Connectez-vous S'inscrire






Psycho

Zoulikha : « Mon mari vend de l’alcool »

Rédigé par Sabah Babelmin | Mercredi 5 Juillet 2017



Zoulikha : « Mon mari vend de l’alcool »
Je suis musulmane, née en France et mon mari aussi et avons deux enfants. Depuis notre union, j’ai rejoint mon mari dans son milieu professionnel : un magasin d'alimentation.

Avant notre mariage, je lui ai demandé de ne plus vendre d’alcool dans son magasin car c’est interdit en islam. Et il était d’accord.

Mais les années sont passées, et malgré mes rappels, il a toujours trouvé un moyen pour ne pas franchir ce pas.

J’ai même fait intervenir un imam à la maison pour parler de ce problème. J’ai comme l’impression qu’il n’a pas envie de vendre ce commerce, qui nous pourrit la vie car les enfants ne voient pas leur père : ses horaires de travail commencent à 8 heures et se terminent à minuit, du lundi au dimanche inclus.

À ce jour j’ai dû quitter mon poste dans ce magasin, mis une date limite pour la survie de notre couple : je l’ai prévenu que si le magasin n'était pas vendu ou en vente en juillet j’entame une procédure de divorce.

Je sens que je le perds. Mais peut-être que s’il se retrouvait tout seul à faire ces horaires de travail sans voir sa famille, cela le motiverait peut être plus à vendre ce magasin.

Merci de m’éclaircir sur mes droits et obligations en islam face à cette situation. Zoulikha

Sabah Babelmin, psychothérapeute

Chère Zoulikha,

Je sens une trop grande pression aussi bien sur vous-même que sur votre mari, vos enfants.

Cette problématique a été posée dès le début de votre union, votre mari s’est engagé à arrêter la vente d’alcool mais ne respecte pas sa promesse, et les années passent comme vous dites et la situation ne change pas.

Je ne vous répondrai pas par rapport à l’islam, puisqu’il est bien connu selon le hadith qu’« il est illicite de vendre de l’alcool, de le boire, de le distiller… » (rapporté par al-Bukhari), mais que la mise en pratique est toujours plus compliqué dans une société où l’islam est minoritaire et que vous avez déjà fait appel à un imam qui vous a certainement conseillé sur le plan religieux.

J’interviendrai donc en tant que psychothérapeute. Plusieurs questions me viennent :

J’ai l’impression que votre mari n’a pas le choix, une épicerie qui ne vend pas d’alcool ne peut pas survivre économiquement, d’après plusieurs témoignages. Peut-être fait-il la part des choses pour pouvoir assurer financièrement les dépenses de la famille ? Et si c’était une solution de survie pour votre mari pour nourrir sa famille ?

Pourquoi avez-vous tellement peur ? Est-ce qu’il en consomme lui-même ? Ya- t-il eu un problème d’alcoolisme dans votre famille, chez des proches ?

Les horaires de travail sont excessifs, mais que fuit-il ? Un homme heureux travaille mais trouve un équilibre entre sa vie privée et professionnelle…

Essaie-t-il de vous prouver quelque chose ? Peut-être qu’il peut y arriver tout seul depuis que vous avez quitté votre poste dans ce commerce? Peut-être est-ce sa manière de vous prouver son amour ?

Beaucoup d’hommes travaillent beaucoup pour assurer le bien-être de leurs familles et c’est leur manière de leur dire qu’ils les aiment !

Il me semble que la menace, le chantage ne mènent à rien, s’il ne prend pas conscience de lui-même que la tenue de ce commerce vous pose un vrai problème et pourrit votre vie de couple, que ce rythme de travail est nocif pour lui et le prive de voir ses enfants grandir et de partager des moments précieux avec vous.

Et personne ne peut le forcer, ni vous-même, ni les imams à prendre une décision dans ce sens.

Les époux ont l’obligation de se soutenir mutuellement et de s’entraider, essayez d’en parler avec lui tranquillement au lieu de brandir la menace du divorce.

Aidez-le à trouver une formation pour se convertir professionnellement, ou trouver un autre travail (ce qui n’est pas évident dans la conjoncture actuelle).

Pensez à vos enfants qui souffriront encore plus de ce divorce. Au moins là, il y a un père absent soit, mais il existe. Ils vont subir les conséquences de votre décision alors qu’ils n’y sont pour rien. C’est toujours assez violent pour les enfants de vivre dans une atmosphère conflictuelle, mais c’est aussi dur pour une femme seule de s’occuper des enfants.

Ne vous braquez pas et soyez patiente, puisque lui-même ne boit pas, ne vous maltraite pas, il s’échine au travail pour assurer la vie de sa famille. Vous finirez certainement par trouver une solution ensemble. Bon courage.

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com





Loading














Recevez le meilleur de l'actu