Connectez-vous S'inscrire






Archives

Tchad: 16 européens inculpés d'enlèvement

| Mardi 30 Octobre 2007

Les seize européens dont neuf français et sept espagnols arrêtés jeudi au Tchad ont été inculpé, hier soir, pour enlèvement de mineurs et escroquerie dans l’enquête sur la tentative de transport d’enfants vers la France par l’association l’Arche de Zoé.



Accusés d’escroquerie et d’enlèvement de mineurs

Les six membres de l'ONG interpellés jeudi dernier au Tchad alors qu'ils tentaient de sortir 103 enfants africains du pays, ont été inculpés. Ils sont formellement accusés par le parquet d'Abéché d'"escroquerie" et d'"enlèvement de mineurs en vue de compromettre leur état civil", ce dernier chef d'inculpation étant, selon le code pénal tchadien, passible de peines de travaux forcés.

Les trois journalistes interpellés en leur compagnie ont, eux, été inculpés pour "complicité" ainsi que les sept employés espagnols d'une compagnie charter et un pilote belge, a précisé à l'Associated Press le ministre tchadien de la Justice Pahimi Padacket Albert.

Le sort de deux Tchadiens pour lesquels le procureur avait auparavant requis l'inculpation de "complicité" n'a pas encore été rendu public.

Le président tchadien Idriss Deby Itno
Le président tchadien Idriss Deby Itno

Les faire adopter en France

Les personnes inculpées ont été arrêtées jeudi à Abéché alors que l'Arche de Zoé s'apprêtait à faire embarquer dans un avion à destination de la France 103 enfants de la région située de part et d'autre de la frontière tchado-soudanaise dans le but de les faire adopter en France.

Depuis jeudi, N'Djamena avait accusé verbalement les responsables de l'opération d'"enlèvement" et "trafic" d'enfants. Le président tchadien Idriss Deby Itno s'était même demandé s'ils entendaient "vendre" les enfants "aux ONG pédophiles", ou bien "les tuer et enlever leurs organes".

La dimension politique

Le président Nicolas Sarkozy a "condamné" une opération "illégale et inacceptable", tandis que l'ambassadeur de France à N'Djamena Bruno Foucher a annoncé que les Français impliqués répondraient "de leurs actes au Tchad".

L'Arche de Zoé assure que Paris ne lui a jamais clairement interdit de mener son opération, et dit avoir voulu "sauver de la mort" des "orphelins" de la guerre civile au Darfour, dans l'ouest du Soudan, frontalier du Tchad.

La justice française soupçonne l'Arche de Zoé d'avoir tenté de servir d'intermédiaire illégal dans le domaine de l'adoption et a ouvert la semaine dernière une information judiciaire.
Lundi, Me Gilbert Collard, l'avocat français de l'Arche de Zoé, a dénoncé la "dimension politique" de l'affaire.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu