Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité

 

Société

Ce que reproche l'Observatoire de la laïcité au rapport de Gilles Clavreul

Rédigé par | Vendredi 23 Février 2018 à 08:00

           

Un rapport choc pour les uns, explosif pour les autres... vraiment ? Il n'en est rien de tout cela pour l'Observatoire de la laïcité, qui n'est pas allé de main morte pour tacler le contenu du rapport Clavreul sur « la laïcité, les valeurs de la République et les exigences minimales de la vie en société ». Explications.



Gilles Clavreul, chargé en octobre 2017 d'une mission relative à la laïcité, a rendu le rapport qui lui a été commandé par le ministère de l’Intérieur. Dans cette enquête d’une quarantaine de pages dévoilée par Le Figaro jeudi 22 février et intitulé « Laïcité, valeurs de la République et exigences minimales de la vie en société », le préfet se veut très alarmiste.

Il assure ainsi que « les manifestations d’affirmation identitaire inspirées par la religion se multiplient » et que « les contestations de la laïcité et des principes républicains se manifestent dans des proportions nettement plus significatives dans les territoires de la géographie prioritaire de la politique de la ville », « même si les situations sont très hétérogènes d’un territoire à l’autre ».

« Ces manifestations et les perturbations qu’elles entrainent sont le fait, dans la grande majorité des cas, d’un islam rigoriste, voire radical », affirme-t-il, « mais concernent également catholiques intégristes, mouvements évangéliques et juifs orthodoxes ». Seuls « quelques cas d’"excès de zèle", caractérisés par une invocation abusive de la laïcité et pouvant le cas échéant relever de la discrimination, ont également été rapportés », poursuit celui qui est aussi cofondateur du controversé Printemps républicain, préférant mettre en avant, dans le même temps, que « dans les lieux où la population de confession musulmane est présente, parfois de façon très majoritaire, le rapport à la République se tend sous l'effet d'une foi de plus en plus ouvertement revendiquée ».

« Les atteintes directes à la laïcité sont peu nombreuses, mais les perturbations des conditions de vie et de travail collectifs, d’intensité et de nature variables, sont par endroits particulièrement fortes », lit-on également. Les pouvoirs publics sont ainsi invités, entre autres propositions, à « disposer, au niveau national, de diagnostics fiabilisés sur les incidents relatifs à la laïcité, à la contestation des valeurs républicaines et au non-respect des exigences minimales de la vie en société », à « conditionner le soutien de l’Etat (attribution de subvention, agrément, soutien à un événement) à l’engagement de respecter et de promouvoir les valeurs de la République » ou encore à former les agents de l'Etat à la laïcité et à « développer des "conférences d’actualité" sur les sujets de société dans les administrations publiques ».

Comment l'Observatoire de la laïcité tacle le rapport

La réponse de Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité dont les positions en matière de laïcité divergent avec celles du Printemps républicain, ne s’est pas faite attendre. Il affirme sans détour dans un communiqué que le rapport préconise plusieurs actions… déjà mises en œuvre par les pouvoirs publics. Il déplore ainsi une méconnaissance du travail de terrain entrepris à ce jour mais aussi « le manque de rigueur méthodologique de ce rapport qui ne répond que sur des "dizaines de témoignages" dans "neuf départements" ».

Alors que le préfet était chargé d’examiner « les moyens d’améliorer la coordination des actions des administrations de l’Etat et des collectivités locales sur le sujet de la laïcité », le rapport « ne répond pas directement à la demande » et évoque des sujets déjà traités par l’Observatoire, qui a notamment « diffusé un important rappel (ici) du cadre légal permettant de sanctionner tout comportement contraire aux valeurs républicaines ».

Ce que reproche l'Observatoire de la laïcité au rapport de Gilles Clavreul
Aussi, « le rapport préconise la création d’un site Internet "www.laicité.gouv.fr" »... qui « existe déjà, c’est justement celui de l’Observatoire de la laïcité, le plus visité de la plateforme gouvernementale ». « La proposition de faire signer une charte de la laïcité par les associations subventionnées est, quant à elle, déjà une réalité pour toutes celles concernées par la laïcité », indique-t-il, citant en exemple la charte à destination des structures subventionnées par le secrétariat d’Etat chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes.

« Le rapport propose aussi de "renforcer les exigences de formation à la laïcité et aux valeurs de la République du brevet d’aptitude à la fonction d’animateur (BAFA)". Là encore, cela a déjà été fait, par le décret du 15 juillet 2015, et la formation est bel et bien effective », signale Jean-Louis Bianco. Enfin, s'agissant du plan de formation sur la laïcité porté par le Commissariat général à l'égalité des territoires (CGET) « et voulu par l’Observatoire de la laïcité (qui en a corédigé le kit de formation) », « sa programmation est bien, depuis son origine, "pluriannuelle" et a d’ores et déjà dépassé ses objectifs (plus de 25 000 acteurs de terrain déjà formés au lieu des 15 000 initialement prévues) avec un taux de satisfaction de 97 % ».

S'il y a quelques propositions « de bon sens », le rapport ne sert « au fond » presque à rien aux yeux de l’Observatoire.

Lire aussi :
Laïcité à l'école : le Conseil des Sages, l'émergence d'une nouvelle juridiction ?
La laïcité en débat, au-delà des idées reçues, de Valentine Zuber
Jean-Louis Bianco : de la laïcité, « il n’y a pas deux lignes, il n’y en a qu’une »
La laïcité, une liberté qui contribue à l'égalité et à l'idéal républicain de fraternité
France - Belgique : « Inscrire la laïcité dans la Constitution risque de dénaturer le principe »
Petit manuel pour une laïcité apaisée, de Jean Baubérot et le Cercle des enseignant-e-s laïques


Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Pradines le 23/02/2018 19:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Est-ce que critiquer c'est contester.
Parce que perso je le fais tout le temps.
Et oui. Je suis rock'n roll. Je suis un rebelle. C'est comme ça.
Il n'en faut plus beaucoup pour l'etre mais j'en suis.
Je critique la république. Rendez-vous compte.
Ou en étais-je. Critiquer c'est contester.
Je suis donc contestataire.
Je suis plutôt quelqu'un qui se fiche complètement de presque tout mais c'est comme ça maintenant. Quand on se fiche de tout ça veut dire le contraire. lol
Contester les valeurs de la république.
La liberté implique l'interdit.
La liberté n'existe pas, elle est une autorisation.
Il y a pleins de trucs que l'on aimerait faire mais qui sont interdits afin de préserver la liberté.
Nous avons des libertés mais la liberté n'existe pas.
Par exemple interdire le foulard aux collégiennes et lycéennes.
C'est un mauvais exemple. C'est un interdit qui ne préserve pas la liberté mais c'est interdit. Lol.
Mais enfin un interdit normalement est fait pour préserver les libertés.
Disons qu'une touche d'originalité il en faut pour expliquer l'expression spécificité française.
En l'écrivant je suis entrain de me dire mais est-ce que ça veut dire que je suis spécial moi aussi. Bien sur que je suis spécial. Puisque je suis moi. En dehors de ça, je n'ai rien à foutre de la spécificité française. Je ne connais pas cette personne. Lol.
L'égalité implique la solidarité,
L'égalité est le contraire de la liberté donc.
Liberté égalité fraternité se contredisent elles memes sans qu'il soit...  

2.Posté par Gauzi le 23/02/2018 22:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Laicité. Comprendre musulman bien sur.
La laicité est contestée. Moi je ne la conteste pas. Je n'en ai rien à foutre. Lol.
En avoir rien à foutre et la contester je crois que ça veut dire la meme chose.
Sauf qu'il faut etre croyant. C'est le fait d'etre croyant qui fait tout.
Autrement personne ne fait attention à nous. Tout le monde s'en fout.
La séparation est contestée. C'est beau l'amour.
Quelques biftons et je fais un croyant musulman aux petits oignons.
Il n'y a pas besoin de savoir quoi que ce soit. C'est facile. Il suffit de dire qu'on l'est.
J'alimente la presse, je lui rapporte de l'argent et elle m'en reverse une partie.
Je conteste la séparation, porter une chachia suffit amplement pour le faire.
Partout ou je vais, je ne quitte jamais ma chachia et voilà.
Ainsi je ne me démarque pas de ce que je suis.
Un mec qui n'a rien à foutre de la laicité sauf que je suis déguisé en musulman avec des billets plein les fouilles. Lol.

3.Posté par Mouloud le 24/02/2018 01:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vrai. Après tout il n'y a pas de raison que l'islamophobie ne nous rapporte pas à nous.
Tout le monde s'en fout plein les fouilles sauf nous. C'est quand meme fort de café.
L'Etat subventionne le combat contre le racisme et l'antisémitisme.
Mais pas le combat contre l'islamophobie, les musulmans doivent se débrouiller seuls. Nous payons de notre poche notre adhésion au ccif.
Les médias se font du beurre sur notre dos. Ils vivent de l'islamophobie quant à nous autres elle ne fait que nous couter. Ce n'est pas normal.
Nous devons créer un média islamophobe nous aussi. On a le principal. Nous memes.
Des musulmans qui contestent la séparation si on est pas fichu de monter ça nous memes c'est que l'on est vraiment des ploucs.
Il suffit de dire je conteste la séparation. Effectivement une chachia sur la caboche, dont on ne se sépare jamais et roule ma poule.
Allo BFN. Nous avons un reportage islamophobe. Prix 15000 euros.
Puis quand on a assez amassé on devient nous meme BFN.
Puis on s'auto vend des reportages islamophobes.
Il n'y a pas de raison que nous soyons les seuls à ne pas en profiter.
Seuls les non musulmans en profitent quant à nous ça ne fait que nous couter. C'est quand meme un comble.

4.Posté par Drum le 24/02/2018 17:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'islam est-il compatible avec les valeurs de la société française.
Si on dit non c'est que l'on pense de l'islam qu'il faudrait l'interdire.
Si l'on dit oui c'est que l'on pense de l'islam qu'on peut l'autoriser.

5.Posté par Mouloud le 24/02/2018 20:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et oui. Ce n'est pas combattre l'islamophobie qu'il faut faire c'est le contraire, la soutenir.
C'est un marché à part entière. On en trouve partout. Dans les médias généralistes, dans la société civile, chez les politiciens. Partout.
D'ailleurs pour pouvoir la combattre il faut qu'elle existe.
Mais la combattre ne rapporte rien. La soutenir oui.
Si d'un magazine islamophobe on tire 20 000 exemplaires et donc l'argent qui va avec, ce n'est pas le combattre qu'il faut faire. Ce qu'il faut faire c'est etre ce magazine.
D'ailleurs on ne peut pas le combattre. Puisque l'islamophobie n'existe pas.
La liberté d'expression (la vraie) l'implique.
La vraie comprendre ma définition à moi. La liberté d'expression ne peut pas avoir de limite autrement elle n'en n'est plus une.
La vraie n'existe pas. Mais on fait comme si elle existait.
C'est de ça dont on joue. Lorsque l'on parle d'islamophobie on dit acte anti musulman.
Tant qu'il n'y a pas de ratonnade, de lynchage, de camp de concentration ça n'existe pas.
Les caricatures anti sémites (musulmanes) ce n'est pas un racisme. Ce n'est pas une vraie personne. C'est une représentation.
Meme incitation à la haine on peut le faire.
On ne peut pas inciter un musulman à se hair lui meme.
Mais bien sur il faut avoir un musulman sous la main bien sur.
Si je dis à un musulman, vous etes adepte d'une religion sanguinaire je ne l'incite pas à se hair lui meme. Donc ça on a le droit.
On peut faire plein de trucs comme ça.
Ce sont les actes qui compt...  

6.Posté par Pinot le 24/02/2018 21:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les commentaires ci-dessus émane d'une seule et meme personne moi.
Saphirnews est mon terrain de jeu.
Je ne peux que respecter la laicité puisque je suis athée.
S'agissant des valeurs, quand la république elle meme commencera par les respecter je commencerais à m'intéresser à elle. Autant dire que ce n'est pas pour demain la veille.

7.Posté par Vedel le 25/02/2018 03:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce qu'il y a de bien avec l'islamophobie c'est que l'on peut etre anti sémite.
Le judaisme est une religion totalitaire.
Ou sa variante. Judaisme religion de paix.
Vous etes anti sémite.
Non. Je suis charlie.

8.Posté par Fania le 25/02/2018 09:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Si tout le monde respecte les valeurs on va s'emmerder. De quoi va t-on parler.
Si tout est très bien, ne reste que les formalités à accomplir.
Si tout est très bien on a plus besoin des politiques puisque leurs role est d'améliorer la vie des citoyens.
Si tout est très bien les politiciens ne servent plus à rien.
Que fait-on quand tout est très bien.
De quoi parle t-on quand tout est très bien.
Au début on peut énumérer les choses en en disant qu'elles sont très bien.
C'est quand meme une satisfaction.
Ca c'est très bien. Ca aussi c'est très bien.Tout est très bien.
Mais au bon d'un moment on commence à s'emmerder.
Il n'y a rien à dire des choses quand elles sont très bien, juste dire qu'elles le sont.
On va trop s'emmerder. Ce n'est pas possible.
D'ailleurs tout est très bien et improbable.
C'est le mal qui fait exister le bien. Sans ça il ne peut pas exister. C'est une impossibilité.
C'est leurs contraires qui font exister les choses.
Le bien fait exister le mal.
Donc pour qu'un pays aille bien il doit aller mal. C'est obligatoire.
On se choisit le mal que l'on veut, peu importe.
Par exemple on dit des sdf qu'ils sont une nuisance.
Ensuite quand il se met à y avoir des réfugiés on change d'avis. Ce sont ces derniers qui deviennent le mal et les sdf le bien dont on doit s'occuper.
Pour qu'un pays aille bien il a besoin de maux.
Peu importe lesquels. On se les choisis.
Ainsi les gens ont des choses à dire, ils ont une vie remplie, ils ont le sentiment d'etre importants, les...  

9.Posté par Stronis le 25/02/2018 10:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'islam est t-il compatible avec les valeurs de la société française.
Moi je n'aurais pas dit avec les valeurs de la société française mais avec la culture française.
Puisque les valeurs sont universelles et pas françaises, ce qui inclus la France.
Si l'on dit de l'islam qu'il n'est pas compatible avec les valeurs (universelles et pas françaises) c'est que l'on dit des valeurs qu'elles ne sont pas universelles.
L'afd affirme lui aussi que l'islam n'est pas compatible avec les valeurs de la société germanique.
Les pays (les racistes) excluent ne serait-ce qu'en posant la question.
Puisque poser la question c'est obligatoirement déjà dire qu'il n'est pas compatible.
Autrement la question ne se poserait pas.
En résumé en posant la question (puisqu'on la pose) on sait déjà qu'il n'est pas compatible et l'ont sait aussi déjà des valeurs qu'elles sont universelles (à moins d'etre con)
On pose une question dont sait qu'elle est erronée afin de savoir si les français on bien compris ce qu'il fallait penser. Pour quoi d'autre autrement.
A la réflexion la poser avec le mot culture ça n'a pas non plus beaucoup plus de sens.
Bref.
Je vais vous dire ce qu'est l'islam.
Il est ce que l'on dit qu'il est. Rien d'autre.
De rien. C'est gratuit.

10.Posté par Carayon le 25/02/2018 17:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les valeurs ne sont pas universelles pour le sondeur.
D'où les valeurs de la société française.
La question qui se pose c'est qu'elles sont ces valeurs qui ne sont pas universelles.
Des valeurs qui ne soient pas universelles connais pas. Ca n'existe pas.

11.Posté par Bertouy le 26/02/2018 05:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour savoir si les gens sont racistes il faut le leur demander.
Pour le faire on est obligé des poser des questions racistes.
Et donc on est contraint de ne pas respecter les valeurs.

12.Posté par Venaure le 26/02/2018 06:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On a qu'à faire un Apartheid.
Laicité signifie séparation. Apartheid signifie aussi séparation.
Tout est là. C'est un Apartheid qu'il nous faut.

13.Posté par Numéro 6 le 26/02/2018 07:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous voulons un athéisme. Une société Vierge de signes extérieurs de foi. Lol.
On écoute religieusement en classe et l'on fait bien attention si l'on doit intervenir à ne pas suggérer des mots connotés. Bien garder en tete que les religions n'existent pas.
On rase les murs. Et on s'auto-surveille.
L'école je m'en fous, je n'y vais plus. D'ailleurs je suis athée.
Mais quand meme on pourrait malgré tout me prendre pour un croyant. Ca pourrait arriver.
Admettons qu'il se trouve que je saute un repas au moment du ramadan et on pourrait me prendre pour un croyant.
Il donc important de penser à manger au moment du ramadan.
Jeune que l'on déplace après ou avant le ramadan peu importe mais on ne jeune surtout pas pendant.
Si l'on s'appelle Marie, Fatima, Moise....etc. Si l'on a des prénoms connotés penser à en changer.
J'ai un prénom connoté. On ne peut pas connaître tous les prénoms connotés de la planète.
Pour etre certain d'etre pur et vierge je me choisirais comme prénom Numéro 6 comme dans le prisonnier. Je vais d'ailleurs changer mon prénom aujourd'hui meme. Ce sera fait.
Après je n'ai aucune autre particularité.
Les lunettes normalement c'est bon.
Les cheveux courts aussi.
Les fringues, je me sape comme une merde donc normalement c'est bon.
Le langage à surveiller. Penser à bannir mon Dieu, que je dis très souvent.
Je suis entrain de me dire que du coup l'islam devient compatible puisqu'il n'existera pas.
Je suis devenu musulman. A l'instant. Comme ça d'un coup.
Lorsque l'on...  

14.Posté par Numéro 6 le 26/02/2018 08:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il manque un mot pardon.
.....Garder en tete que l'on a pas lu le coran.......
Par contre si l'on est subversif on fait tout le contraire bien sur.
Ne serait-ce que par égard pour charlie qui ne pourrait plus travailler. Par égard pour les racistes.
Que deviendraient les politiciens sans les racistes. Le monde médiatique également.
Je suis entrain de m'apercevoir qu'etre subversif c'est au final ne pas l'etre. C'est juste servir l'ordre établi. Disons donc que l'on fait semblant de l'etre. On fait donc le contraire et on garde tout.

15.Posté par Numéro 0 le 27/02/2018 02:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Numéro 6 était prisonnier, ça ne me plait pas trop.
Je monte en grade et je choisis numéro 2.
Ainsi je deviens le pouvoir absolu puisque j'incarne le tyran lui meme.
Tyran ça ne me plait pas des masses non plus remarque mais numéro 6 voulait la liberté tandis que
numéro 2 quant à lui l'a détenait.
Détenir la liberté ou la vouloir, j'hésite.
Aucun des deux ne sont enviables.
Je prends numéro 0 tiens. Au dessus du tyran et je deviens ainsi Dieu lui meme.
Pour le fait de ne pas avoir lu le coran c'est le contraire pardon.
Il faut qu'il oublie qu'il a lu le coran et qu'il le connait.
Garder en tete que l'on a pas lu le coran et que l'on ne sait pas ce que c'est ça ne veut rien dire.
C'est comme pour un acteur.
Etre on a pas besoin d'y penser.
Pour etre Jésus il ne doit pas oublier qu'il n'est pas Gérard Depardieu.
Et pas penser qu'il est Jésus. Ca il le sait.
C'est penser à ne pas etre qu'il faut faire.
Bref.
Si j'ai des croyances par exemple le besoin de prier avant le repas.
Pour ne pas que les fonctionnaires ou mes petits camarades s'en aperçoivent, me contraint à ne pas me signer. Mais rien ne m'interdit de le faire.
Je m'isole pour le faire juste.
Par contre penser à bannir les mots de son vocabulaire.
Puisque les prononcer implique de dire que l'on sait ce que c'est.
On choisit de noms de codes pour dire les choses.
Ca ne change rien sauf que les autres ne comprennent pas.
Par exemple l'employeur nous libère en disant c'est l'heure de diner.
On dit à son l'ami que l'on s'e...