Connectez-vous S'inscrire






Ramadan

Un ramadan seul à Paris

Témoignage

Rédigé par Nicolas Mom | Vendredi 14 Octobre 2005

kamel, 24 ans, est étudiant en socio dans une grande université parisienne. Il termine la rédaction d'un mémoire sur l’antisémitisme. Loin de sa famille, en ce mois de ramadan, ce musulman pratiquant, observe néanmoins le jeûne rituel. Il nous livre ses impressions et son expérience. Brèves de vie d'un étudiant musulman parisien dans un train de banlieue.



C'est à la sortie de la mosquée de l'Union des organisations islamiques de France, à la Courneuve (93), que nous avons rendez-vous avec Kamel. Comme chaque soir de ramadan, la mosquée fait salle comble au point que la cour est bondée de monde. L'ambiance étouffante de la salle est vite oubliée. Pour cause ! La récitation du Coran faite par l'imam est grandiose. Un imam spécialement venu pour officier durant les prières de Tarawih.

A la fin, apaisé, Kamel m'attend devant l'entrée. Nous faisons chemin ensemble jusque la gare. « Tu te rends compte, me dit-il, cela fait maintenant sept ans que je n'ai pas fait le Ramadan en famille ! » Sept ans maintenant qu'Kamel est engagé dans le cursus universitaire. Il a commencé ses études à Grenoble pour débarquer, il y a 3 ans, à Paris où il continue ses études. Comme un bon nombre d'étudiants, Kamel est logé en résidence universitaire, loin de sa cellule familiale. Un exil douloureux mais qui forge un être.

L'ambiance du Ramadan, il la retrouve quelque part dans son engagement au sein des Etudiants musulmans de France (EMF). « La plupart du temps, je romps mon jeûne seul. Mais avec des amis d'EMF et d'autres qui ne font pas forcément partie de l'association, on s'est fixés deux ou trois dates pour rompre ensemble le jeûne ».

Nous sommes arrivés à la gare de la Courneuve-Aubervilliers, et prenons le RER B en direction de Paris. Une fois dans le train, Kamel continue son récit.


Ses journées sont bien chargées. En plus de son programme spirituel qu'il essaie de maintenir et auquel il s'attelle chaque jour, Kamel travaille pour payer ses études car sa bourse d'étudiant n'est pas suffisante. Et avec la montée générale du coût de la vie, nombre d'étudiants sont contraints d'intégrer le marché du travail.

Kamel est ainsi surveillant dans un lycée, deux jours complets en semaine. Il réserve ses jours libres à la rédaction de son mémoire de sociologie. Cela demande une organisation rigoureuse. « Hier, j'ai préparé ma chorba pour trois jours », explique-t-il. Cuistot improvisé, il avoue que sa chorba est loin de ressembler à celle de sa mère. « Oui, c'est de la chorba Knorr… Mais bon, elle fait bien l'affaire quand même ! » dit-il l'air philosophe.

Entre la rédaction de son mémoire, et ses journées de travail, Kamel s'est concocté un petit programme spirituel. « Le matin, je me lève avant la prière de Fajr (ndr, l'aube), pour manger. Je prie et je lis un peu de Coran, puis je me recouche pour me relever après vers les coups de 9 heures. Là je me mets à mon mémoire. A la fin de la journée je romps donc mon jeûne et je vais tous les soirs à Tarawih à la mosquée de l'UOIF ». Il fait le trajet en métro avec comme compagnon de voyage un petit Coran de poche qu'il ne quitte pas des yeux jusqu'à destination.

Quartier latin...station Port-Royal. C'est là que réside Kamel. La poignée de mains est chaleureuse et fraternelle. « Salam » me lance-t-il avant d'ajouter « et bon mois de Ramadan, mon frère. »





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu