Connectez-vous S'inscrire






Archives

Un attentat suicide en Algérie fait au moins 15 morts

| Vendredi 7 Septembre 2007

Jeudi, un attentat suicide a fait au moins 15 morts et 74 blessés à Batna (est algérien), selon la télévision algérienne. Cet acte terroriste non revendiqué pour l'instant a été commis alors que la ville s'apprêtait à recevoir le président algérien Abdelaziz Bouteflika.



L'attentat à Batna a fait au moins 15 morts et 74 blessés
L'attentat à Batna a fait au moins 15 morts et 74 blessés

Au moins 15 morts et 74 blessés

Un attentat a fait au moins 15 morts et 74 blessés jeudi en plein cœur de Batna, ville de près de 200.000 habitants située au pied des Aurès, à 430 km d'Alger. Un terroriste a fait exploser sa bombe au milieu d'un rassemblement qui attendait le président Abdelaziz Bouteflika.

Il avait dissimulé la bombe dans un sac en plastique qu'il portait et s'était joint à un rassemblement près de la mosquée Al-Atik, attendant l'arrivée du président Bouteflika qui achevait une visite d'inspection dans ce département de l'est algérien.

Le président algérien n'était pas sur les lieux au moment de l'attentat.

Repéré par la population en raison de son état d'excitation, l'assaillant a actionné précipitamment sa bombe au sein de la foule, avant l'arrivée du président sur les lieux, selon des témoins.

Vive la réconciliation nationale

Dans la soirée M. Bouteflika s'est rendu sur les lieux de l'explosion, accueilli par des sympathisants qui ont scandé son nom et crié "vive la réconciliation nationale".

Le président algérien, immédiatement informé de l'attentat, s'était auparavant rendu au chevet des victimes à l'hôpital de la ville, et a fustigé peu après "les criminels" dans une intervention à la télévision.

Il a confirmé la politique de réconciliation nationale dont il est le promoteur et qui offre la grâce présidentielle aux islamistes acceptant de se "repentir" et de se rendre.

Cette politique a bénéficié à quelque 2.000 islamistes qui ont été libérés de prison, tandis que quelque 300 militants armés se sont rendus.

"Je ne renoncerai pas un seul instant au projet politique bâti sur la réconciliation nationale et la sécurité pour tous les Algériens", a affirmé sur place le chef de l'Etat.

Le président Bouteflika a également souligné que les actes terroristes n'avaient "absolument rien de commun avec les nobles valeurs de l'islam".

Les autorités ont durci ces derniers mois leur discours contre les islamistes armés qui refusent de se rendre dans le cadre de cette politique de réconciliation. "lls doivent se rendre ou périr", a déclaré récemment le ministre de l'Intérieur Yazid Zerhouni.

Fillon Salue le courage et la détermination du président

Dans un message adressé à Bouteflika, le président français Nicolas Sarkozy a dit jeudi soir condamner "sans appel les violences barbares et aveugles dont le peuple algérien continue de souffrir".

"Je tiens à vous assurer de la pleine solidarité de la France et de mon soutien indéfectible dans votre lutte déterminée contre le terrorisme", a ajouté Sarkozy.

De son côté, le Premier ministre français s'est dit "horrifié" par la nouvelle "du terrible attentat" qui a frappé le peuple algérien aujourd'hui, dans un message adressé jeudi soir au président algérien.

François Fillon a souhaité lui dire, au nom du gouvernement français et en son nom personnel, "toute mon émotion face à cet acte terroriste inacceptable que je condamne avec force".

Saluant "le courage et la détermination" dont fait preuve le président algérien "en ces instants tragiques", il l'a assuré du "soutien sans faille de la France". Le Premier ministre français a finalement demandé à Abdelaziz Bouteflika de transmettre ses condoléances aux familles des victimes et à leurs proches.

Cet attentat intervient près de cinq mois après une attaque kamikaze qui avait visé le 11 avril le palais du gouvernement à Alger et un commissariat de la banlieue est, faisant au moins 30 morts et plus de 200 blessés.

En juillet, dix militaires avaient été tués et 35 blessés dans un attentat suicide au camion piégé contre une caserne de l'armée à Lakhdaria (100 km à l'est d'Alger).





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu