

Rédigé par La Rédaction | Jeudi 29 Décembre 2011 à 11:44

           


L'industriel et sénateur UMP Serge Dassault aurait promis de financer des travaux d’agrandissement de la mosquée de Corbeil-Essonnes, rapporte Le Parisien. Et si l’actuel président de l'Association des musulmans de Corbeil, Yahia Kandouci, affirme n'être « au courant de rien », l'ancien conseiller municipal de la ville, Aboubacar Djiba prétend être « l'homme de confiance » de l'homme d'affaire. « Mais je ne gère pas les fonds. C’est Dassault qui valide l’avancée des travaux et qui paie », affirme-t-il.

Lors de la dernière fête de l'Aïd, les musulmans de la ville avait fait face à un manque de places lors de la prière. La situation devrait évoluer si les travaux se confirmaient. L'ancien président de l'association Ouahib Bouzar a vivement critiqué cette démarche. « On ne veut pas de l’argent de Dassault, il ne fait que diviser les gens », a-t-il prévenu. Pourtant, Serge Dassault, en tant que mécène privé et non avec sa casquette de maire de l’époque, a largement contribué à financer la construction de la mosquée, ce qui n'avait pas dérangé M. Bouzar. « Je voyais alors en lui quelqu’un de bon, mais avec le temps j’ai changé d’avis », répond l'homme, qui accuse désormais Dassault de vouloir acheter la sympathie des fidèles.

M. Djiba a un tout autre point de vue sur l'industriel, dont il met en avant sa « générosité » avant de rappeler que M. Bouzar avait échoué à reprendre la présidence de l'association il y a un an.

En parallèle, une assemblée générale dissidente au sein de l'association s'organise pour révoquer le président de l’association M. Kandouci et installer à sa place « un conseil de sages ». La réunion a été convoquée par des mécontents, emmenés par Rabi Maghri. Le vice-président de l'association d’origine marocaine dénonce une prise en main de la mosquée par des Algériens proches du consulat d’Algérie. La mosquée des Tarterêts est devenue l’enjeu d’une véritable lutte de pouvoir interne.

Lire aussi :
Gennevilliers : un minaret nommé Nicolas Sarkozy
Mosquée de Marseille : l’extrême droite déboutée par la justice