Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Société

Contre l'islamisme radical, l'Observatoire de la laïcité appelle à « garder son sang-froid »

Rédigé par | Vendredi 18 Décembre 2020 à 10:04

           

L'Observatoire de la laïcité a présenté, jeudi 17 décembre, ce qui pourrait être son dernier rapport annuel après sept années d'existence. L'instance y fait le bilan de ses actions menées sur l'année et soumet ses recommandations.



« L’Observatoire de la laïcité n’a de cesse de le rappeler depuis sept ans : dans le débat public, il faut sur la question laïque savoir rester objectif, garder la tête froide et ne pas céder à la surenchère. » Alors que l'instance indépendante rattachée aux services du Premier ministre voit son avenir menacé, l'appel à aborder les débats autour la laïcité avec responsabilité est martelé avec force dans son bilan annuel publié jeudi 17 décembre.

« Le contexte des attentats islamistes n’est pas derrière nous », indique l'ODL, en référence à l’assassinat de Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine et à l'attentat de Nice, des drames qui « nous ont convaincu de la nécessité de "faire bloc" contre l’islamisme radical ». « Dans ce contexte, pour lutter contre l’adversaire, nous sommes intimement persuadés de la nécessité de garder notre sang-froid », fait part l'instance.

L’ODL a de nouveau salué la reprise de plusieurs de ses avis dans le cadre de son projet de loi « réconfortant les principes républicains » bien que celui-ci suscite « plusieurs points de vigilance ».

Vingt pistes d'actions égrenées

Alors que l'aspect social manque cruellement dans le projet de loi dit contre le séparatisme, l'ODL appelle à renforcer tant la mixité sociale que scolaire. « L’insuffisante mixité sociale peut conduire à la constitution de communautés relativement homogènes, porteuses du risque de pressions sociales, notamment religieuses, mettant ainsi à mal la cohésion sociale et le principe de laïcité lui-même (non-respect de la liberté de conscience, pratiques religieuses portant atteinte à l’ordre public, contraintes pour pratiquer un culte, etc.) », lit-on dans le rapport.

L'instance préconise, par ailleurs, de renforcer du statut des aumôniers, souvent précaire, dans les hôpitaux et les prisons, et de « recruter davantage d’aumôniers musulmans à temps plein (et moins à temps partiel), en particulier en milieu carcéral, pour apporter un soutien spirituel personnel aux détenus qui le demandent, face à l’influence de mouvements extrémistes ».

La nécessité d'une meilleure formation des élus, des fonctionnaires ou encore des enseignants en matière de laïcité est un point-clé régulièrement mise en avant par l'ODL. Le 7e rapport annuel n'y déroge pas. Il est aussi souhaité d'« assurer l’effectivité de l’enseignement moral et civique (de façon dédiée), et de l’enseignement laïque des faits religieux (de façon transdisciplinaire) », l'ODL ayant constaté que « la pédagogie de cet enseignement n’est pas toujours assurée à l’occasion de la formation initiale des professeurs ».

L'ODL appelle enfin à « ne pas occulter le passé colonial et prendre en compte toutes les cultures présentes sur le territoire de la République dans leur contribution à l’affirmation de la citoyenneté commune ».

L'avenir de l'Observatoire menacé

« Le principe de laïcité constitue un remarquable outil d’émancipation et de rassemblement dans la République. Alors que, comme l’a démontré l’étude de l’Observatoire de la laïcité sur l’expression et la visibilité religieuses aujourd’hui en France, se constate une certaine polarisation de la société française, (...) plusieurs actions publiques doivent être menées pour renforcer la cohésion nationale », appuie l'institution. « La polarisation de la société française actuelle sur le sujet de l’expression et de la visibilité des religions et des convictions, accentue la nécessité d’un débat serein. »

Face à l'apaisement prôné par l'ODL, ses détracteurs font feu de tout bois, la jugeant « laxiste ». En réponse, le gouvernement travaille aujourd'hui à redéfinir les contours d'une instance aujourd'hui portée à bout de bras par son président Jean-Louis Bianco et son rapporteur général Nicolas Cadène avec, disent-ils, un budget « extrêmement modeste » de 59 000 euros « pour une activité en constante augmentation ».

« Le Premier ministre m'a demandé de lui faire des propositions d'évolution sur le portage de la laïcité dans l'appareil d'État. Je lui ai fait des propositions pour faire évoluer l'Observatoire de la laïcité, pour renforcer le rôle d'une structure, qui ne serait pas forcément un observatoire, mais une structure qui porterait la parole de l'État », a déclaré Marlène Schiappa, la ministre déléguée à la Citoyenneté, dans une interview accordée à Radio J dimanche 13 décembre. « Comme l’a rappelé Mme la ministre, la décision sur l’avenir de l’Observatoire de la laïcité après le 2 avril (fin initiale de son mandat) appartient au Premier ministre », a sobrement répondu l'ODL sur Twitter.

« Dans ce contexte qui persiste, fait à la fois d’inquiétude, d’émotion mais aussi de confusions entre ce qui relève de la laïcité et ce qui relève d’autres champs, dont le radicalisme violent et le terrorisme, il est plus indispensable que jamais de dresser l’état des lieux de la laïcité avec une grande rigueur d’analyse », fait part l'institution, qui refuse de « céder au "culte de l’anecdote" ». « Il s’agit de continuer d’aider à l’application ferme et sereine des principes qui fondent la laïcité, de rappeler inlassablement le cadre légal permettant de sanctionner tout agissement qui, sans concerner directement la laïcité, s’oppose aux exigences minimales de la vie en société, et enfin, de faire œuvre de pédagogie. »

Lire aussi :
En finir avec les idées fausses sur la laïcité, par Nicolas Cadène
Face à l'ambiance de « chasse aux sorcières », l’Observatoire de la laïcité contre-attaque
Séparatismes : l'Observatoire de la laïcité (r)appelle médias et politiques à leurs responsabilités




Réagissez ! A vous la parole.
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

20.Posté par Abdoulaye le 05/01/2021 12:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ François.
La laïcité est une exception française. Allez dire à Angela Merkel et à son parti chrétien democrate que la conduite d'un état et la religion sont incompatibles...
Les anglais qui ne connaissent pas la laïcité sont dix fois plus tolérants que les Français...

19.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 26/12/2020 16:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@abdoulaye
La discussion sur la laïcité achoppe sur un problème de reconnaissance. Celle de l'impossibilité définitive pour les religions de conduire les affaires de l'Etat ou de régir la morale publique, la pratique religieuse ne pouvant être que locale à des groupes humains et strictement soumise à des lois qui ont complètement cessé de s'en inspirer, pratiquement et symboliquement.

Vous n'êtes pas sans savoir que certains musulmans français ne s'accordent avec ces principes que pour ceux d'entre eux qui leur donnent le droit de pratiquer librement leur religion. Et que donc, oui, il existe une tension entre laïcité et islam, solvable au demeurant, mais dans la reconnaissance décrite, qui n'est encore, vous le savez bien, pas du gout de tout le monde...

18.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 26/12/2020 16:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@101 Nous ne sommes décidément d'accord sur rien.

Même si le radicalisme est un extrémisme, il y a dans "radical" quelque chose de supplémentaire, qui est une référence à l'origine (le mot apparait en référence à la révolution française, chez les républicains de 1840).
L'islamisme "radical" est ouvertement salafiste et fait référence aux origines de l'islam, quand tout était bien mieux, et aussi plus guerrier.

17.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 26/12/2020 16:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@101, Non, désolé, Proust, c'est se coucher, qu'il faisait de bonne heure...

16.Posté par Premier Janvier le 25/12/2020 01:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le mot extrême est plus pertinent que celui de radical.
Le mot radical signifie racine.
Le mot extrême un bord.
Etre extrémiste et être radical sont différents.
Radical dit une nature. Un fondement.
Extrême quant à lui signifie dit une position. Une situation. Un choix.
Si l'on dit radical, on dit je la reconnaît. C'est elle. Oui c'est bien elle. Elle est la vraie religion.

15.Posté par Premier Janvier le 22/12/2020 02:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je dis moi aussi des mots mainstream pour me faire comprendre.
Pas celui-là, mais comme tout le monde j'en dis aussi hélas.
Voilà. C'est peu près ce que j'ai voulu dire.
Très souvent on ne parle pas tant des choses elles mêmes mais de soi. A savoir des moyens que l'on a de dire les choses.

14.Posté par Premier Janvier le 22/12/2020 01:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les sociétés européennes. Kézako!
Définition. Allez zou François. Lol.

13.Posté par Premier Janvier le 22/12/2020 01:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je vous ai répondu en ayant lu que les deux premières lignes François.
L'introduction en principe introduit.
Sauf chez vous.
Je parle du Roquefort, puis je me mais à parler du Camembert.
A chaque fois vous faites le coup.
Moi aussi je sais faire des analyses avec mes ingrédients à moi. Lol.

12.Posté par Premier Janvier le 22/12/2020 01:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous dîtes comme moi mais autrement François.
Qu'il puisse être ajouté l'adjectif radical ou extrême ou même extraordinaire viserait toujours à en dire une racine islamique.
C'est là ou le terme est pour le coup irrationnel.
Un antinomisme intrinsèquement liée à quelque chose est une impossibilité.
Et pourtant c'est ce que ce terme signifie. Viser à dire d'une impossibilité qu'elle est un fait.
Ce qui fait se poser la question de savoir qui des dits islam istes ou des anti lesquels sont les plus dingues.

11.Posté par Premier Janvier le 21/12/2020 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Longtemps, je me suis levé de bonne heure" Marcel Proust.
Il faut rendre à César...

10.Posté par Abdoulaye le 19/12/2020 18:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'observatoire de la laïcité défend cette belle idée contre ceux qui veulent l' instrumentaliser pour en faire un outil anti religions.
C'est bien dommage.
Mais résisteront-ils longtemps aux Valls, Schiappa, Darmanin, et à tous les Charlie hebdesques ?
Rien n'est moins sûr...
En attendant, ceux qui s'intéressent vraiment à la laïcité devraient aller lire leurs textes, leurs fiches pratiques et aussi tous les efforts de formation qui ont été faits grâce à l'Observatoire.
En tous cas : bravo à eux pour leur action de grande qualité, ce qui est méritoire dans le monde de l'anecdote et du rabachage d'idées préconçues que nous impose les atheistes radicaux ennemis de la liberté.

9.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 19/12/2020 17:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Longtemps, je me suis levé de bonne heure...

8.Posté par Premier Janvier le 19/12/2020 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Déjà debout un week end!
Mais vous ne vous dégerdondez donc jamais François.
Ou bien alors comme moi vous n'avez pas encore dormi.

7.Posté par francois.carmignola@gmx.com le 19/12/2020 08:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le mot "islamisme" fut longtemps utilisé comme "religion des musulmans", mais ne l'est plus aujourd'hui.
On parle ici d'islamisme "radical", pour désigner la variante de l'islam obsédée de décapitations et autre violences.

On ne parle pas ici, et c'est ce qu'on reproche à l'observatoire la laïcité, de l'islam "politique", c’est-à-dire la variante de l'islam qui souhaite imposer aux minorités "visiblement d'origine musulmane" une pratique sectaire, ritualiste et fasciste de l'islam.

Cet islam politique fait de l'entrisme dans les sociétés européennes, et se trouve dénoncé explicitement comme tel par bien des gens dont une commission du Sénat, qui y travailla 9 mois.

Il ne semble pas intéresser ni Nicolas Cadène, ni Jean Louis Bianco, apparemment juste mobilisés en faveur d'un mystérieux ''apaisement".

6.Posté par Premier Janvier le 19/12/2020 07:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Contre l'islam isme l'appel à garder son sang froid''.
Pour un rapport de force équilibré, la radicalité ne peut qu'appeler à la radicalité.
Le but de ce dit isme n'est pas celui de faire changer l'ordre établi mais
celui de le faire se saborder lui même.

1 2