Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Chine : condamnation de masse de leaders religieux ouïgours

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 14 Novembre 2014



Les autorités chinoises ont emprisonné 22 leaders de la minorité musulmane des Ouïgours établie dans le Xinjiang, pour « activités religieuses illégales ». Ils ont été condamnés, lundi 10 novembre, à des peines de 5 à 16 ans de prison au cours d’une condamnation de masse et publique.

Certains des condamnés, qualifiés d’« imams sauvages » par Pékin, continuaient selon les juges à exercer des « activités religieuses », y compris de prédication, après avoir été démis de leurs fonctions officielles. D’autres étaient accusés d’incitation à la haine contre les Hans, l’ethnie chinoise majoritaire du pays, utilisant la superstition pour détruire la loi et provoquer des troubles.

Dans un communiqué, le Congrès ouïgour mondial a condamné cette nouvelle condamnation de masse et a souligné que la répression religieuse piétine les droits de la minorité musulmane. « La soi-disant distinction entre religion légale et illégale est déterminée en fonction des besoins politiques de la Chine », a déclaré Dilxat Raxit, porte-parole du Congrès ouïgour mondial.

Enrevanche, Enwaer Tursun, le maire de Kashgar et député secrétaire du Parti communiste dans la ville, a salué ces condamnations. Selon lui, l’extrémisme religieux qui sévit au Xinjiang a « sérieusement affecté les esprits et entravé la vie normale », perturbant l’ordre social.

Les procès de masse tenus en public sont devenus monnaie courante au Xinjiang. Filmés par la télévision d’Etat, ils ont lieu dans des auditoriums en extérieur. Selon des défenseurs des droits de l’homme, ces formes de justice privent les accusés de procès équitable.

Le pouvoir chinois a promis de sévir contre ce qu'il appelle extrémisme religieux, qu’il tient responsable d’une série d’attaques survenues dans la province dans l’année. Pékin s’inquiète par ailleurs que les séparatistes ouïgours cherchent à obtenir le soutien d’islamistes du Pakistan et de l’Afghanistan voisins.

Lire aussi :
La Chine veut décourager la pratique de l’islam au Xinjiang
Chine : les meurtriers d'un grand imam condamnés à mort
L’imam de la plus grande mosquée de Chine assassiné
En Chine, les musulmans « visibles » interdits de bus
Les Ouïgours commémorent les cinq ans des émeutes du Xinjiang
Chine : les Ouïgours accusés d’un massacre au couteau