Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Politique

Ces musulmans qui usent de la religion pour (dé)légitimer le vote

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Samedi 29 Mars 2014 à 11:18

           

A l'heure où des responsables de mosquées n'hésitent plus appeler leurs fidèles à aller voter, une voix singulière a émergé lors de ces municipales : celle de musulmans qui choisissent délibérément de s'abstenir pour des raisons religieuses. L'abstention risque une fois de plus de battre des records au second tour des municipales, mais la religion n'en sera la cause que pour une infime minorité.



Voter, est-ce halal ou haram ? Bien que rares, des musulmans en sont encore à se poser la question, relancée en cette période d'élections municipales par une petite frange de la communauté bien décidée à faire campagne contre le vote pour des raisons religieuses.

Les militants d'Anâ-Muslim (« Je suis musulman » en arabe) sont de ceux-là. Sur son site Web, l'association, qui existe depuis trois ans, se présente comme « une structure associative islamique francophone promouvant la restauration idéologique de l’esprit, du dogme et de l’identité musulmane ainsi que sa protection pour le musulman vivant en Occident et en France plus particulièrement ». Pour se conformer à cet objectif, elle a lancé une campagne, ces dernières semaines, qui surprend, y compris parmi les musulmans. Sous l'Intitulé « Préserve ta foi, ne vote pas », Anâ-Muslim milite pour l’abstention, en propageant l'idée que voter va à l'encontre des valeurs islamiques.

Le tract d'Anâ-Muslim
Le tract d'Anâ-Muslim

Des tracts pour l'abstention

Pour sensibiliser à sa cause, Anâ-Muslim a choisi les mêmes armes que les candidats aux élections municipales. Des tracts et des affiches sont les supports choisis pour diffuser ses messages. Les internautes sont invités à les imprimer, puis à les distribuer et à les coller dans des lieux où se concentre la communauté musulmane.

Sur ses documents, une argumentation est développée pour montrer le caractère haram (illicite) du vote. On peut ainsi lire que « voter, c'est reconnaître le pouvoir des hommes sur terre et leur donner la souveraineté absolue de créer leurs lois qui n'ont rien à voir avec l'islam » ou qu'« élire des personnes qui auront pour fonction de créer des lois, c'est donner des associés à Allah ». Chaque argument se veut infaillible par une sourate du Coran ou des hadiths.

Sur le site, on trouve aussi une vidéo d'un musulman anglophone réfutant point par point les arguments de savants ayant émis des fatwas autorisant le vote. Celui-ci met surtout en évidence le fait que voter est haram lorsqu'on se trouve dans un Etat non islamique et qu'il ne faut donc pas élire des personnes qui pourront faire passer des lois allant à l'encontre des lois religieuses comme le mariage homosexuel.

« Des jeunes revenus vers Allah »

Convaincus, plusieurs musulmans ont joué le jeu à quelques jours du premier tour. Sur une vidéo publiée sur la page Facebook de l'association, on s'aperçoit ainsi que des tracts ont été distribués à Lyon aux musulmans qui sortaient de la mosquée après la prière du vendredi, le 21 mars.

« De Paris à Marseille, en passant par Toulouse et Lyon (et leurs banlieues), nos tracts ont été distribués partout. Nous avons eu des échos assez retentissants de notre campagne ! », écrit Anâ-Muslim dans un bilan de sa campagne publié sur son site après le premier tour. « Nous avons eu – lors de nos distributions – des surprises extraordinaires. Une grande majorité de jeunes que nous avons rencontrés – convaincus de l’intérêt du vote – sont revenus vers Allah après notre argumentation. Ils ont décidé de ne plus voter », poursuit l'association.

Selon leurs dires, leur message passerait mieux qu'ils ne l’espéraient alors qu'il doit être compris par les musulmans qu'ils ne sont pas de bons fidèles d'Allah en allant voter. « Nous nous apercevons que tout ce fléau d’immobilisme n’est que le fruit de l’ignorance semée par les démocrates et républicains "musulmans" parmi les prédicateurs et imams de nos mosquées », ajoutent-ils, en référence aux multiples appels au vote lancés par des responsables de lieux de prière et d'associations musulmanes.

Des mosquées militent pour le vote

Une soixantaine de mosquées et d'associations musulmanes de la région parisienne s'étaient ainsi réunies sous ce mot d'ordre, samedi 15 mars, à l’invitation du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). D'autres lieux de culte en ont aussi fait de même en divers lieux et diverses occasions électorales.

Le CCIF, partie prenante de la campagne « Aux urnes, citoyens ! », a renouvelé son message. En pleine hausse continue des actes islamophobes, l'ensemble des musulman-e-s sont invité-e-s à « prendre part à une citoyenneté active et ne plus laisser les propos stigmatisants dominer le débat politique ». L'association n'a pas donné de consignes de vote mais, ailleurs, des responsables associatifs musulmans n'hésitent plus à soutenir un candidat ou à appeler à en sanctionner un autre. Pour tous, la participation électorale n'est en rien opposée à l'islam, bien au contraire.

L'exemple des prophètes contre Anâ-Muslim

Entre les deux visions du citoyen musulman qui s'affrontent et devant le taux d'abstention élevé observé pendant les municipales, faudrait-il conclure qu'Anâ-Muslim a mieux réussi son pari auprès des musulmans que les partisans du vote ? Loin de là. « Nous sommes très loin encore de cette abstention active que nous souhaitons (celle qui sera volontaire et militante vers le dîn d'Allah) », concèdent eux-mêmes les membres de l'association. Comme souvent, l’abstention est le fruit de la perte de confiance des citoyens – musulmans ou non – dans les politiques.

« La responsabilité de cet absentéisme incombe à des personnes qui ne sont pas soucieuses de l’avenir de la communauté. Des imposteurs qui appellent clairement à ne pas aller voter. Ils n’ont pas le moindre sens des priorités. C’est scandaleux de voir sur Internet des slogans comme "Préserve ta foi, ne vote pas" », a dénoncé Havre de savoir sur son site. L'association proche de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) avait été alertée par le message porté par Anâ-Muslim qui totalise plus de 6 000 J'aime sur Facebook.

« C’est scandaleux et épuisant d’être aussi naïfs et de suivre ces imposteurs qui appellent à l’abstention », déplore-t-elle, rappelant « l’exemple du prophète Youssouf (Joseph, ndlr), sur lui la Paix, qui a occupé la fonction de ministre dans un pays dirigé par un homme qui se prenait pour Dieu (Pharaon) ».

« La vie du Prophète (Muhammad) à La Mecque, que ce soit avant ou après la Révélation, fut remplie de participations engagées dans la vie sociale », indique également Ounis Guergah, professeur de droit musulman comparé et directeur scientifique de l'Institut européen des sciences humaines de Paris (IESH) de Paris, dans un texte publié sur le site de l'UOIF en décembre 2013. Le Conseil européen de la fatwa et de la recherche, dont il est membre, a d'ailleurs émis une résolution qui autorise la participation aux élections, précise-t-il.

Cheikh Ounis Guergah.
Cheikh Ounis Guergah.

Le vote interdit pour les uns, obligatoire pour d'autres

« La participation aux élections est ainsi non seulement autorisée, mais elle est très recommandée, car elle constitue une forme d’alliance et de soutien au profit du bien de la société en général et des musulmans en particulier. Cette participation peut parfois devenir obligatoire » comme lorsque « les musulmans sentent que leur abstention peut profiter aux extrémistes et à ceux qui veulent instituer une société d’intolérance, d’exclusion ou de racisme », argumente-t-il. C'est en présentant ce cas de figure que des organisations musulmanes montent au créneau pour inciter les musulmans à se rendre aux urnes. Le vote est présenté comme une arme de contre-pouvoir. Malgré cela, l'appel au vote massif de la communauté musulmane n'est pas encore d'actualité.

Attribuer un caractère obligatoire au vote laisse des musulmans perplexes. C'est oublier que ne pas voter est aussi un droit, plus encore quand elle fondée par la conviction. En face, la démarche d'Anâ-Muslim ne saurait convaincre pour son sectarisme qui ne dit pas son nom et qui ne prend pas en compte les réalités du terrain. Et ne pas voter ne signifie pas ne plus participer au « système » politique et économique tant dénoncé... Comme dans toute situation, les musulmans sont invités à faire le choix du juste milieu, selon la situation qui se présente à eux.





Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par terrancle le 29/03/2014 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salam aleikum waramathoulah wa barakatu
Je pense qu'avant de jeter la pierre aux un ou aux autres,il faut avant tout savoir si effectivement le vote est licite ou pas dans notre religion.des grand cheikh comme albani,ou fawzan, s'accordent a dire qu'effectivement cela n'est pas autorisé dans la mesure ou en islam le vote n'existe pas.c'est toujours le gouverneur,entouré des érudit religieux qui choisisse parmi un panel de personne celui qui sera le plus représentatif pour succéder. il ni a pas de personnes qui viennent avec une liste et qui demande a ce que le peuple leurs donne ses faveurs!

Donc la seule façon de voter dans un pays occidental pour les frère et les sœurs est que sur les différent participants il pourront applique la règle du "moindre des deux maux" et choisir celui qui fera le moins de mal a la communauté de part sa politique.Mais le plus sur est de s'abstenir de voter et ainsi éviter de faire du mal a ses frères et sœurs. Et ALLAH est plus savant.
PS: sur youtube il y a des vidéos qui explique bien ce que je viens d'essayer d'expliquer.

salam

2.Posté par Daoud le 29/03/2014 19:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salam aleykoym,

Dans ma ville, en Alsace, la majorité des musulman on voté pour le maire sortant Gilbert MEYER. La raison est simple, il n'y a pas de cimetière musulman dans notre ville et cette personne c'est engagé a nous en fournir un au cours de son nouveau mandat de six ans, si il est réélu. Donc, la consigne des imam des 6 mosquées de la ville, et celle des associations musulmanes de la ville ont été de voter pour celui qui nous apportera notre cimetière musulman. Pour nous, nous ne voton,s pas pour un homme, nous votons pour notre cimetière. Souhaitons qu'il tiendra parole, inch Allah

3.Posté par ribouldingue95 le 29/03/2014 19:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Assalamou 'alaykoum,

C'est tout à fait étrange, ces frères ont crées une association loi 1901 par conséquent dans leur logique, ils ont jugés par autre chose que la loi d'ALLAH 'azawajel en effet toutes les associations sont soumis à la loi du 1er juillet 1901 et les décrets du 16 mars 1906 et du 16 août 1901. Ils ont donc jugés bi ghayri ma anzalALLAH. Les takfiris sont véritablement un cancer pour notre communauté!

4.Posté par dem1973 le 30/03/2014 18:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des lectures bien effrayantes... Des radicaux islamistes qui luttent contre ce qu'ils ont érigé en une véritable religion d'état, la laïcité, nouvelle guerre de religion en somme ; des promesses clientélistes à l'égard des musulmans. Que se passera-t-il si M.MEYER ne tient pas promesse : les musulmans se retourneront vers une structure type Anâ-Muslim ? Pas beau, tout ça, alors que les institutions françaises ont été pensées pour transcender les religions et permettre le vivre-ensemble. Beau gâchis.

5.Posté par lamia le 31/03/2014 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout à fait d'accrd vec Riblouldingue95, Anâ-Muslim est en contradiction honteuse...
Les résultats de Montfermeil au 1er tour 61,33% et Epinay au 1er rour avec 65,03%, montrent bien que le CCIF comme d'autres "institutions" Musulmanes se retrouvent dans la compétition Arabo Musulmane Française, de qui rassemble le plus ? et faire du nombre pour paraître grand ou plutôt "Gros".
Que le CCIF publie la liste des associations musulmanes présentes au dîner et nous verrons les résultats. Je reste persuadé que c'est une déconfiture humiliante, car les musulmans sont libres aujourd'hui et n'aiment plus qu'on les infantilise en leur donnant des consignes de vote. Ca ne marche plus comme ça et dommage que le CCIF se prête à ce jeu de pouvoir, car il ne s'agit que de ça et rien d'autre...

6.Posté par Musulman Français le 31/03/2014 17:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salam 3alaykom,

Le responsable d'une association musulmane me disait : "Quand nous avons commencé à œuvrer pour améliorer les conditions de vie des musulmans dans notre ville, nous pensions que les personnes qui nous seraient le plus hostile seraient les non-musulmans. Vingt après, il s'avère malheureusement que les gens qui nous ont le plus mis des bâtons dans les roues étaient issus de notre propre communauté."

Je serais curieux de savoir qui se cache derrière "Ana-Muslim" qui incite les musulmans de France à rester inactif et à pleurnicher sur leur sort.

Un Musulman Français

7.Posté par Jamel le 31/03/2014 22:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai regardé la vidéo du dîner du CCIF et je me suis dit "on est loin du début et de Samy le président qui découvrait le monde associatif musulman et les dangers qui le guettait. Dans sa façon de s'exprimer aujourd'hui, Samy dégage une arrogance qu'on ne lui connaissait pas et des manoeuvres qui ne lui ressemblaient pas, mais n'est-ce pas le propre des nôtres en général, de voir grossir leur tête, quand la notoriété est là...
Le CCIF devrait mener ses petites enquêtes terrain et non accorder du crédit à n'importe quelle association au nom de la solidarité instinctive, qui fait plus de dégâts aux musulmans qu'on ne le croit.
Si Allah nous impose, la vérité et la justice, c'est pour que des acteurs de ta trempe Samy, ne se fasse pas rouler dans la farine par de vulgaires menteurs et manipulateurs. Chiche Samy, toi et ton équipe faites un tour à Epinay et vous verrez que la mosquée rue de l'avenir et le foyer soundiata, accueillent les musulmans par milliers le vendredi et pour les 5 prières quotidiennes, dans un climat de sérénité absolue et dans une relation normale avec le maire. l'UAME dit le contraire, alors à vous de vous déplacer et de vérifier, avant de vous positionner ET C'EST VOTRE DEVOIR DE MUSULMANS ET DE CITOYENS.

8.Posté par Fouad le 31/03/2014 22:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Question : En tant que musulman, dois je soutenir un autre musulman contre un non musulman, même s'il a tort ?
Ce qui est inquiétant de nos jours, c'est cette facilité qu'on a de prendre fait et cause pour le musulman et ni nos responsables dans leur majorité, ni nos imams, ne dénoncent cela. Oui l'islamophobie est galopante, oui les discriminations à l'égard des musulmans se multiplient, mais sommes nous tenus de répondre au mal par le mal ou de réagir conformément à l'Islam qui LUI rejette le mensonge, l'injustice et la haine, même à l'égard de nos pires ennemis, ou alors je me trompe... Pourquoi avons perdus cette capacité de dire même au musulman, TU AS TORT ET JE NE PEUX TE SOUTENIR. Une telle attitude, barrera le chemin à ceux qui se servent de notre religion au lieu de la servir.

9.Posté par dem le 01/04/2014 10:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un non-musulman est-il nécessairement moins juste, moins bon, moins tolérant, moins digne de solidarité ou d'attention qu'un musulman ? Le simple fait qu'on puisse comprendre de certains commentaires que ces interrogations persistent dans une société laïque (i.e. qui transcende les croyances) autorise à conclure que du chemin est encore à parcourir dans les mentalités. Ne nous excluons pas les uns les autres, ne restons pas dans les généralités et l'indifférence : c'est le terreau des ségrégations de toutes sortes.

10.Posté par Daoud le 02/04/2014 19:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Salam aleykoum,


Un non-musulman est-il nécessairement moins juste, moins bon, moins tolérant, moins digne de solidarité ou d'attention qu'un musulman ? PAS DU TOUT.

Bien au contraire, et j'en veux pour preuve, l'Abbé Pierre, Coluche, Marie Thérésa, et tellement d'autre personnalité non-musulman, qui sont bon, juste, tolérant, et pour qui, nous devont montrer un grand respect, car leur action envers les divers communautées sont un exemple à suivre.

Dans la mosquée que je fréquente, c'est justement, le respect d'autrui qui est préché et le rejet de tout ce qui est blamable envers autrui.
Le respect envers les autres religions, c'est ce qui est aussi préché, même si nous n'attendons rien en retour, car notre but est d'accumuler de bonne action pour satisfaire notre Dieu, inch Allah.

Si les religions principales apprenaient a vivre ensemble, cela serait tellement mieux, mais cette idée ne plait pas à tout le monde, malheureusement.

Salam aleykoum

11.Posté par Badia le 03/04/2014 13:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Wa alaykoum essalam

entièrement d'accord avec le post de Daoud, le respect de la créature d'Allah est sacré. Pour preuve, Allah dit au Prophète (saw) "Wa ma arsalnaka illa rahmatane lilââlamine". Dans l'inter-religieux, nous musulmans ne pouvons pas être crédibles, car la haine des takfiris à l'égard des alaouites en syrie, plombe toute notre théorie de l'islam religion d'amour, de paix, de fraternité, etc...
Tout le monde a vu les vidéos publiées par les takfiris en syrie : têtes des alaouites coupées et utilisés comme ballon de foot, comme brachettes, enfant de 11 ans initié à couper la tête d'un homme sous les Allah Akbar takfiris. C'est tout simplement abominables et dans un silence assourdissant et complice de la Oumma...
Quant à l'article en question, l'Islam en France est à l'image de ce que nous sommes nous musulmans de ce pays, divisés, déchirés, et haineux entre nous. C'est un constat amer et responsable devant Allah. Ceux qui crient au loup, sont trés souvent ceux qui font rentrer le loup dans la bergerie...
Le CCIF doit se ressaisir et assumer son rôle dans la vérité et la justice et non se contenter de faire du quantitatif et relayer une info qu'il ne vérifie même pas ET C'EST UNE FAUTE LOURDE DE CONSEQUENCES ICI BAS ET DANS L'AU DELA. La preuve restent Montfermeil et epinay, ou seul un groupuscule dans chaque ville continue de règler ses comptes avec le maire, sur le dos des musulmans qui ne les suivent plus et ne leur accorde plus aucun crédit. CCIF, au réveil ...  

12.Posté par Rachid le 06/04/2014 05:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une soixantaine de mosquées et d'associations musulmanes de la région parisienne s'étaient ainsi réunies sous ce mot d'ordre, samedi 15 mars, à l’invitation du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). D'autres lieux de culte en ont aussi fait de même en divers lieux et diverses occasions électorales.
Initiative louable, mais suicidaire parfois, car parmi ces associations, comme l'UAME d'Epinay dont le président sur une vidéo de la rencontre, traite le maire d'extrême droite. Mon enfant est à l'école musulmane IMS et sachez que lorsque le centre islamique a fermé pour non peiement de EDF à cause de UAME qui avait pris le lieu de force, avait collecté 200.000euros et refusait de payer l'électricité, IMS s'est retrouvé sans locaux. Le maire dont parle Abdellaoui président UAME dans la vidéo, a tout simplement mis à la disposition de IMS, les classes de l'école maternelle de novembre 2013 à juin 2014, tous les mercredis, samedi et dimanche. Je dis bien UNE ECOLE MATERNELLE ,

Le CCIF mène un combat juste et louable, mais à lui et à son président de faire attention et ne pas accorder vaille que vaille une solidarité instinctive à n'importe quel groupe d'opportunistes qui se servent de l'Islam. Notre noble religion ne nous permet pas d'être injuste,...
Que le CCIF, sache que UAME a perdu 6 procés en justice en même pas 3 ans, que le CCIF prenne le temps de réfléchir, sauf si le copinage l'emporte sur la raison, la vérité et la justice.
Un déplacement à Epinay pour rencontre...  

13.Posté par Evry91 le 09/06/2014 02:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@dem : Un non-musulman est-il nécessairement moins juste, moins bon, moins tolérant, moins digne de solidarité ou d'attention qu'un musulman ?

Cette parole mélange des choses qui sont différentes.

L'Islam, c'est adorer Dieu, l'Unique, seul et sans associé.
L'« adoration » est un nom dont la signification englobe tout ce que Dieu le Très-Haut aime et agrée, qu'il s'agisse de paroles ou d'actes. Qu'ils soient apparents ou cachés (par exemple dans le cœur, la patience).
Ceux dont la religion est l'Islam, obéissent à Ses ordres, Ses directives, qu’Il a transmit par le biais de messagers.
Le mot « islam », signifie en arabe « soumission » (à Dieu le Très-Haut), et le mot « mouslim » qui a donné le mot musulman en français, signifie « celui qui se soumet ».

Cette religion, l’Islam, la soumission à Dieu, n’est pas une nouvelle religion, ni la religion des arabes.
Tout les messagers que Dieu a envoyés, que la paix soit sur eux, aux hommes, sont venus avec ce même message qui est d’adorer Dieu seul, L’Unique, et de s’écarter des fausses divinités.
Il n'y a pas de différence entre l'arabe et le non-arabe, entre le noir et le blanc, ce qui fait la différence pour Dieu c'est notre piété et nos bonnes œuvres.

Parmi ceux qui ne se sont pas soumis à leur Seigneur, il y a ceux qui n'ont pas été avertie et qui de ce faite vivent dans l'insouciance ; ainsi que ceux qui savent et qui ont choisie la mécréance.

Celui qui a mécrue en son Seigneur et meure mécréant, ses œuvres sont vaines, quand bien mê...