Connectez-vous S'inscrire






Archives

Zebdi-Ghorab une candidate contre les discriminations

Rédigé par Ammar B. | Samedi 27 Novembre 2004

On vote demain dans la 8e circonscription des Yvelines. Six candidats dont madame Fouziha Zebdi-Ghorab, présentée par l’Union française pour la cohésion nationale (UFCN), vont tenter de briguer un siège de député. Face à elle trois candidats de gauche et deux candidats de droite dont l’UMP Pierre Bédier, ancien secrétaire d’Etat aux Programmes immobiliers de la justice.



On vote demain dans la 8e circonscription des Yvelines. Six candidats dont madame Fouziha Zebdi-Ghorab, présentée par l’Union française pour la cohésion nationale (UFCN), vont tenter de briguer un siège de député. Face à elle trois candidats de gauche et deux candidats de droite dont l’UMP Pierre Bédier, ancien secrétaire d’Etat aux Programmes immobiliers de la justice.

Contre les discriminations dont la loi antifoulard

Madame Zebdi-Ghorab n’a pas l’intention de faire de la figuration. Candidate d’un ' petit parti ', elle est résolument engagée dans la lutte contre ' toutes les discriminations dont l’antisémitisme et l’islamophobie '. Agée de 43 ans, madame Zebdi-Ghorab est, avant tout, une militante issue du milieu associatif proche du terrain. Dans la ville de Nanterre où elle habite son engagement aux côtés des victimes de discriminations est connu. Diplômée de philosophie, mais interdite de travailler à cause de son hijab, madame Zebdi-Ghorab est mère de trois enfants. Elle qualifie la loi antifoulard de ' la plus grande loi de discrimination '. Dans son combat, l’UFCN a introduit une requête en annulation auprès du Conseil d’Etat sur la circulaire d’application de cette loi au nom du ' respect des croyances ' et ' de la liberté de pensée '. Le Conseil n’a pas donné une suite favorable à la demande.

Investir le champ politique

Madame Zebdi-Ghorab considère que la lutte contre les discriminations doit aussi s’exercer sur le champ politique. Et lorsque l’UFCN voit le jour en juin 2003, elle n’hésite pas à y adhérer. Ce nouveau parti déclare ' œuvrer pour la cohésion nationale en défendant les principes républicains d’égalité devant la loi et dans l’accession aux emplois publics, le respecte des croyances et en participant à la vie politique du pays, notamment par la présentation de candidats à tous les types d’élections '. Sous la houlette de M. Mustapha Lounès, l’UFCN se présente aux élections régionales d’Ile de France. Mais sa liste ne sera pas validée. Le parti réussira néanmoins à se présenter aux élections européennes dans des conditions particulièrement difficiles où une franche partie de son électorat potentiel opte pour la liste Euro-palestine qui remporte un net succès. Hier vendredi, sur le marché du Val-fourré à Mantes la Jolie, la candidate de l’UFCN était sur le terrain, à la rencontre des 20 000 habitants du quartier, sous le mot d’ordre ' pour que vos voix deviennent des lois '.

Un appel qu’explique un tract où l’on peut lire ' nous assistons à un phénomène de dénigrement généralisé, voire de criminalisation des français de référence Afro- Maghrébine en général et de confession musulmane en particulier. … L’UFCN dit non à la discrimination, la ghettoïsation, la paupérisation et la déscolarisation abusive! '

M. Pierre Bédier veut retrouver son siège

Ces élections interviennent suite au décès de M. André Samitier, député maire de Gargenville (Yvelines), le 10 septembre dernier. Lors des élections de 2002, le siège de la 8e circonscription était revenue à l’UMP Pierre Bédier, maire de Mantes-la-Jolie et vice-président du conseil régional des Yvelines. Lorsque M. Bédier sera nommé au secrétariat d’Etat aux Programmes immobiliers de la justice, son poste reviendra à son suppléant André Samitier. Seulement le 21 janvier 2004, M Bédier avait démissionné du gouvernement après avoir été mis en examen dans le cadre d’une enquête des marchés publics présumés douteux dans les Yvelines. Aujourd’hui, M. Bédier compte bien reconquérir son poste de député. En plus de madame Zebdi-Ghorab, il se trouvera face à la socialiste Françoise Descamps-Crosnier (maire de Rosny-sur-Seine et conseillère régionale d'Ile-de-France), à Nabila Keramane du parti des Verts, au communiste Jacques Saint-Amaux (conseiller général des Yvelines et maire de Limay dans les Yvelines) et à Hélène d'André, conseillère municipale de Mantes-la-Jolie présentée par le Front national.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu