Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Un rapport américain sévère

| Mercredi 5 Septembre 2007



Mardi, un rapport de la Cour des comptes américaine a conclu que le gouvernement de Bagdad n'avait pas atteint onze des 18 objectifs fixés par le Congrès américain en terme de progrès militaires et politiques.

"Le gouvernement irakien a atteint trois (objectifs), quatre autres en partie, et les 11 autres pas du tout" sur un total de 18 objectifs, précise le rapport du GAO, l'organisme indépendant chargé des audits pour le Congrès.

"Des lois cruciales n'ont pas été passées, la violence reste élevée et il n'est pas clairement établi que le gouvernement irakien dépensera 10 milliards de dollars des fonds destinés à la reconstruction", ajoute-t-il.

Pour sa part, le contrôleur général du GAO, David Walker a été interrogé lors d'une audition de la commission des Affaires étrangères du Sénat sur le fait de savoir si le gouvernement du Premier Ministre Nouri al-Maliki avait échoué.

"Je pense que l'on peut dire qu'il présente des dysfonctionnements, que le gouvernement ne fonctionne pas", a déclaré M. Walker.

Après la publication de ce rapport, le président américain George W. Bush a affirmé à Sydney avoir vu des progrès en matière de sécurité et de situation politique en Irak, où il a promis de tenir bon aux côtés des Irakiens malgré les pressions pour retirer les troupes américaines du pays.

Cet état des lieux au premier jour d'une rentrée parlementaire placée sous le signe de l'Irak doit être suivi dans les prochains jours d'autres évaluations de la situation sur le terrain.

Le leader de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, qui s'est engagé à poursuivre son combat au Congrès pour en finir avec la guerre en Irak a assuré mardi que son parti écouterait ces témoignages "l'esprit ouvert".

Mais, a-t-il ajouté, la Maison Blanche doit reconnaître que sa stratégie "a échoué, dans une guerre de plus de quatre ans, où ont déjà péri plus de 3.700 soldats américains et des dizaines de milliers d'Irakiens, et après une addition de près de 500 milliards de dollars payée par les contribuables américains".

"Ceci est la guerre de George W. Bush et il est responsable des erreurs et mauvais calculs qui laissent nos troupes engluées dans une guerre civile sans issue en vue" a-t-il déclaré.

Pour sa part, l'administration Bush doit défendre sa stratégie en Irak devant le Congrès d'ici au 15 septembre et ses partisans républicains devront décider s'ils continuent à la soutenir ou s'ils sont prêts à céder à la pression d'une opinion publique de plus en plus hostile.

La Maison Blanche a minimisé mardi la signification du rapport du GAO, affirmant que ses conclusions ne donnaient pas une image complète des réalités irakiennes.




Loading












Recevez le meilleur de l'actu