Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité
 

 

Politique

CFCM vs Copé : pourquoi le CFCM retire finalement sa plainte

Rédigé par | Mercredi 9 Janvier 2013 à 18:25

           

Après avoir annoncé le retrait de sa plainte mardi 8 janvier, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a choisi, dès le lendemain, de maintenir la procédure contre Jean-François Copé pour ses propos islamophobes sur le pain au chocolat. Mais l’instance a vite fait de changer d’avis pour revenir à ses premières déclarations. Mais que s’est-il bien passé entre-temps ?



Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a décidé, mercredi 9 janvier, de retirer sa plainte contre Jean-François Copé.
Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a décidé, mercredi 9 janvier, de retirer sa plainte contre Jean-François Copé.
Le CFCM dépose une plainte, la maintient mais la retire. Il la maintient finalement pour mieux la retirer ensuite… Le cafouillage de l’instance est manifeste. Les musulmans de France attendent désormais un minimum d'explications. En voici. Retour sur les faits, où les rebondissements ont été légion en 24h.

« M. Copé a exprimé des regrets. Nous allons donc retirer notre plainte », avait annoncé à la presse Abdallah Zekri, mardi 8 janvier, à l’issue d’un entretien d’une heure avec Jean-François Copé sur ses propos controversés sur le pain au chocolat. Cette déclaration du président de l'Observatoire de l'islamophobie au sein du Conseil français du culte musulman (CFCM) n’a pas manqué de surprendre – désagréablement - la communauté musulmane.

Depuis octobre, le CFCM, incarné en la personne de son président Mohammed Moussaoui et de M. Zekri, avait assuré sa détermination à aller jusqu’au bout de la procédure judiciaire, allant même jusqu’à dire que les propos portaient « atteinte à la dignité et à l’honneur de la communauté musulmane ». Signe qu’elle avançait, une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Draguignan (Var), vendredi 4 janvier.

A cette nouvelle, le président de l’UMP a pris les devants et a demandé au CFCM de bien vouloir le recevoir. Rendez-vous a donc été donné mardi 8 janvier au siège de l’instance. M. Copé réussit son opération séduction en convaincant l’équipe du bureau exécutif de changer d’avis quant à leur plainte.

Par de simples « regrets » exprimés en privé ? Un communiqué commun devait être signé à l'issue de l’échange dans lequel M. Copé y exprimerait publiquement ses regrets.

Devant la France entière, Copé nie s’être excusé

Tout change mercredi 9 janvier : le député-maire de Meaux fait savoir aux journalistes n’avoir jamais formulé d’excuses ou de regrets au CFCM pour ses propos. « Pour présenter des excuses, il faut considérer qu'on a commis une faute. J'ai dit que je regrettais l'énorme contresens qui avait été fait de mes propos », a-t-il fait savoir. En témoigne aussi son tweet sur le réseau social.

CFCM vs Copé : pourquoi le CFCM retire finalement sa plainte
Faire acte de repentance : très peu pour M. Copé, qui a donc choisi, non seulement de mettre le CFCM dans de beaux draps, mais aussi de se moquer à nouveau de la communauté musulmane, bien qu’elle ne soit plus aucunement surprise par les sorties médiatiques du chef de l’UMP. Dans ces conditions, hors de question pour le CFCM de retirer sa plainte, a alors déclaré mercredi dans la journée M. Zekri, dénonçant le « double langage ».

Finalement, le CFCM retire sa plainte

Pourtant, une nouvelle surprise est tombée mercredi en fin d’après-midi. Par un communiqué commun de M. Moussaoui et M. Copé daté du 9 janvier et reçu par la rédaction, le CFCM « entend retirer la plainte déposée pour diffamation », faisant état de l’échange qui a eu lieu… la veille, comme si de rien n’était quant aux déclarations du président de l’UMP du matin. « Conscient du traitement médiatique réservé à ses déclarations et de leur impact, M. Copé a tenu à exprimer ses regrets aux musulmans de France qui ont pu être heurtés dans leurs sentiments ou stigmatisés à travers cette polémique », lit-on.

Avant d’ajouter que « ses propos ne visaient nullement à caricaturer une pratique religieuse musulmane mais seulement à dénoncer les comportements de ceux qui instrumentalisent l’islam à des fins contraires aux principes et aux valeurs de la République ». Le CFCM se contente simplement ensuite de demander à ce que la classe politique puisse « mesurer davantage la portée de leurs propos et de leurs déclarations et d’éviter toute forme de stigmatisation qui peut fragiliser la cohésion nationale ».

Les déclarations publiques hâtives délivrées par M. Zekri ont embrouillé bien du monde. Le président de l'Observatoire contre l'islamophobie est resté injoignable mercredi. Avec cette affaire et après les non excuses publiques de Jean-François Copé, le peu de crédibilité du CFCM aux yeux de l'opinion en prend un sacré coup. Ce sera désormais au parquet de décider du maintien de la procédure, malgré les derniers désirs du CFCM.



Rédactrice en chef de Saphirnews En savoir plus sur cet auteur


Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par medmed le 09/01/2013 19:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
CFCM: vous nous faites honte!!!! de vrai toutou devant leur maitres! Monsieur ZEKRI et MOUSSAOUI vous êtes tt simplement des couards ne dites pas que vous représentez la communauté musulmane car vous la déshonorée plus que les autres (Copé et toute la compagnie). La prochaine fois allez au festival de la BD pour vous exprimer en notre nom; au moins on ne remarquera pas vos déclarations vident d'actions...!

2.Posté par lr407 le 09/01/2013 22:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le CFCM : Quel courage !

"Jurisprudence" CFCM ; Messieurs les politiques à votre bon cœur, discriminé, insulté, diffamé, l'Islam.

3.Posté par moulay mohamed alaoui le 09/01/2013 23:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
l arbre qui cache la foret
C est la honte de l histoire de l islam de france le harkisme des dirigeants du cfcm qui marquent par leurs agissements de bleadars lahchouma et confirmer le denigrement de ctte communaute et sa religion
mais qui etait deriere le rencontre cope et Moussaoui-Zakri?
Rabat (moussaoui)? Alger (Zakri)? ou un certains Sarkozy?
ou finalement l addition des capitales du maghreb , animée par Sarkozy domt il a trouve son soutien politique au moment des élections présidentielles chez les dirigeants du machin CFCM
Heureusement que les musulmans de France sont unanimes contre Sarkozy est ses allies les dirigeants du CFCM
Moussaoui, Zakri, dirigeants du CFCM rentrez chez vous
l islam de France ne signifie pas le roukou3 aux politiques
l islam de France appartient a ceux qui se lèvent tot pour accomplir salat alfajr et vivre dans l dignité sans sous traitance
Musulmans de France unissez vous contre ce complot qui vous privent de la liberté de parole et d expression
Musulmans de France faites une salat aljanaza sur le CFCM

4.Posté par mohamed le 10/01/2013 04:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Deux mots me viennent à l'esprit : lâcheté et traitrise.
Par ailleurs, comment peut-on se faire respecter si on baisse à chaque fois la tête.

5.Posté par lr407 le 10/01/2013 06:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
« Le musulman est le frère du musulman. Il ne l'opprime pas, et ne l'abandonne pas à lui-même. Quiconque subvient aux besoins de son frère verra Allah subvenir à ses besoins. Quiconque dissipe le malheur d'un musulman verra Allah dissiper pour lui un des malheurs du Jour de la Résurrection. Et quiconque dissimule les péchés d'un musulman verra ses péchés dissimulés par Allah le Jour de la Résurrection." (Rapporté par Al-Bukhari et Muslim)

« Et (rappelle-toi) quand Abraham dit: ‹Ô mon Seigneur, fais de cette cité un lieu sûr, et préserve-moi ainsi que mes enfants de l'adoration des idoles. » (Coran, Ibrahîm, 14 : 35)

6.Posté par lr407 le 10/01/2013 10:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'après Abou Darda (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit « Certes le jour de la résurrection Allah va ressusciter des gens avec une lumière sur leurs visages, ils seront sur des minbars de pierres précieuses. Les gens les envieront bien qu'ils ne soient ni des prophètes ni des martyrs ».
Un bédouin tomba à genoux et dit: Ô Messager d'Allah! Décris les nous afin que nous les reconnaissions.
Le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit: « Ce sont ceux qui s'aiment pour Allah, ils sont de tribus différentes, de pays différents, ils se regroupent pour le rappel d'Allah ».
(Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1509)

7.Posté par lr407 le 10/01/2013 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Plainte retirée par le CFCM, un grave échec.

L’action collective est toujours difficile à mettre en œuvre, les individus sont inégaux dans leur expérience, leur culture, leur parcours et fédérer des gens est un travail continu.

Le déficit de culture, cela me déçoit toujours. Du courage, il y en a, mais pas chez les dirigeants du CFCM, et la culture tout court, la culture politique, etc…c’est plus dur à trouver

8.Posté par Juvénal le 10/01/2013 14:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quand L'Huma et Libé donnaient raison à Copé !

L'Humanité, 8 décembre 2003) … Depuis, estimant que la situation ne cesse de se dégrader, elles montrent du doigt la "petite minorité" qui bourre le crâne des gamins en quête de repères. Marie-Laure Ségal ajoute : "Pendant le mois de ramadan, des élèves sont traités de mauvais musulmans quand ils vont manger à la cantine." Le ramadan est maintenant pratiqué par de très jeunes adolescents. À Trappes et ailleurs, des témoignages affluent sur le nombre croissant de gamins du primaire, voire de la maternelle, qui jeûnent alors que seuls les pubères doivent se plier à la prescription. Sylvie Mérillon se rappelle la fois où "un gosse de neuf ans s’est trouvé mal. Je suis passée dans les classes pour expliquer que l’on ne peut rester le ventre vide quand on va aux cours. Je leur ai dit de faire le ramadan pendant le week-end". La directrice a toutefois arrêté de prodiguer ses conseils à la suite d’altercations avec les parents sur ce sujet. À partir de l’an 2000, "nous avons senti un basculement dans la vie quotidienne de l’école", explique Sylvie Mérillon… Libération, 19 novembre 2001 à 01:39 A Paris, le quartier Couronnes vit au rythme du mois de jeûne. Par GROSJEAN Blandine Cette année, la première nuit du ramadan tombait au deuxième jour du beaujolais nouveau. A Couronnes, point de jonction des XIe et XXe arrondissements parisiens, au confluent d'une capitale «bobo-ethno-chic» (celle de la rue Oberkampf) et de cités «sensibles», l...  

9.Posté par momo le 10/01/2013 22:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
salam,
je vous assure que vu d algerie, cette histoire nous ridiculise,
CFCM...DF conseil francais du culte musulman DE FRANCE
la fin a du sauté à l'imprimerie je crois.