Connectez-vous S'inscrire






Archives

'Un rapport partial, politisé et loin de la vérité'

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 21 Octobre 2005

Le rapport Mehlis portant sur l'assassinat de l'ancien premier ministre libanais Rafic Hariri a été remis au secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les réactions à la suite de sa lecture sont loin de toutes constituer des louanges à l'égard du travail de l'envoyé spécial onusien. Appel à la démission du président libanais Emile Lahoud, démenti, accusation de partialité,... Le rapport Mehlis n'épargne personne et n'est pas épargné.



Après quatre mois d'enquête et d'interrogatoires, le rapport Mehlis sur l'assassinat de Rafic Hariri a été remis hier matin au secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan, qui a lui-même livré son contenu dans la soirée à New York. Le procureur allemand Detlev Mehlis, responsable de l'enquête, a quant à lui affirmé sans ambages qu'"il y a des preuves convergentes montrant à la fois l'implication libanaise et syrienne dans cet acte terroriste".

Les réactions à ce rapport ne se sont pas fait attendre. Mehdi Dakhlallah, ministre syrien de l'information, s'exprimant sur la chaîne satellitaire qatarie Al Jazeera, a fustigé "un rapport partial, politisé et loin de la vérité" poursuivant en affirmant que le rapport n'apportait que des "accusations fausses". Dans le même ordre d'idée, le président libanais Emile Lahoud, impliqué selon les conclusions du rapport Mehlis, a apporté un démenti formel à ces mêmes conclusions, niant avoir reçu un appel téléphonique peu avant l'explosion gigantesque qui devait voir disparaître l'ex premier ministre libanais. Pourtant, deux députés libanais ont lancé un appel télévisé à la démission du président Lahoud.

Mais, après quatre mois d'enquête, 400 personnes interrogées, et quelque 60 000 documents et papiers épluchés, quelles sont les conclusions de l'enquête Mehlis ? Précisons toutefois que cette enquête devrait se poursuivre, et devrait par la même être dotée de plus de moyens, tel que le réclame ses membres et son chef Detlev Mehlis.

"On peut raisonnablement penser que la décision d'assassiner l'ancien Premier ministre Rafic Hariri n'aurait pu être prise sans l'approbation de responsables de haut niveau de la sécurité syrienne et n'aurait pu être organisée sans la complicité de leurs homologues au sein des services de sécurité libanais". D'emblée l'implication syrienne est affirmée, voire confirmée, et devrait plonger les deux voisins, déjà en froid depuis la mort de Hariri, dans une crise plus profonde encore. Le rapport Mehlis poursuit encore et enfonce le clou. "Vu l'infiltration des institutions et de la société libanaises par les services de renseignement syrien et libanais oeuvrant en tandem, il serait difficile d'imaginer un scénario où un complot en vue d'un assassinat aussi complexe aurait pu être mené à leur insu".

Si la Syrie subit d'énormes et continuelles pressions depuis l'assassinat de Rafic Hariri, celle-ci devraient voir leur intensité augmenter, surtout après l'affirmation des rédacteurs du rapport suivant laquelle "si les autorités syriennes, après des hésitations au début, ont coopéré dans une certaine limite[...] plusieurs personnes interrogées ont tenté d'égarer l'enquête.La lettre adressée à la Commission par le ministre des Affaires étrangères de la République syrienne [Farouq Al Chara]s'est révélée contenir de fausses informations.Le manque de coopération substantielle[...] a gêné l'investigation et compliqué le suivi de certaines pistes. Si l'enquête doit être achevée, il est essentiel que le gouvernement syrien coopère pleinement".

Le rapport conclut par la mise en cause des deux Etats, syrien et libanais, et elle les presse de coopérer afin d'aboutir à la vérité. "La Commission conclut qu'après avoir interrogé témoins et suspects en Syrie [...], il incombe à la Syrie de clarifier une part considérable des questions non résolues, et que "l'enquête doit être menée plus avant par les autorités judiciaires et de police du Liban, qui ont montré au cours de l'enquête qu'avec l'aide et le soutien international elles peuvent avancer et parfois prendre l'initiative de manière effective et professionnelle".




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu