Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Sur le vif

Belgique : des élus d'extrême droite échouent à faire un « safari de l’islam » à Molenbeek

Rédigé par | Vendredi 3 Novembre 2017 à 13:36

           


Geert Wilders et Filip Dewinter, élus d'extrême droite aux Pays-Bas pour le premier et en Belgique pour le second, ont tenté d'organisé un « safari de l’islam » à Molenbeek, sans succès.
Geert Wilders et Filip Dewinter, élus d'extrême droite aux Pays-Bas pour le premier et en Belgique pour le second, ont tenté d'organisé un « safari de l’islam » à Molenbeek, sans succès.
Un « safari de l’islam », le sombre projet de Filip Dewinter interdit par les autorités bruxelloises. L’élu flamand d’extrême droite avait annoncé qu’il organiserait vendredi 3 novembre un rassemblement à Molenbeek, à l’occasion de la visite du leader d’extrême droite néerlandais Geert Wilders au Parlement fédéral.

L’objet du meeting ? Organiser un « safari » au sein de « la capitale du jihad en Europe ». Critiqué pour cette initiative, Filip Dewinter a expliqué avec décontraction sur la chaîne de télévision flamande VRT que « safar est l’équivalent arabe de "voyage" ». « Geert et moi allons faire un petit voyage à Molenbeek et à Bruxelles, dans les quartiers sous occupation de l’islam. Quelle est la réalité à Molenbeek ? La langue véhiculaire est l’arabe, la mosquée a remplacé la maison communale, et l’imam le bourgmestre (maire). C’est ça, la provocation », ajouta-t-il.

Françoise Schepsmans, la bourgmestre de Molenbeek, a pris, jeudi 2 novembre, une ordonnance de police interdisant le rassemblement. « Tout rassemblement de personnes dans le cadre de cette démarche, participants, organisateurs ou opposants, est interdit sur le territoire de la commune de Molenbeek-St-Jean », explicite le document.

Flilip Dewinter a aussitôt dénoncé auprès de la presse une « fatwa ». Quelques heures plus tard, Philippe Close, bourgmestre de la Ville de Bruxelles, a lui aussi pris une ordonnance du même type. « Nous ne souhaitons pas que Monsieur Wilders exporte son message de haine raciste sur le territoire bruxellois », a exprimé le cabinet de l’élu. Geert Wilders a indiqué qu’il ne souhaitait « enfreindre aucun règlement » et qu’il se concerterait avec Filip Dewinter « ce que nous pouvons faire ». Le sinistre projet fait heureusement un flop.

Lire aussi :
Pays-Bas : l'islamophobie, le carburant d'un Geert Wilders aux portes du pouvoir
Attentats de Bruxelles : un homme accusé à tort pour « assassinats terroristes »
Bruxelles : un hommage rendu par des musulmans sur les lieux de l'attentat (vidéo)
Musulmans de Belgique et d’Europe, nous sommes face à nos responsabilités




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Melen le 03/11/2017 17:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne comprendrais jamais pourquoi on diabolise l'extreme droite tandis que les partis traditionnels sont sur la meme ligne et véhiculent les memes analyses.
Les banlieues, comprendre les noirs et les arabes sont dépeints par l'extreme droite comme par les partis dits républicains comme étant des grands satans, des remplacistes, des sexistes, des anti sémites, des racistes anti blancs, des extrémistes.
C'est un racisme institutionnalisé, véhiculé par des élus de tous bords politiques.
Les partis traditionnels, dits républicains ne sont pas contre l'extreme droite, ils l'incarnent.
Extreme droite et partis traditionnels ne sont pas rivaux, ils sont concurrents.

2.Posté par Melen le 03/11/2017 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut arreter de prendre les gens pour des cons avec ce faux chiffon rouge de l'extreme droite. L'extreme droite est de tout les partis. Il faut cesser de prendre les gens pour des cons.