Connectez-vous S'inscrire
Rss
Twitter
Facebook
LinkedIn
Instagram
YouTube
SaphirNews.com | Quotidien musulman d’actualité


 


Points de vue

Après Nice - Affronter la haine en pleurant les morts (vidéo)

Rédigé par Yasser Louati | Vendredi 29 Juillet 2016 à 16:46

           


Après Nice - Affronter la haine en pleurant les morts (vidéo)
Quelques jours après le carnage de Nice, je me suis rendu dans la ville pour parler directement à la communauté musulmane locale et lui permettre de prendre la parole.

Je ne connais personne qui n’a pas passé une nuit blanche ce 14 juillet. Au départ, c’était pour les bonnes raisons habituelles, l’été, les vacances, les festivités et le feu d’artifice puis, à mesure que les premières vidéos amateurs commençaient à tourner sur les réseaux sociaux, l’ambiance n’était plus à la fête mais à l’interrogation sur ce qui se déroulait à Nice puis à l’inquiétude, la tristesse et finalement la colère, pour ne pas dire la rage de voir encore des morts par dizaines et un nuage de vautours prêts à instrumentaliser le drame

Au téléphone, mes proches donnaient peu de nouvelles rassurantes. Puis, leur sécurité étant assurée, il fallait s’inquiéter de leur état psychologique. L’un d’entre eux, Jonathan m’informait qu’il connaissait plusieurs des victimes dont la mère de son meilleur ami. Une autre, Feiza Ben Mohamed, porte-parole de la Fédération des musulmans du Sud (FMS) était présente sur la Promenade des Anglais au moment de l’attaque du camion et m’informait à son tour connaître plusieurs des victimes qui jonchaient le sol. Il aura fallu attendre plusieurs heures avant d’apprendre que les lieux étaient totalement sécurisés et que les secours pouvaient faire leur travail.

Deuil et disgrâce

Ce 14 Juillet 2016, on comptera 84 morts dont dix enfants. En 18 mois, ce sont donc plus de 200 personnes qui ont été broyées par la folie meurtrière d’une poignée de personnes n’ayant fait aucune distinction entre leurs victimes. Mais la nuit même où nous comptions les morts et appelaient nos proches pour savoir s’ils étaient hors de danger, un consultant d’une chaîne d’information en continu exprimait ce qui semblait pour lui être « un acte démontrant la volonté de Daesh de tuer un maximum de français non musulmans ».

Comme si le tueur de Nice à bord de son camion lancé à pleine vitesse sur la Promenade des Anglais pouvait faire la différence entre musulmans et non-musulmans, entre Français et ceux qui ne le sont pas. Il s’avèrera après la reconstitution que sa première victime était une femme musulmane, voilée de surcroît. Ce sont au total 30 personnes que des familles musulmanes ont dû enterrer.

Cette vidéo a été tournée dans l’urgence avec la caméra de Joseph Paris et l'aide de Jonathan Coullet pour que les sans voix puissent parler même si le deuil exige souvent le silence. J’ai rencontré des gens ordinaires qui font preuve de dignité malgré les morts qu’ils doivent enterrer et la violence des hostilités à laquelle ils font et devront faire face.

A la question « Quel mot utiliseriez-vous pour décrire ce que vous ressentez depuis le 14 juillet? », les mots « peur », « angoisse », « choc » revenaient sans cesse. L’appartenance réelle ou supposée à la religion musulmane en France vous prive du droit au deuil et vous place en position de coupable. Qu’un tiers des victimes étaient de confession musulmane, que la première d’entre elles, Fatima, a été la première fauchée par Mohamed Lahouej Bouhlel ne font pas d’eux des citoyens à part entière.

Lorsqu’ils se sont rendus sur la Promenade des Anglais pour se recueillir, des fils ou filles de victimes ont été insultés et pris à parti par la foule. La haine de l’Arabe et du musulman sont tellement ancrés dans la ville de Nice que plusieurs d’entre eux n’hésiteront pas à se réjouir de la mort de musulmans. Daesh est utile pour légitimer l’islamophobie, jeter les musulmans à la vindicte populaire pour éviter de remettre en cause notre modèle de société qui engendre ses propres monstres mais refuse de les assumer. Il y a véritablement une alliance objective entre les groupes terroristes et les islamophobes.

Que dire de ces agressions de femmes identifiées comme d’origine arabe ou de confession musulmane prises à parti et insultées? Que faire de ces vidéos de la honte qui renforceront Daesh dans sa conviction que les valeurs humanistes et les principes républicains tant scandés ne tiennent à rien ? Que dire de la réaction au sommet de l’Etat qui a été de reconduire l’état d’urgence malgré son échec et d’ordonner de nouveaux bombardements en Syrie et en Iraq qui ont déjà coûté la vie à plusieurs centaines de civils ?

Après deux jours d’entretiens avec les fidèles de la mosquée En-Nour et différents responsables associatifs de la ville, j’ai quitté la ville avec le sentiment que ce pays n’attend qu’une étincelle pour s’embraser et ainsi réaliser le vœu le plus cher de Daesh. Nos représentants politiques et leurs relais médiatiques sont tombés dans leur piège à défaut d’avoir choisi d’y sauter à pieds joints. Il est vrai qu’il faut une sacré dose de courage pour tenir un discours lucide en période d’hystérie.





Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par Melen le 30/07/2016 14:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je n'ai jamais compris pourquoi on disait que l'on était frappé pour notre mode de vie.
Dans des cafés resto, c'est parce que l'on boit.
Dans un concert, c'est parce que l'on écouté de la musique.
Lors d'un match de foot c'est parce que l'on est ensemble.
Je n'ai jamais compris ces analyses. Nous serions frappés pour nos valeurs. Parce que l'on est ensemble.
On n'a qu'en meme pas eu droit lorsque c'est dans un métro, c'est parce que l'on prend le métro. Ouf.
Je n'ai jamais compris ces analyses.
Ce serait parce que l'on est ensemble tandis que c'est faux, les uns dans des banlieues, les autres en centre ville.
Pour les afghans frappés récemment lors d'une manifestation pacifique, c'est parce qu'ils faisaient le marché surement.
Je n'ai jamais rien compris de ces analyses à deux balles. On n'est frappé pour nos valeurs, ce que l'on est. Comme si les autres n'en avait pas de valeurs.
On n'est frappé pour nos valeurs de liberté. Nos plutôt que les.
Nos comme si la liberté n'était pas une valeur universelle. Nous seuls en serions les dignes représentants et les garants.
Je crois malheureusement que l'on est pas encore sorti de l'état d'esprit que nous avions au siècle dernier ou nous disions que les contrées exotiques étaient à civiliser.

2.Posté par Melen le 10/08/2016 15:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les syriens seraient-ils frappés pour un motif autre que celui pour lequel nous le sommes et lequel.
Oui si je comprends.
Les syriens sont des musulmans. Ils seraient frappés parce qu'ils sont des musulmans alors.
Nous serions non croyants, un musulman qui vit avec des non croyants, ça fait de lui un non musulman et toutes ces inepties. On les connaît.
Mais pourquoi valider l'inepte. C'est ce que je ne comprends pas.
A ce moment là pourquoi ne pas valider que nous serions des croisés tueurs de musulmans. On ne le valide pas parce que c'est faux, nous ne le sommes pas. Alors pourquoi valide t-on le reste.
Je n'arrive pas à comprendre.