Connectez-vous
Islam | Musulman | Toute l’actu sur Saphirnews.com
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Rss

Archives

Une station de métro « 17 Octobre 1961 » ?

| Lundi 19 Février 2007

           

Dimanche 18 février, à Gennevilliers, des associations ont appelé à une réunion citoyenne sur le chantier de la nouvelle station de métro parisien, prologeant la ligne 13. Une centaine de personnes se sont rassemblées à partir de midi, hier, pour inciter la RATP à nommer cette nouvelle station : « 17 octobre 1961 », au lieu d' "Asnières Gennevilliers II", en mémoire aux victimes de la répression policière française du 17 octobre 1961. La RATP a pourtant refusé ce changement de nom.



Une station de métro « 17 Octobre 1961 » ?
Le manque est ressenti par une grande partie de la population française : « aucun monument, aucun signe distinctif ne fait référence à ces évènements tragiques (…) », qui se sont déroulés à Paris et dans la région parisienne. De nombreuses personnes ont été victime de la répression policière française en 1961. Cette répression devait enrailler le soulèvement pacifique des « immigrés », notamment d'Afrique du Nord, qui s'indignaient contre le couvre feu qui leur était spécifiquement imposé. « Si la France est diverse par ses habitants, elle est uniforme dans ses représentations et institutions. » peut on lire dans un communiqué des associations militantes pour la nomination de la station de métro de Gennevilliers : l'UNADE (l'Union des Associations de la Diversité et l'Eglité), Anticoloniale et Genevilliers Pour Tous, du conseil municipale de la ville.

Une pétition circule depuis quelques mois pour transformer le nom de la nouvelle station en construction, qui sera en fonctionnement mi 2008 selon les prévisions. Cette station a été prénommée «Asnières Gennevilliers II » et les associations veulent transformer ce nom en « 17 octobre 1961 ». Cette pétition est signée par de nombreux élus du conseil régional de Paris et des mairies de la région, ainsi que de nombreuses personnalités, notamment des candidats à la présidentielle comme José Bové ou Rachid Nekkaz ; mais aussi d'autres personnalités comme François Burgat ou encore Gilles Manceron. « Il est temps de commencer à déconstruire l'image persistante qui fait qu'une grande partie de la population, considère les français « issus de », les jeunes des « quartiers » comme des descendant-e-s d'étrangèr-es , des « venu-e-s d'ailleurs », des personnes illégitimes dans leur rapport à la nation française. (…) La station de métro « 17 octobre 61 » contribuera à cristalliser et à perpétuer cette mémoire pour les générations futures, à construire une nouvelle citoyenneté pour la dignité et l'égalité de toutes et tous. » Peut on ainsi lire sur la pétition.




Une station de métro « 17 Octobre 1961 » ?

Refus

Cependant, la RATP a expressément refusé, dans un courrier du 2 octobre 2006, la demande de changement de nomination de cette station, adressée le 30 août à l'entreprise de transport. La RATP a prétexté « que la nomination des stations de métro et des gares de RER constituent d'abord un outil fonctionnel d'information devant simplifier l'usage du réseau de transport en Ile-de-France. (…) Un nom doit être simple et le plus court possible. (…) La dénomination 17 octobre 1961, ne répond pas à ces critères. La RATP ne souhaite donc pas la proposer comme nom de la station. » Elle propose cependant d'y mettre un panneau mémoire évoquant ces évènements. Les associations s'indignent répondant : « La station « La Courneuve-8 Mai 1945 » répond-elle mieux à ces critères ? »

Mettant en exergue un besoin de reconnaissance, de recherche d'identité, notamment illustrée par les émeutes de novembre 2005, une population qui se cherche encore au sein de La France, les associations à l'origine de ce projet ne compte pas se laisser faire. « Dans la nuit du 17 octobre 1961, des centaines d'hommes de femmes et d'enfants originaires d'Afrique du Nord, dont beaucoup venaient de notre région, furent massacrés par la police sous les ordres du préfet de Paris Maurice Papon, alors qu'ils manifestaient pacifiquement contre le couvre feu qui leur était imposé. » a déclaré Isabelle Guichard, élue de Gennevillier, lors du conseil municipale le 23 octobre 2006. L'ironie du sort fait qu'aujourd'hui, au lendemain de cette inauguration symbolique de la station « 17 octobre 1961 », Maurice Papon a donné son dernier son souffle, à l'âge de 96 ans.





Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par piednoir le 19/02/2007 14:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et une rue Palestro à Alger ?

Du nom du village dont tous les habitants furent égorgés par des assassins
algériens


Les algériens morts le 17 octobre 1961 manifestaient sur le sol français en faveur

d'ennemis en guerre contre la France.

Le pays était en guerre contre ces gens là.

Par un retour des choses assez ironique les algériens ont reçu Jacques Chirac
à Alger aux cris : " visas ! visas ! "

Pas rancuniers

2.Posté par piedblanc le 19/02/2007 21:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonsoir, salam,

De nombreux citoyens americains manifestent aux états unis donc sur le sol americain devant la maison blanche contre la guerre coloniale en Irak donc si je vous suis, piednoir, il faudrait ausi les assasinés. Fini jeanne Fonda, Sean Pean ....

3.Posté par piednoir le 19/02/2007 23:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


je dis simplement que s'il y a en France une station du 17 octobre 1961 il faut
qu'il y ait en Algérie une rue Palestro.

En outre en 1961 des algériens en guerre contre la France manifestaient sur le
territoire français e qui était inadmissble
Aux USA ce sont des Américains qui manifestent DANS LEUR PAYS contre une
politique
t dans le même ordre d'idées en septembre 1970 le Roi Hussein de Jordanie
soucieux de rester maître chez lui n'a pas hésité à faire titer au canon
sur les civils des camps palestiniens faisant 3500 ( trois mille cinq ) morts et plus
de 11000 blesses femmes enfants vieillards confondus
Charbonnier est maître chez soi

4.Posté par piedblanc le 20/02/2007 00:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



Les méchants Algériens, finalement, puisque l'ALgérie était française en 61, c'étaient pas des français qui manifestaient dans leur pays ?
je peux aussi le mettre en majuscule, si vous voulez, comme pour les Américains des USA : DANS LEUR PAYS

Et le petit proverbe du jour, pour montrer qu'on n'est pas comme ces méchants qui ne connaissent même pas nos proverbes...
Qui terre a, guerre a
Qui rien a, pis a.

5.Posté par Sylvain le 20/02/2007 05:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
PiedNoir vous êtes cynique
Ca c'est votre droit et je vous trouve bon à ce jeu
Mais vous êtes intellectuellement malhonnête. Vous refusez de reconnaître que les soit disant Algériens n'étaient pas dans leur pays à Paris!! Alors ils étaient dans quel pays? Et vous le pied blanc, vous étiez dans quel pays là-bas?

Mais surtout, si la France reconnaissait qu'ils n'étaient pas dans leur pays, alors normalement il n'y aurait pas eu de pb. Or il y a eu pb justement parce que la France dont vous parlez leur disait qu'ils étaient dans leur pays mais voulait en même temps se comporter avec eux comme s'ils étaient étrangers.

En fait la France pensait comme vous pensez, vous, ici maintenant. C'était en 1961. Et la France a évolué. Mais vous pas!

6.Posté par piednoir le 20/02/2007 09:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Justement : ils étaient français et soutenaient des factieux traîtres à leur pays

" Algérie française " c'était une fiction mais en 1961 la Loi devait être la loi

7.Posté par piednoir le 20/02/2007 23:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A monsieur Dorlouch

J' ai fait une copie d'écran de vos insultes

Elle sera communiquée aux autorités judiciaires et la responsabilité du journal est

entièrement engagée

8.Posté par Farid D le 22/02/2007 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pied noir n'a pas tort. Au nom du principe de réciprocité et afin de conclure un réel traité de l'Amitié en la France et l'Algérie, il faudrait en effet baptiser une rue Palestro à Alger. C'est seulement à ces conditions, je veux dire par là savoir reconnaître les torts des deux camps, et non pas parceque originaire d'Algérie il faille fermer les yeux des atrocités algériennes.

9.Posté par Raymond le 07/03/2007 10:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lorsque l’on ressort une tranche pénible de notre histoire d’un placard, Il faut avoir l’honnêteté de tout exposé sans faire de récupération politique :ainsi, il me semble aussi intéressant de dénoncer aussi les faits qui ont précédé cette manifestation organisée il faut le souligner par le FLN…
« « « Été et automne 1961 : reprise des attentats contre les policiers : de la fin août au début du mois d'octobre, onze policiers ont été tués et dix-sept autre blessés… » » »


10.Posté par parisgus le 18/10/2007 23:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette idée de station de métro est grotesque. C'est une manif à l'appel du FLN qui à déclaré la guerre ouverte à l'état francais ! Non content d' "opérer" en plein couvre feu, le FLN "invita expressément" tous les algériens à participer à la manifestation.

11.Posté par Sulak Pauline le 13/10/2008 11:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A lire sur : http://www.hns-info.net/spip.php?article15674

Dans le cadre des événements du souvenir du 17 octobre 61 à Paris…
« Le Frabyle » (seul en scène suivi d’un débat)
propose son regard le 17 octobre 2008 à 21h30 à Paris
Après la manifestation prévue de 18h/20h sur le pont St Michel
Au « Paname » 14 rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris
Réservation sms, nom et nombre de pers 06 33 26 31 32 ou mail restopaname@gmail.com


« Quand le meilleur naît du pire il est souvent meilleur pour le plus grand nombre »
Tayeb Belmihoub, auteur, comédien, a également participé au tournage
Du film d’Alain Tasma « Nuit noire » sur Canal +

« Etre Frabyle, c’est un France/Algérie quotidien ! »

Le Frabyle, c’est le spectacle de tous les mélanges, des mélanges réussis ou ratés, des traditions différentes avec leur lot de richesses, d’ouverture et de tolérance mais également de douleurs, de déséquilibres, de questions et de doutes…

Le Frabyle, c’est le spectacle de celles et ceux qui aiment la terre de leur naissance et celle de leurs ancêtres et qui les partagent sur une même terre…

Le Frabyle, c’est le spectacle de tous les français, de celles ceux qui ont envie de découvrir ou de partager, sans imposer mais sans oublier pour autant leurs convictions ni leurs traditions. C’est le langage de celles ceux qui n’ont pas peur de leurs différences…

Le Frabyle, c’est le spectacle de tous ces immigrés, dont les enfants, français, ne supportent plus d’être appelés des « beurs », rejettent la notion d’intégrat...  


Loading



Inscription à la newsletter







L'actu vue par Yace