Connectez-vous S'inscrire






Société

Un imam de Vénissieux expulsé vers Alger

Rédigé par OURABAH Sofiane | Mercredi 21 Avril 2004

L'imam Abdelkader Bouziane, qui officiciait dans la principale mosquée de Vénissieux, a été expulsé mercredi matin, à 9h20 par un vol régulier à destination d'Alger, a-t-on appris auprès de la préfecture du Rhône. Ce vol, affrété par la compagnie Aigle Azur, doit arriver dans la capitale algérienne à 10h55.



L'imam Abdelkader Bouziane, qui officiait dans la principale mosquée de Vénissieux, a été expulsé mercredi matin, à 9h20 par vol régulier à destination d'Alger, a-t-on appris auprès de la préfecture du Rhône. Ce vol, affrété par la compagnie Aigle Azur, devait arriver dans la capitale algérienne à 10h55.

 

 

'Battre sa femme est autorisé dans le Coran'

 

C’est à cause de cette phrase que le Ministre de l’Intérieur, M Dominique de Villepin, a demandé l’expulsion de l’imam vers l’Algérie son pays d’origine. L'embarquement s’est effectué sous escorte policière et s'est déroulé dans le calme, a-t-on appris auprès du personnel de l'aéroport Saint-Exupéry. L'imam avait été interpellé mardi après-midi et conduit au centre de rétention de l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry.

 

Abdelkader Bouziane faisait l'objet d'un arrêté ministériel d'expulsion pris à son encontre le 26 février dernier pour trouble à l'ordre public. La procédure d'expulsion a été accélérée suite aux propos tenus par Albdelkader Bouziane dans le mensuel 'Lyon Mag' où il affirmait notamment que 'battre sa femme est autorisé dans le Coran'.

 

Son avocat, Me Mahmoud Hebia du barreau de Lyon, a annoncé mercredi matin son intention de déposer deux référés, un référé suspension contre l'exécution de cet arrêté d'expulsion et un référé liberté pour contester le placement de l'imam au centre de rétention de Saint-Exupéry.

 

Il entend également engager une procédure sur le fond, dans l'espoir d'annuler cet arrêté d'expulsion et faire revenir son client en France. 'J'estime que cet arrêté d'expulsion n'est pas fondé dans la mesure où M. Bouziane est le père d'enfants français', a-t-il indiqué.

 

L'imam, qui se revendique du « courant salafiste », tenant d'un Islam 'des origines' du temps du prophète, s'était prononcé dans le numéro d'avril du mensuel 'Lyon Mag' pour la lapidation des femmes, contre l'égalité homme-femme et appelait de ses vœux d'une République islamique en France. Une enquête préliminaire avait été ouverte mardi après-midi par le parquet de Lyon pour 'provocation publique non suivie d'effet d'atteinte à l'intégrité physique d'une personne'.

'Scandalisé'

Les réaction furent diverses. Dominique Perben s'est déclaré 'scandalisé' par ces propos justifiant la violence contre les femmes. 'Je travaille pour faire reculer cette ignominie et c'est la raison pour laquelle je suis particulièrement choqué par ces propos', a-t-il dit. 'Il appartient à la justice de dire qu'on ne peut pas tenir de tels propos.'

Le député-maire communiste de Vénissieux, André Gerin, a pour sa part écrit à Dominique de Villepin pour exprimer son émotion et sa colère 'face (au) discours fondamentaliste (...) et antirépublicain' de l'imam. 'Cet archaïsme vis-à-vis de la femme donne la nausée', écrit-il. 'Ces déclarations ne sont pas la simple expression d'idées. Ce sont des délits. Elles sont hors la loi. Elles cultivent le refus de l'intégration des musulmans dans le respect de l'identité française.' 'Il est temps de ne plus accepter des imams venus de l'étranger comme l'Algérie, le Maroc ou l'Arabie saoudite', ajoute-t-il. Il demande également au gouvernement de rompre ses relations diplomatiques avec l'Arabie saoudite, 'soupçonnée de favoriser le prosélytisme radical, de diffuser des pamphlets antisémites, d'être une énorme tirelire pour le terrorisme'.

André Gerin s'est par ailleurs félicité de la réaction du garde des sceaux et a indiqué qu'il avait l'intention de porter plainte d'ici jeudi contre le religieux. 'J'étudie actuellement les termes juridiques de cette plainte qui portera sur les notions d'atteinte à l'ordre public et à la République', a-t-il déclaré. Selon l'élu de Vénissieux, l'association El Salem, qui gère la mosquée où officie Abdelkader Bouziane, lui a confié 'son intention de se séparer de l'imam dans les plus brefs délais'.

La secrétaire nationale du PCF, Marie-George Buffet, s'est félicitée mercredi de l'expulsion d'Abdelkader Bouziane. «Ces propos sont inacceptables et il faut que la République réagisse, c'est ce qu'elle a fait, a-t-elle déclaré. C'est une minorité, vraiment une minorité, qui se radicalise.» De son côté, la présidente de l'association «Ni putes ni soumises», Fadela Amara,   amalgamant de manière naïve  l’islam aux  problèmes des banlieues « a regretté »  mercredi dans «France Soir» que ces propos incarnent, selon elle, «la réalité amère de nos banlieues».

Et les musulmans dans tout ça ? L’islam a intrinsèquement redonner une place spécifique à la femme: elle est différente mais égale à l’homme dans la conception islamique. De ce fait les musulmans et musulmanes condamnent fermement cette pratique moyenâgeuse.  Un jeune musulman français  regrette les amalgames que l’on fait souvent à cause de certaines personnes «  Je ne sais pas ce qu’a dit cet imam, je n’étais pas présent à sa khutba ( prêche) pour pouvoir juger de ses propos  , mais il est clair que taper sur sa femme est une  pratique  violente, impitoyable, brutale voire même bestiales.. . » pour enfin  ajouter  «notre éthique islamique désapprouve totalement de telles pratiques.'





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu