Connectez-vous S'inscrire






Cinéma, DVD

The Lunchbox : rencontre de deux cœurs seuls

Rédigé par | Mardi 24 Décembre 2013



The Lunchbox : rencontre de deux cœurs seuls
Peut-on reconquérir le cœur de son époux en séduisant son estomac ? C’est le défi auquel s’attelle Ila, une jeune mère de famille dont la fonction quotidienne est de s’occuper de sa fille, des tâches ménagères et de la préparation des repas. Mais sa condition de femme au foyer ne l’indispose pas tant : c’est recouvrer la tendresse de son mari qui l’importe au plus haut point. Rajeev, costume-cravate, absent le jour, distant la nuit, semble, lui, bien préoccupé par son travail…

Et c’est avec tout son cœur et son savoir-faire culinaire qu’Ila lui confectionne chaque jour son déjeuner, ajoutant çà et là des épices, veillant aux couleurs et à la présentation des mets. Elle est accompagnée des bons conseils de sa voisine qui habite à l’étage au-dessus, dont on ne verra jamais le visage et dont on n’entendra que la voix enjouée, une femme elle aussi assignée quasi à résidence car devant s’occuper de son mari malade…

Chaque jour, un livreur de dabbawallah vient chercher le fameux repas au domicile d’Ila pour le livrer au bureau de Rajeev : un repas chaud livré en temps et en heure, après avoir traversé les dédales de la mégalopole indienne à vélo, en train, en charrette… Et chaque jour, Ila nourrit le vain espoir que son mari revienne le soir la félicitant du délicieux repas.

Sauf que… le fameux système de livraison dabbawallah, unique en son genre, pourtant jugé infaillible par les chercheurs de l’université de Harvard, a buggé : le délicieux repas d’Ila est livré à Saajan, un comptable, veuf, qui prendra sa retraite dans un mois.

De cette méprise s’ensuit une irrésistible comédie : légère, tendre, romantique mais aussi sociale.

Emergent les portraits de personnages solitaires qui s’interrogent sur le sens de leur vie : Saajan, irréprochable comptable « zéro erreur en 35 ans de carrière », qui peu à peu casse sa carapace ; Ila, l’épouse délaissée, qui à la mort de son père se rend compte qu’elle ne peut se contenter d’avoir le même destin que sa mère ; Shaikh, l’apprenti comptable qui sera amené à remplacer Saajan, est un imperturbable optimiste car il sait que depuis qu’il est orphelin il lui faut s’en sortir vaille que vaille…

Le scénario est particulièrement soigné jusque dans les moindres détails, les personnages sont attachants et les dialogues non dénués d’humour nous touchent. Un voyage en Inde, à travers une histoire sur la solitude des cœurs et la rencontre des âmes qui touche à l’universel.





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 4 Novembre 2016 - 11:00 Swagger : filmer la banlieue avec classe


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu